Le Léponex à la rescousse d’un système défaillant

Il arrive qu’on soit soigné en psychiatrie depuis dix ans et qu’on considère qu’on n’a rencontré personne qui vous ait aidé.
Après dix ans, on peut toujours douter de sa maladie. On peut n’avoir trouvé personne qui vous donne des explications valables, personne qui ne vous dise pas que vos effets secondaires sont psychologiques.
Alors, quand on en a marre de supporter des effets secondaires invalidants et qu’on se sent mieux, quand personne ne prend vos demandes au sérieux, il arrive qu’on arrête son traitement. Et qu’on rechute.
Après quatre mois à l’hôpital, on peut en sortir plus déprimé que jamais. Et se sentant toujours aussi seul et incompris.

La solution? Le Léponex, bien sûr.

Dix ans sans psychothérapie digne de ce nom, si ce n’est dix minutes par mois pour vous plaindre d’effets secondaires qu’on vous dit être psychologiques ou pour dire que ça peut aller pour éviter qu’on vous augmente votre dose, et surtout ne rien creuser. Dix ans d’hospitalisations à répétition, mais jamais de suivi sur le long terme. Des doses de cheval de Loxapax, Risperdal, antidépresseurs, somnifères, anxiolytiques. Et vous n’avez pas retrouvé votre entrain? Etrange.

Heureusement qu’il y a le Léponex.

Car le problème, bien sûr, c’est le patient, qui résiste visiblement à tous les traitements. On a tout essayé ou presque, on a tout mélangé à différentes (fortes) doses, et la patient en vient quand même un jour à arrêter son traitement et à rechuter. Quoi? Il n’apprécie pas d’être shooté toute la journée et ne supporte pas ses problèmes neurologiques dûs aux neuroleptiques? Il lui faut du Léponex, c’est sûr. Oui, c’est dangereux, oui c’est contraignant, il faut faire des prises de sang régulièrement. Mais que faire d’autre devant un cas pareil?

Pourquoi se poser la question sur un système qui abandonne les psychotiques, les laisse végéter à l’hôpital, ne leur propose même pas une psychothérapie digne de ce nom? Pourquoi ne pas leur proposer un traitement à la dose minimale efficace, traiter les effets secondaires, nouer une relation thérapeutique durable?

Pourquoi puisque le Léponex est là?

Et si ça ne marche pas?
Eh bien, le cas sera officiellement désespéré.

Mais ce cas c’est mon ami et je pleure sur ce gâchis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :