« La part des anges » Marie Cazaux, Le Rocher

Quatrième de couverture

« Enterrée vivante dans ce cimetière des
âmes, je sentis ma vie basculer dans le cauchemar sans trêves de l’univers
psychiatrique, carrefour des destins émasculés. Jeunes, vieux, d’ici ou là,
bercés par le tic-tac, l’horloge du ventre socialisé, petit déjeuner, déjeuner,
goûter, dîner… les pas dans le couloir, les corps en métronome, la valse des
blouses blanches, la énième cigarette, 28 dalles au plafond de la chambre…
pourvu que le sommeil m’emporte loin, loin… Chaque matin, il fallait reprendre
pied dans cette réalité. Chaque matin, il fallait redonner du sens et s’inventer
un avenir consentant. Mais ici, au bout de chaque couloir, on tombe sur sa vie.
Je me souviens… »La Part des anges – part d’alcool évaporé lors de la maturation de l’armagnac
ou du cognac dans des fûts – nous ouvre les portes de l’hôpital psychiatrique et
donne à voir ce que tout le monde, par peur, négligence, impuissance, honte,
s’entend à masquer. Une narration jamais anecdotique, une écriture sans
concession, où la tension ne se relâche pas et entraîne le lecteur dans une
expérience extrême, au cœur de la souffrance et son mystère. Un regard teinté
d’humour et sans complaisance qui s’insinue aux lisières de la raison.

La Part des anges

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :