L’amalgame «maladie mentale-violence»


Libération, 18/11/08
ERIC FAVEREAU

C’était lors d’un congrès sur la santé mentale, à Paris. Evoquant les progrès des médicaments, un orateur, sûrement bien intentionné, a lâché : «Bientôt, on éradiquera la schizophrénie.» Dans la salle, Claude Finkeslstein, présidente de la Fédération des associations de malades, bouillait de colère : «Éradiquer la schizophrénie… On veut nous éradiquer, mais comment parle-t-on de nous !»

Mercredi dernier, un homme de 56 ans, schizophrène, fugue de son hôpital psychiatrique. Et dans une rue de Grenoble, il poignarde au hasard un étudiant. Aussitôt, le président de la République saute sur l’affaire. Et réclame une réforme, visant «à améliorer la surveillance des patients susceptibles de représenter un danger pour autrui, dans le cadre notamment de la création d’un fichier national des hospitalisations d’office.»

«Peut-être y a-t-il eu mauvaise appréciation des médecins ? Peut-être y a-t-il eu un manque de surveillance, mais la réaction du Président est totalement déplacée. Et surtout, elle ancre cette idée que maladie mentale égale violence, et qu’il faut donc ficher tous ces fous dangereux», explique un psychiatre. Bien sûr, il y a quelques gestes insensés, aussi terrifiants qu’imprévisibles. Mais la nouveauté aujourd’hui est plutôt dans la violence faite aux malades. Et le risque de violence attribuable aux personnes malades mentales est très faible.

En 2003, sur 47 655 personnes mises en examen dans des affaires jugées (crime, délit ou contravention), seuls 0,002 % des personnes ont été déclarées irresponsables. A l’inverse, la prévalence des crimes violents envers les patients psychiatriques est 11,8 fois plus importante que dans la population générale. Celle des vols sur personnes est quant à elle 140 fois plus élevée.

Qui s’en souvient ? Le 1er septembre 1969, une enseignante, Gabrielle Russier, ouvrait le gaz dans son appartement, et se suicidait: elle avait été mise en cause pour avoir vécu avec un de ses élèves. Georges Pompidou, alors président de la République, interrogé lors d’une conférence de presse, citait le poète, Paul Eluard : «Moi, mon remords, ce fut la victime raisonnable au regard d’enfant perdu, celle qui ressemble aux morts qui sont morts pour être aimé.» Nicolas Sarkozy aurait pu citer un poète pour évoquer la douleur devant cet étudiant tué. Il a préféré appeler à la création d’un fichier.

http://www.liberation.fr/vous/0101266872-l-amalgame-maladie-mentale-violenc…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :