«On est là pour être soigné, pas pour être puni»

Interview

Julien et Marie ont tous deux vécu l’isolement :

Le mensuel Santé mentale, qui s’adresse aux équipes soignantes en psychiatrie, a consacré un dossier «Au vécu en chambre d’isolement». Voici deux des témoignages publiés par la revue, dans son numéro 139.


Julien

«Le pire, c’est cette impression d’être enfermé. Bon, c’est sûr, il y avait des raisons pour cela…

«Dans ce service fermé, c’était très violent, et je l’étais aussi. Ça hurlait de partout, c’était dur. Il n’y avait pas de psychiatres, que des infirmiers. Je hurlais, dans un état second. Ils ont appelé des gros bras d’autres services que je ne connaissais pas, puis ils m’ont traîné dans une chambre d’isolement. Une femme m’a enlevé mon pantalon, et ça m’a humilié. Ils m’ont mis en cage, comme au chenil, avec une piqûre dans les fesses. Après, j’ai perdu la notion du temps. Il faisait très chaud, je dormais presque continuellement, je n’avais pratiquement pas de vêtements, on pouvait me voir de dehors par une petite ouverture, je me sentais comme dans un zoo. J’avais chaud, je me sentais perdu, désorienté, sans repères. Il n’y avait pas de toilettes, et j’urinais dans un tube.

«Les soignants ? Non, il y avait peu de paroles. Après, j’ai retrouvé mes esprits, j’étais moins agressif, il faut dire que ça calme ! Mais quand même il faudrait que les conditions soient plus humaines, avec un matelas convenable, des toilettes accessibles, des boissons et un évier.

«Une autre fois, j’étais dans ma chambre, cette fois-là en hospitalisation libre. Et, tout d’un coup, je me suis rendu compte que j’étais enfermé. Je dérangeais les soignants, alors ils m’avaient enfermé sans me prévenir. Et cela, ça m’a choqué plus que la chambre d’isolement.»


Marie
«J’étais en hospitalisation libre, mais enfin libre de quoi… Après deux jours en chambre d’isolement, je ne comprends pas mon mode de placement. C’était long, trop long. On m’a mise là car je m’étais alcoolisée lors d’une sortie à l’extérieur. Je n’étais pas méchante, juste un peu gaie. On m’a fait souffler dans l’alcootest. L’alerte lancée, dix personnes m’ont poursuivie. J’ai pris des coups, poussé des cris. Arrivée dans la chambre, j’ai été déshabillée. Toute nue comme un ver. Aujourd’hui, j’en fais des cauchemars encore. On est humain, il y a d’autres solutions, non ? Je me suis sentie profondément humiliée. De plus on m’a attachée, pieds et poings liés. Mise à nu devant les autres, en voilà des manières. On est ici, à l’hôpital pour être soignée, pas pour être punie.

«Après m’être un peu endormie, j’ai eu le sentiment d’avoir été abusée…

«Dans la chambre d’isolement, votre esprit, votre tête, votre conscience vous parlent. On plane parfois, et on range ses idées, ses bêtises.

«Vers la fin de mon séjour en isolement, je souffrais moins, je me raisonnais pour rester calme. Au moment de la sortie, on est venue me voir, et toujours nue on m’a présenté une grande culotte. Mettez-vous à ma place… Les autres patients m’ont dit : « Alors Marie, t’es sortie du trou ; t’es calme, ça va mieux. »

«Je suis sûre d’une chose, lorsque l’on a une grande souffrance, l’isolement ne suffit pas. L’idéal est de pouvoir parler à des équipes formées à l’écoute.

«L’isolement, cela ne guérit pas, c’est clair, et, pire, ce n’est pas thérapeutique.»

«On isole quand on ne sait pas comment s’y prendre»

Interview

Alain Mercuel . Psychiatre au centre hospitalier Sainte-Anne à Paris :

Par ERIC FAVEREAU

«La montée de l’enfermement ? Il n’y a aucune donnée, juste des hypothèses. Comment l’expliquer ? D’abord, c’est le manque de personnel qui est en cause, avec le recours à des intérimaires qui ne connaissent pas les patients. On isole plus facilement quand on ne sait pas comment s’y prendre.

«En second lieu, il y a l’afflux de patients plus difficiles. Ils sont plus lourds, ils échappent aux traitements car ils en ont pris souvent beaucoup. Et à cela s’ajoutent des toxiques, voire des drogues qu’ils ont pris de plus en plus. Il y a, également, les cas de SDF qui ont accumulé des exclusions familiales. Or bien souvent, quand il n’y a pas l’aide de la famille, la situation empire.

«Enfin, il y a ce que j’appellerai la mondialisation des psychotiques, que l’on voit dans les rues des grandes capitales. Ce sont des malades étrangers qui ont des parcours invraisemblables, terriblement douloureux, et qui arrivent perdus dans nos villes. Toutes ces nouvelles populations rendent nos pratiques de plus en plus difficiles. Et provoquent un recours plus régulier à la contention et aux chambres d’isolement.

«Pour le reste, que dire ? Isoler, cela peut permettre de passer la phase aiguë. Mais, si on justifie ces pratiques comme une technique médicale, il faut alors des indications médicales strictes. Il doit y avoir des protocoles et du personnel. La contention et l’isolement sans personnel, c’est une catastrophe. Une contention sans parole, c’est même à mon sens une faute professionnelle.»

La psychiatrie malade de son enfermement

La contention des patients, sans véritable contrôle, est devenue quasi systématique dans les hôpitaux, au grand dam des personnels.

Par ERIC FAVEREAU

Les personnels soignants de la psychiatrie n’aiment pas en parler. Comme si c’était la caricature de leur travail. Comme si revenait le fantasme du film Vol au-dessus d’un nid de coucous avec ces psychiatres qui enferment leurs malades en toute impunité. Comme si, aussi, les profanes ne pouvaient pas comprendre.

Aujourd’hui, pourtant, la situation autour des mesures d’enfermement et de contention – c’est-à-dire des patients attachés – dans les hôpitaux psychiatriques est inédite en France. Est-ce le grand retour de l’enfermement ? Depuis la Seconde Guerre mondiale, en tout cas, on n’a jamais connu cela. Les chambres d’isolement et les mesures de contention se sont multipliées. Il y a vingt ans, elles étaient rarissimes, aujourd’hui elles sont partout, dans presque tous les services de psychiatrie publique. Il n’y a aucun chiffre officiel, mais, jusqu’aux plus hautes autorités sanitaires, nul ne s’en étonne, bien au contraire. Ces dernières justifiant sans complexe cette privation de liberté, qui se fait pourtant en dehors de tout contrôle juridique sérieux.


Sécuritaire.
En décembre 2008, juste après l’assassinat d’un jeune par un malade mental échappé de l’hôpital psychiatrique de Saint-Egrève (Isère), Nicolas Sarkozy avait tenu un discours uniquement sécuritaire pour la prise en charge des malades mentaux. Sur le moment, personne ne s’était trop étonné d’un plan pour créer 200 chambres nouvelles d’isolement. «Pourquoi ? Ils en manquent ?» ironisait, alors, un psychiatre de Lille. «Le plus grave, ce n’est pas qu’il y a en ait, note avec bon sens le Dr Alain Mercuel, chef du service santé mentale et exclusion sociale du centre hospitalier de Sainte-Anne, à Paris, car on a besoin parfois d’isoler des patients. Mais l’impression que l’on a, c’est que chacun fait sa tambouille personnelle, au gré des difficultés de service». Sans contrôle ni évaluation, sans même respecter les règles de fonctionnement, faute de personnel.

Depuis quelque temps, Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, a pris en charge ce dossier et, avec son équipe, multiplie des visites. «Nous n’avons pas à juger la pertinence de ces mesures d’isolement, mais ce qui nous frappe à présent, c’est la variété des pratiques dans un même hôpital ou entre deux établissements. Et surtout l’absence de toute évaluation.» Il ajoute : «On a rencontré certaines formes de brèves phases d’isolement, juste quelques heures, le temps d’un répit thérapeutique nous dit-on. Cela peut se comprendre. Mais nous avons constaté des durées longues, très longues, de plusieurs semaines. Et nous avons vu aussi des isolements sans fin. Comme dans ce service de psychiatrie d’un hôpital général où un malade est enfermé dans une chambre avec un seul matelas, à moitié nu. Il est là depuis des années…»

Quand on lui demande ce qu’en disent les patients isolés, Jean-Marie Delarue note que la plupart d’entre eux se plaignent de ne voir jamais, ou si peu, leur psychiatre.


Choqués.
Aujourd’hui, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, le collectif de la Nuit sécuritaire (www.collectifpsychiatrie.fr), qui s’était formé en riposte au discours de Nicolas Sarkozy de décembre dernier, va discuter toute la journée de cette question. Un débat que les membres du collectif jugent essentiel mais difficile car, même eux, sont gênés, certains choqués devant ces pratiques d’enfermement, d’autres moins. «On doit affronter cette question et ne pas se taire», explique le psychiatre, Hervé Bokobza, coordonnateur de ce collectif.

Michel Guyader, médecin chef de secteur dans l’Essonne, est plus virulent. Forte personnalité, il est l’un des rares psychiatres publics à se révolter ouvertement contre ces pratiques : «C’est pour moi, un déshonneur.» Mais il reconnaît aussi : «Dans mon service, il y a une chambre d’isolement, qui est trop utilisée. J’ai essayé de faire un moratoire, mais j’ai du mal.»

http://www.liberation.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :