« Le psychiatre, son « fou » et la psychanalyse », Maud Mannoni, Points

Le psychiatre, son "fou" et la psychanalyse

Une société fait ses fous, définit leur statut de fous et crée, pour les
prendre en charge, une institution qui ne peut que les transformer en objets.
Contester cette objectivation ne peut se faire sans remettre en question les
institutions psychiatriques telles que nous les voyons fonctionner, et la
psychiatrie, et le psychiatre dans son statut de représentant du groupe qui le
mande, et les sciences auxquelles la psychiatrie se réfère, La réalité de la
folie n’en est pas niée pour autant ; ce qui est mis en cause, c’est son
assimilation à une maladie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :