« Les chemins noirs », René Fregni, folio

Description

Un homme jeune, très jeune, commet un jour
sans le vouloir un acte irréparable, et dès cet instant la vie sera pour lui une
longue cavale qui le mènera de Verdun à Paris, de Paris à Marseille, de
Marseille en Corse, de Corse en Italie, d’Italie au Monténégro, du Monténégro en
Turquie, de Turquie en Grèce, et enfin Grèce à Marseille, dans l’immédiat
après-Mai 68, où il découvrira en tant qu’aide-infirmier cet autre monde qu’est
l’hôpital psychiatrique. Telle est donc la trame picaresque du premier roman de
René Frégni qui sait de quoi il parle, longtemps familier de la route et
compagnon de l’aventure, et qui surtout exprime admirablement la solitude, la
détresse, l’humour et l’inébranlable volonté de survivre d’un être désormais en
marge.
Les chemins noirs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :