« La chronicité en psychiatrie », Georges Lantéri-Laura, Les Empêcheurs de penser en rond

Quatrième de couverture:
« Reconnaissons que l’on prend les conditions de possibilité de la vie économique des établissements pour des données particulières de la pathologie mentale. La majorité des malades se trouvent observés dans une institution qui ne peut durer que s’ils restent longtemps hospitalisés; cette condition s’occulte, et le savoir théorique vient affirmer, à sa place, que la chronicité est une caractéristique essentielle de la psychiatrie. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :