« La Chronicité en psychiatrie aujourd’hui », Pierre Delion, Erès

Présentation de l’éditeur
Aujourd’hui, la psychiatrie est invitée à résoudre de nombreuses missions portant sur les difficultés psychiques rencontrées dans la relation humaine, mais dans le même temps, elle est sommée de réduire ses dépenses, de se plier à la hiérarchie hospitalière classique, et elle doit faire face à la disparition des psychiatres. Prise dans un double discours, elle apparaît fragile et vulnérable, voire
condamnée à terme. Dans ce contexte, les nombreux concepts qui ont présidé à la fondation de la psychiatrie de secteur, dialectisée et fécondée par la psychothérapie institutionnelle – notamment la nécessité d’organiser la continuité des soins, la réflexion sur l’intérêt de la proximité des soignants et des patients, une éthique de l’accueil et du soin de toutes les pathologies psychiatriques quels qu’en soient la gravité, le milieu socio-économique et familial d’origine, les évolutions… – se trouvent remis en cause par la nécessité faite aux soignants de choisir leur priorité : prévention psychopathologique, prise en charge de patients présentant une pathologie aiguë, patients demandant un investissement dans le long terme. Or il est bon de rappeler une des spécificités de la psychiatrie :  » Les patients présentant des problèmes psychiatriques nous attendent au tournant de la durée.  » En un mot, la chronicité est une des bases de la maladie mentale, et à
trop vouloir l’ignorer, des conséquences dramatiques vont en résulter. Ainsi, pour parer à la désertification de la pensée psychiatrique par l’application d’une méthode technocratique et déshumanisante à un domaine où, plus
qu’ailleurs, les citoyens et les professionnels doivent être garants de la subjectivité et de la réhistoricisation des patients en déshérence, voici un ouvrage engagé aux cotés des patients dits  » chroniques  » qui risquent d’être les oubliés de la psychiatrie de demain.
La chronicité en psychiatrie aujourd'hui : Historicité et institution

Biographie de l’auteur
Pierre Delion, psychiatre des hôpitaux, est responsable d’un service de psychiatrie infanto-juvénile à Lille. Il est engagé depuis plus de vingt ans dans la rénovation de la psychiatrie contemporaine avec les différentes équipes qu’il a animées et qu’il anime encore aujourd’hui. Pour mieux soigner les enfants autistes et psychotiques, il tente d’allier les avancées rendues possibles par la psychiatrie de secteur, celles dues au développement de la méthode d’observation selon Esther Bick, et celles résultant de la psychothérapie institutionnelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :