Les stars et la bipolarité : Catherine Zeta-Jones n’est pas un cas isolé…

L’actrice galloise Catherine Zeta-Jones a fait l’effet d’une bombe en dévoilant par voie de presse qu’elle était atteinte du syndrome maniaco-dépressif, également appelé désordre bipolaire. Cette décision est saluée par le monde médical, car l’actrice galloise contribue à faire changer les regards sur une maladie mentale qui touche 1% de la population, dont de nombreuses personnalités.

La princesse Leïa de Star Wars, Carrie Fisher, les acteurs comiques Ben Stiller et Russell Brand, le controversé Mel Gibson, ou encore Britney Spears – on se souvient de ses coups d’éclat médiatisés – font partie, selon The Hollywood Reporter, des célébrités atteintes de ces troubles. En remontant dans le passé, la liste des artistes ou des politiques susceptibles d’avoir été victimes de bipolarité s’allonge : le peintre Van Gogh, le philosophe Nietzsche, les écrivains Gérard de Nerval, Baudelaire et Virginia Woolf, le compositeur Hector Berlioz et les politiques Theodore Roosevelt et Winston Churchill…

De son côté, Catherine Zeta-Jones est en bonne forme aujourd’hui. Après une hospitalisation de cinq jours, elle s’apprête à tourner Playing the Field de Gabriele Muccino avec Gerard Butler. Toutefois, si le traitement lui a été bénéfique, elle n’est pas guérie pour autant selon ses médecins : « Elle ne sera probablement jamais guérie et devra apprendre à concilier son statut de star et sa maladie. »

Les troubles bipolaires provoquent des alternances de phases maniaques et de dépression. Sans traitement, au moins 15% des patients ayant un trouble bipolaire décèdent par suicide. L’abus d’alcool va souvent de pair avec ces troubles. Cependant, une fois la maladie diagnostiquée et la personne soignée, le quotidien est radicalement modifié.

Quelles conséquences sur la carrière de la star va avoir cette divulgation sur sa santé ? « Sa décision d’annoncer publiquement son désordre bipolaire la rend encore plus humaine et permet à ceux qui partagent la même souffrance de se sentir plus proche d’elle, a déclaré un expert en relations publiques à Hollywood. Quand les célébrités dévoilent leurs maladies, les gens les respectent encore plus. Il est préférable qu’une star admette qu’elle est malade car les gens l’apprendront de toute façon un jour. »

De plus, l’honnêteté de la comédienne joue en faveur du soutien aux malades de manière générale : « Les maladies mentales sont souvent des maladies rendant les gens mal à l’aise… et du coup, elles restent très mystérieuses, accompagnées parfois de honte et de stigmatisation. Que des célébrités puissent être tout à fait honnêtes sur un tel sujet aide incontestablement le public à mieux connaître la maladie« , a déclaré à l’AFP Katrina Gay, directrice de la communication de l’Alliance Nationale des Maladies mentales.

Après le cancer de la gorge qui a frappé son mari Michael Douglas l’an passé, et pour lequel il avait été d’une grande sincérité face à l’opinion, Catherine Zeta-Jones, mère de deux enfants, Dylan et Carys, suit le même chemin de la transparence. Un acte courageux et généreux.

http://www.purepeople.com/article/les-stars-et-la-bipolarite-catherine-zeta-jones-n-est-pas-un-cas-isole_a77959/1

Publicités

9 commentaires »

  1. Sybilline Said:

    Bonjour à tous,

    Je me fais assez rare en ce moment…Je voulais justement vous envoyer le lien de cet article que lequel je suis tombée par hasard aujourd’hui et qui est finalement sur le blog: je l’ignorais. J’ai été assez touchée par cette lecture qui montre que des gens célèbres ont réussi à vivre avec cette maladie qu’est la bipolarité, à s’épanouir malgré tout. J’aime bien Catherine Zeta-Jones en plus!
    Cette transparence et ce courage ne courent pas les rues. De plus, l’article rappelle que Van Gogh ou Nietzche par exemple étaient bipolaires.

    PAr contre, j’ai toujours un problème de définition. Je ne vois pas la différence entre ce qu’on appelle trouble bipolaire (changement d’humeur et d’état d’esprit très fort, qu’on appelle aussi trouble maniaco-dépressif) et schizophrénie dysthymique. Une fois encore, je me heurte à des définitions troubles où j’ai le sentiment qu’on utilise deux groupes de mots pour dire la même chose. Y voyez-vous une différence?

  2. Alain Said:

    Bonjour Sybilline, ça fait plaisir de te lire. Il y a ici une vidéo intéressante présentee au Collège de France sur l’hypothèse d’un continuum entre schizophrénie et maladie biplolaire.
    canal-u.tv/video/canal_u_medecine/college_de_france_le_continuum_entre_troubles_bipolaires_et_schizophrenie_continuum_between_bipolar_disorder_and_schizophrenia.2683

    (mettre http://www. devant)

    On avait évoqué la possibilité de se rencontrer, peut être à Paris, un jour, es-tu toujours partante ?

  3. Marc Said:

    Bonsoir Sybilline, content de te voir réapparaître dans le blog de Lana.
    D’après ma documentation (relativement ancienne) il y a discussion des spécialistes sur le sujet (qu’on appelle aussi sch affectives) les épisodes maniaco dépressifs sont associés aux symptômes dissociatifs ou délirants sans déficit marqué entre les épisodes. Il semble qu’on est pas certain que cette pathologie appartienne aux groupe des schizophrénies car les sels de lithium sont efficaces comme dans les troubles bipolaires. Le pronostic serait plus favorable sauf, hélas, le risque de suicide réussi dans les phases dépressives
    Je te livre cela sous toutes réserves car si les spécialistes doutent alors moi qu’ai-je le droit de dire ?

  4. Alain Said:

    Le lien est mal passé, chercher avec Google :
    vidéo collège de france continuum schizophrénie bipolaire

  5. Marc Said:

    C’est un cours de génétique ; il semble qu’il reste encore pas mal de questions sans réponses pour l’instant.
    Bonne soirée.

  6. Alain Said:

    Possible nouvelle forme de thérapie : Le cerveau peut se soigner tout seul.

    « Mais le cerveau peut aussi se soigner lui-même”, a alors lancé Denis Le Bihan. Pas de quoi être ébouriffé. Nous avions tenté de réaliser une émission sur ce thème. Sans grand succès d’ailleurs… La surprise est venue de l’expérience particulière qu’il nous a racontée. Le patient souffrant de douleurs chroniques est installé dans un appareil d’IRM fonctionnelle (IRMf). Les neurologues règlent l’instrument pour mesurer l’activité du cerveau dans le centre de la douleur. Ils établissent ensuite une liaison entre cette mesure et l’image d’une flamme de bougie qui est projetée sur un écran devant le patient. Les expérimentateurs demandent ensuite à ce dernier de tenter de faire baisser la hauteur de la flamme jusqu’à l’éteindre. Le patient n’a aucune clé, aucune méthode, aucune technique pour y parvenir. En se concentrant, il parvient toutefois à obtenir ce résultat. La hauteur de la flamme baisse. Et la douleur aussi ! Lorsqu’ils sortent de l’IRM, les patients restent capables de contrôler leur niveau de douleur. Mieux, ils expliquent que “leur douleur (a) baissé d’intensité sans qu’ils aient besoin d’y faire expressément attention”, note Denis le Bihan dans l’ouvrage intitulé Le cerveau de cristal qu’il vient de publier chez Odile Jacob. »

    blog.slate.fr/globule-et-telescope/2012/10/12/le-cerveau-peut-se-soigner-tout-seul/

    (mettre http:// devant).

  7. Sybilline Said:

    Bonjour à tous,

    Merci à Marc et à Alain pour leurs réponses. J’ai écouté la vidéo du collège de France et effectivement (pour ce que j’en comprends), il y a des liens entre schizophrénie et troubles bipolaires. Ces liens sont étudiés par les spécialistes aujourd’hui: des parallèles au niveau génétique et des médicaments qui soignent les deux.

    Les différences que je vois après écoute:
    -la schizophrénie est un trouble plus sévère que la bipolarité
    -des hallucinations dans la schizophrénie qu’il n’y aurait pas dans les troubles bipolaires.

    Je posais cette question car j’ai revu mon ami et nous rediscutons ensemble depuis quelque temps. C’est toujours houleux par moments et contrairement à vous trois (Lana, Marc et Alain), je le trouve parfois très agressif. Je dirai même que ses troubles passent par une violence non contenue au point que je ne le reconnaisse pas. Alors que c’est quelqu’un de très fin, qui s’exprime parfaitement à l’écrit, qui a de véritables qualités littéraires, parce qu’il était énervé, il a envoyé un mail ordurier comme je n’en avais jamais lu. Heureusement, très vite, il a reconnu son erreur et son débordement, mais ces changements d’humeur subis sont inquiétants.

    Il continue à affirmer qu’il n’est pas schizophrène et pourtant, tout me porte à croire qu’il en a bien les symptômes. Du coup, il occulte peut-être aussi les soins qui vont avec et ne fait pas le travail d’acceptation. Je n’arrive pas à parler ouvertement de ces difficultés. Les fois où je l’ai fait, il est devenu très agressif. Donc, j’en reste là.

    Ce qui m’inquiète aussi chez lui, c’est que cette pathologie le conduit à devenir « dangereux » pour lui-même et les autres. Je pense qu’il réussit quand même à contrôler cette dangerosité. Est-ce que cela a avoir avec la maladie?

    Alain, je serai toujours ravie de te rencontrer. Je n’ai pas osé envoyer un mot à Lana à la Toussaint pour avoir ton numéro lorsque je suis allée sur Paris. Je ne sais pas trop comment nous pouvons faire pour nous communiquer nos adresses sans qu’elles restent sur le blog. J’y retourne normalement la semaine du nouvel an. Si tu es dispo, on pourrait aller boire un verre.

    Bonne journée à tous et merci pour vos réponses.

  8. Alain Said:

    Bonjour Sybilline,

    Je serai ravi aussi de prendre un verre avec toi. Tu peux écrire à Lana, elle a mon adresse mail, si elle accepte de retransmettre ton mail, je l’en remercie.

  9. Sybilline Said:

    C’est fait. Je pense que Lana te transmettra mon mail prochainement…


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :