Nous ne sommes pas segmentables

Le problème en segmentant la personne (ceci pour le psychiatre, ça pour le psychologue, ça pour le social), c’est qu’on oublie totalement que la thérapie se joue sur une rencontre, une relation de confiance, sur le long terme. Ce n’est pas interchangeable.
J’ai été suivié un moment par un psychiatre et un psychologue. En-dehors du fait que ça a été une catastrophe avec les deux, je trouve que c’est une mauvaise solution. Comment un psychiatre peut-il adapter un traitement sans écouter son patient? Je me suis rendu compte après deux ans qu’en fait mon psychiatre ne me connaissait pas du tout. Et on me disait souvent « ça il faut le dire à tel psy et pas à moi ». Il n’y a pas les médicaments d’un côté et la parole de l’autre. Pour moi, les deux vont ensemble. Je m’en suis sortie quand j’ai rencontré une psychiatre en qui j’avais confiance, avec qui j’avais une relation sincère. On voyait tout ensemble, le côté psychologique, et donc forcément les médicaments, les effets secondaires et même les blessures physiques (automutilations). Avant, je devais me dire est-ce que j’ai dit ça à mon psychiatre, ah non c’était le psychologue, et mes automutilations personne ne les regardait. Je ne peux pas aller montrer mes blessures à mon généraliste, parler à mon psychologue et demander des ordonnances et parler des effets secondaires à mon psychiatre, pour moi ça n’a aucun sens, tout va ensemble.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :