« Les deux morts de John Speidel », Joe Haldeman, folio

Présentation de l’éditeur

1968, Viêt-Nam. Lorsque la patrouille de
John Speidel est prise dans une embuscade, il est le seul à s’en sortir. Choqué
et blessé, il est rapatrié aux Etats-Unis. A l’hôpital militaire, on le traite à
tort pour schizophrénie et homosexualité, à coups de psychotropes et d
‘électrochocs. Il échappe de peu à la lobotomie. Puis au pavillon psychiatrique
succède celui des grands brûlés, car à peine sorti de l’asile, John Speidel,
reconverti en vendeur de beignets, se brûle gravement avec l’huile d’une
friteuse. L’histoire d’un martyr ordinaire qui démaquille le rêve américain à
l’époque de la guerre, des hippies, de Kennedy et des émeutes raciales.
Les Deux Morts de John Speidel
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :