« La vérité, c’est d’abord que j’ai mal à la tête », Marianne Bourgeois, La Différence

La vérité, c'est d'abord que j'ai mal à la tête

Névrose de la narratrice qui déchiffre ses amours et son destin à travers les signes
aveuglants que secrète sa folie : n’est-elle pas montrée du doigt et noircie
dans le personnage d’un roman imaginé par une vieille romancière ? Ce personnage
n’a-t-il pas son nom et son âge ? La vieille romancière n’est-elle pas l’amie de
l’écrivain célèbre dont elle est amoureuse ?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :