« Eloge posthume de ma femme encore vivante », Manz’ie, Verticales

Eloge posthume de ma femme encore vivante

Ce dix-septième roman de Manz’ie prend son point d’appui sur le drame de Pirandello (sa femme
sombra dans la folie et fut internée en 1919).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :