Ils sont SDF, psychotiques et « piqués » : qui ça arrange ?

More sharing options

Publié le 25/11/2011 à 06h09

Le regard embrumé, une sexagénaire erre autour de la Halte Femmes, dans le XIIe arrondissement de Paris. « Elle est sous traitement retard », commente Solange, animatrice dans cet accueil de jour depuis quatre ans.

« Elle a eu son injection hier. »

« La plupart des gens qui vivent dehors savent ce qu’est l’injection retard », affirme Jeff, 31 ans, à la rue depuis sa majorité.

Le traitement à effet retard, dit « injection retard » est prescrit par les psychiatres contre les psychoses – notamment la schizophrénie, les troubles bipolaires et les états limites. Seuls sont concernés les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU).

Cette injection antipsychotique évite d’avoir à prendre des médicaments tous les jours. La piqûre libère lentement le principe actif dans l’organisme du malade, appelé à revenir toutes les deux à quatre semaines pour renouveler sa piqûre. Jeff :

« Pendant, les deux-trois premiers jours, c’est sûr qu’on est “out”. »

 

La suite ici, avec illustrations, pdf et documents sonores:

http://blogs.rue89.com/francis-paris/2011/11/25/ils-sont-sdf-psychotiques-et-piques-qui-ca-arrange-225847

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :