« La conscience de Zeno », Italo Svevo, folio

Amazon.fr

« La psychanalyse ! Une illusion absurde, un
truc bon à exciter quelques vieilles femmes hystériques. » Face au diagnostic de
son psychanalyste qui conclut sa cure, le jugement de Zeno sur la psychanalyse
est imparable. Car après tout, aimer sa mère et vouloir tuer son père, voilà qui
le place dans la lignée, noble et illustre, de Sophocle ! Aussi, soucieux
d’entretenir la pureté de son passé et de préserver le souvenir des siens,
adresse-t-il à son freudien de médecin une confession. À travers un long et
fascinant monologue caractéristique de la prose svevienne, Zeno inspecte tour à
tour sa volonté névrotique d’arrêter de fumer, sa relation avec son père, sa
femme, sa maîtresse, son métier, son analyse.La Conscience de Zeno est le troisième roman d’Italo Svevo. Il fut
reçu dans la même indifférence que Une Vie et Senilità, mais est considéré
aujourd’hui comme un des livres fondateurs de la littérature du XXe siècle. La
capacité d’introspection lucide et complaisante des héros d’Italo Svevo lui a
valu la célèbre injonction d’Eugenio Montale : « Ce méconnu est un second
Proust. » –Laure Anciel

La Conscience de Zeno

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :