7 janvier 1996

Je m’ennuie. Je veux une clope, faute de marie-jeanne. Laisse-moi tirer juste un coup. L’ennui me pousse à la destruction. Il faut que je range ce couteau. Une clope m’occupera les mains. C’est fou ce plaisir… ce couteau sur mon poignet. Comme c’est bon. Et pourtant je ne veux pas mourir. Trouve-moi de la marie-jeanne.

Et pourquoi est-ce si bon? Parce que c’est la seule chose que tu peux contrôler. La seule. Ta mort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :