Sur la force et la faiblesse

Je suis forte face à la vie. Parce que je me suis battue à mains nues avec la schizophrénie. Alors la vie ne me fait pas peur. Je sais que si j’ai pu surmonter cette maladie, et la mélaconlie qui était une souffrance de chaque instant, je pourrai affronter les épreuves qui jalonnent toute vie.

Je suis forte dans mes projets, car je sais que je n’ai rien à y perdre.

Je suis forte face à la solitude parce que je la connais bien, parce que j’ai vécu malade et seule, parce que je me suis battue seule.

Je suis forte parce que je sais que rien ne dure et qu’il ne faut rien regretter.

Je suis forte parce que je sais que tout passe, même les pires douleurs, et que je ne regretterai pas la vie au moment de mourir mais que je ne veux pas hâter ma mort non plus.

Je suis forte parce que j’ai les livres qui ont toujours été là pour moi. Parce que j’ai tous ces mondes en moi et à portée de mains. Je suis forte parce que cette passion me porte, et que tant que j’aurai des livres, rien ne sera vraiment perdu.

Je suis forte parce que je sais que je ne suis pas très sympa, que je suis lunatique, et bizarre, mais que ça m’est égal à présent qu’on me le reproche.

Mais je suis faible face à la toute-puissance des autres.

Le pouvoir, je m’en moque, je fais ce qui me plaît, en faisant semblant de plier s’il le faut, mais mes convictions ne sont pas à vendre, et cette liberté-là, on ne me la prendra jamais. Je peux me battre à armes égales, je crois même que j’aime ça.

images (24)

Mais la toute-puissance de l’autre, son indifférence à la personne qui est en face, son mépris de sa souffrance, oui devant cela je suis faible. Cette toute-puissance légalisée en psychiatrie, elle me détruit. L’enfermement. Le déni d’altérité. La confiscation d’humanité. La privation de droits. Tout ce qui rajoute de la souffrance à la souffrance. Les cris, les larmes, le silence mortel qui tombent dans le vide, oui devant ça je suis faible. Je ne me sens plus rien, rien qu’une souffrance inutile, rien qu’un appel désespéré. Un humain qui crie devant d’autres humains et ne comprend pas leur indifférence. Leur cruelle et si terrible indifférence. Qui peut-être est de l’habitude, de la lassitude, ou simplement de l’inhumanité. De la peur, de l’autre ou du risque. Des humains qui pour le bien font le mal. Se persuadent du bien pour ne pas voir l’évidence du mal qui se répand juste devant leurs yeux. Qui savent à notre place, qui nous volent nos pensées, littéralement. Ou haussent simplement les épaules.

Là, je n’ai plus de force, sinon celle de me retourner contre moi, car je dois forcément mériter tout ça. Mais raison sait que non mais pas mes émotions. Là, mon seul désir est de me perdre en moi, de m’éloigner de tous, de ne plus rien espérer, ne plus rien ressentir. Me protéger dans ma forteresse, vide s’il le faut.

Oui, la maladie m’a appris la force, une force que jamais je n’aurais cru avoir. Mais mon besoin vital de sentir de la compréhension pour la souffrance de cette maladie est ma très grande faiblesse, celle qui pourrait me tuer.

Publicités

2 commentaires »

  1. behemothe Said:

    Serait-ce l’enfer c’est les autres de Sartre?
    Ben on est aussi l’autre de quelqu’un. Ca permet de relativiser.
    Il y a longtemps que le monde ce serait arrêté et aurait disparu si tout un chacun était capable de comprendre et ressentir la souffrance de l’autre. On a sa souffrance et elle n’est que pour nous, tout au moins peut on demander qu’on la respecte, mais même là c’est perdu. On a donc sa souffrance et la souffrance de l’incompréhension des autres. d’ailleurs cette souffrance, ce ne serait pas plutôt ce sentiment de ne pas être comme les autres et les autres de ne pas être comme eux. En quelque sorte des immigrés de l’humanité dont on ne veut.

  2. Lana Said:

    Ce n’est tant l’enfer c’est les autres que l’enfer ce sont ceux qui ont tout pouvoir sur certains. Bien sûr on ne peut pas comprendre la souffrance de tout le monde, mais quand on est face à quelqu’un dont le métier est de nous aider et qui ne comprend pas, voire profite de son pouvoir, je trouve ça insupportable


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :