« Femmes psychiatrisées, femmes rebelles », Martine Delvaux, Les Empêcheurs de penser en rond

Cette étude souligne la particularité du cas féminin en psychiatrie. Elle montre d’abord,
par l’entremise d’une archéologie de textes comment le personnage de la « folle »
a été construit par les institutions psychiatriques, psychanalytiques et
littéraires. Elle observe ensuite de quelles manières cette folie parvient à
s’exprimer contre l’ordre établi, essentiellement par le récit
autobiographique.
Femmes psychiatrisees, femmes rebelles. de l'etude de cas a la narration autobiographique
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :