« Ils l’ont laissée là », Alma Brami, Mercure de France

Présentation de l’éditeur
Deborah est prisonnière. Prisonnière de l’institut  » spécialisé  » où ses parents l’ont placée. Prisonnière des histoires qu’elle s’invente – à moins qu’il ne s’agisse de souvenirs. Prisonnière du monde des adultes qui ne la comprend pas et à qui elle ne peut parler. Au fil des pages, articulées comme une mystérieuse mosaïque, la terrible vérité va se révéler… Staccato de phrases brèves, notes prises sur le vif de l’âme : après Sans elle, son premier roman, Alma Brami, vingt-quatre ans, continue de tisser des miniatures qui nous pénètrent, nous effraient, nous bouleversent, et finalement nous illuminent.

Ils l'ont laissée là

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :