« Marie Bonaparte », Célia Bertin, Perrin

Présentation de l’éditeur

La personnalité de Marie Bonaparte fut exceptionnelle, complexe, passionnée. Pour s’en convaincre, il suffit d’imaginer, dans le contexte de l’Europe d’hier, une princesse, riche héritière, mariée à un fils de roi, devenant disciple et amie intime de Freud, puis l’une des plus célèbres psychanalystes de son temps, fascinée par les assassins et travaillant à explorer et à libérer la sexualité féminine. Quel roman peut valoir ce destin qui ne s’invente pas ? L’enfance de celle qui se disait «la dernière Bonaparte», elle est l’arrière-petite-fille de Lucien Bonaparte, fut solitaire et cloîtrée, hantée par la disparition de sa mère. Mariée au prince Georges de Grèce, elle eut aussi plusieurs liaisons importantes. Mais c’est par
la rencontre du maître de Vienne que «notre princesse», comme la désignait Freud avec affection, trouva le chemin de sa vie. Si ce portrait est riche en précisions inédites sur l’entourage royal de Marie Bonaparte et sur les ressorts cachés des drames qui la marquèrent, ce livre est surtout le récit du combat courageux d’une femme à la quête d’elle-même, d’une femme qui ne faiblit jamais dans la recherche lucide de sa vérité.

Marie Bonaparte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :