4 avril 1997

Son visage qui hochait la tête en signe d’incompréhension était la matéralisation des leurs visages insensibles aux appels de Renaud.
Je n’aurais pas dû y aller. J’allais mieux. Et à présent, j’ai leurs yeux, leurs visages qui flottent devant moi.
Il y a Renaud en moi, il y a Renaud en lui, il y a Jf et moi et eux qui ne comprennent rien.

Il ne trouvait pas ce que j’avais d’anormal. Evidemment, parce que je lui avais dit que je n’arrivais plus à me concentrer, il en avait déduit que je ne savais pas comment étudier.
Peut-être que penser à se jeter d’un pont pendant que les autres s’amusent, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir des moments d’indifférence totale, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’être obsédée par quelqu’un qui n’existe pas, qui a bientôt dix-sept ans, qui va très mal et qui se suicide parce que personne ne le comprend, ce n’est pas normal.
Peut-être que se couper la main ou le poignet pour penser à autre chose, ce n’est pas normal.
Et s’il ne saigne pas, faire une crise parce que je n’ai plus de sang, ce n’est peut-être pas normal non plus.
Peut-être qu’avoir des phrases insensées qui se répètent inlassablement dans la tête, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir envie de hurler, de m’arracher les cheveux mais de ne pas en avoir la force, ce n’est pas normal.
Peut-être que sentir la folie qui me ronge, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir un poids sur l’estomac, une boule dans la gorge et passer sa nuit et sa journée à pleurer, ce n’est pas normal.
Peut-être que perdre par moment totalement ma concentration, ce n’est pas normal.
Peut-être que me réveiller en pleine nuit et penser confusément à tout ça en m’agitant et sans pouvoir me rendormir, ce n’est pas normal.
Peut-être que me sentir attaquée dès que des inconnus m’approchent de trop près, ce n’est pas normal.
Peut-être que ne pas arriver à en parler, avoir les mots totalement bloqués dans la gorge, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir des moments où j’ai l’impression de devenir folle, ce n’est pas normal.
Peut-etre que certains jours n’avoir plus la force de rien faire, sauf garder la tête sur les genoux, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir des crises de tremblements, ce n’est pas normal.
Peut-être qu’avoir des moments de doutes atroces au point que c’en est presque de la paranoïa, ce n’est pas normal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :