« Perceval le fou, autobiographie d’un schizophrène », Gregory Bateson, Payot

Quatrième de couverture

« Une autre fois, mes esprits se mirent à
me chanter un air nouveau : « Tu es dans un asile de fous, tra-la-la… si tu n’y
es pas, tu y es quand même, tra-la-la »… Mes voix m’avaient trompé si souvent
que je ne voulais plus les croire alors qu’elles me disaient la vérité… J’en
vins à comprendre que j’étais toujours sur terre, mais dans des circonstances
extrêmement pénibles puisque je me trouvais dans un asile de fous… » Ainsi
parlait John Thomas Perceval en 1835, dans un récit qui constitue un réel apport
à notre connaissance de la schizophrénie. Au cours de ses luttes intérieures
pour comprendre son expérience de psychotique, Perceval découvrit non seulement
ce que nous appellerions aujourd’hui l’inconscient freudien, mais aussi ce type
de phénomène que Freud appela par la suite la « psychopathologie de la vie
quotidienne ». On s’apercevra, avec la description qu’il fait des traitements
qu’on lui fit subir, qu’à quelques détails près la psychiatrie moderne n’a pas
tellement évolué : la camisole chimique n’a fait que remplacer la camisole de
force et les barbituriques et psychotropes, les chaînes et les bains glacés…

 Perceval le fou : Autobiographie d'un schizophrène

L’auteur vu par l’éditeur

Gregory Bateson (1904-1980) est l’un des
pionniers de l’antipsychiatrie et de la thérapie familiale. Il est notamment
l’auteur de Vers une écologie de l’esprit.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :