Urgences psychiatriques : « On évite des drames tous les jours »

Le personnel des urgences psychiatriques en grève depuis le 12 juillet a reconduit son mouvement, suivi à 100% d’après les infirmiers, 96% selon la direction.  Les grévistes dénoncent le manque de personnel et de moyens.

Assignés à leurs postes les infirmiers des urgences psychiatriques du CHU sont en grève illimitée depuis le 13 juillet. Le personnel, gréviste à 96% d’après la direction, maintient tant bien que mal la continuité des soins aux urgences psychiatriques de Purpan,  tout en dénonçant le manque de moyens. Les hospitaliers de Marchant qui étaient en grève pour les mêmes raisons il y a un an sont solidaires et ont signé  le  communiqué commun de la CGT. «Lundi soir nous avons été reçus par le professeur Schmitt, chef du service du pôle psychiatrie, qui nous a dit qu’il  nous comprenait mais ne pouvait répondre à nos attentes. Le DRH du CHU n’est pas venu à cette réunion», explique Julien Bénézech, infirmier psychiatrique. «On nous a annoncé l’arrivée d’un agent de service remplaçant, d’un infirmier début août et d’un médecin cet été. Ce n’est pas suffisant car nous fonctionnons avec l’équivalent de 36,2 postes au lieu de 40 normalement. Vu l’augmentation de l’activité, de l’ordre de 10% par an, nous devrions être au moins 46. On évite des drames tous les jours» confie cet infirmier qui a eu à à gérer tout seul 8 personnes en même temps le 15 juillet. Des patients «agités, délirants» qui arrivaient en consultation au rez-de-chaussée du Pavillon Laporte. «Nous voulons travailler dans des conditions adaptées, mais le manque de personnel aggrave la souffrance des gens ainsi que la mise en danger d’eux-mêmes et d’autrui» dit encore Julien Bénézech.

«Des mesures sont prises pour conforter le personnel médical et non médical» indiqueThérèse Cousseau-Bourdoncle, secrétaire générale du CHU. «La pénibilité des urgences est prise en compte. Le versement d’une prime est à l’étude.»

http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/20/1131156-on-evite-des-drames-tous-les-jours.html

Publicités

2 commentaires »

  1. Igor Thiriez Said:

    Je ne suis pas sur que le versement d’une prime soit forcement la bonne solution. Bosser aux urgences est probablement l’un des boulots les plus pénibles et stressants. On ne tient rarement plus que quelques années…

  2. Lana Said:

    Verser une prime, c’est du foutage de gueule. Le personnel veut travailler mieux, soigner mieux, pas une prime de risques pour faire un mauvais travail!


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :