Marcher brisée

Je ne suis pas celle que les gens veulent que je sois. Je ne suis pas de leur monde et je ne peux pas vivre dans le mien. Je ne peux pas vivre sans les autres et je ne peux pas vivre avec les autres. Je marche sur un fil en portant sur une perche ma pseudo normalité de façade et ma folie en équilibre. Je cache ce que les gens ne veulent pas voir mais je ne peux pas montrer des sourires factices et discuter de choses sans intérêt avec des gens qui ne me sont rien. Ils ne veulent pas voir qui je suis mais me reprochent la façade que je leur montre. Ils veulent que je me taise, ils veulent que je parle, ils veulent que je sourie, ils veulent toujours celle que je ne suis pas. Quoique je fasse, quoique je dise, ce n’est jamais ce qu’il faudrait.

images (1)

Alors je me tais, je ne les regarde plus, je me retire en moi-même, je leur abandonne leur monde et je me brise. Et  j’espère ne plus les déranger. Ne plus rien leur demander, ni leur devoir, juste vivre à côté d’eux comme un fantôme que leurs dents sanglantes n’attendraient plus. Transparente et insensible. Mais j’ai atrocement mal, et je leur cède mon élan vital, mais ce n’est jamais assez. Je ne suis toujours pas celle qu’il faudrait. Jamais. Je me réfugie dans mon lit, derrière mon I-Pod et mes livres. Et je porte ma perche de plus en plus vacillante, et je ne sais pas de quel côté je préfère tomber, parce que rester en équilibre c’est trop dur, alors il faut choisir de tomber, pour cesser de marcher brisée.

Publicités

13 commentaires »

  1. behemothe Said:

    Je peux faire mien ce texte, jamais j’aurai su aussi bien le dire

  2. Alain Said:

    Je suis d’accord, c’est très bien écrit, mais, Lana, ne te laisse pas tomber, ne nous laisse pas tomber.

  3. Lana Said:

    Ca va passer, comme toujours, mais c’est épuisant.

  4. murielle Said:

    Je ne saurais jamais dans mes tripes et ma tête ce que tu ressens. Je voudrais dire que je comprends mais ce serait indécent parce que j’ai eu la chance de naître sans « ce mal ». Alors encore une fois je te dis simplement que j’admire ton courage et ta force dans ta lutte sans fin. Je ne te connais pas mais je pense souvent à toi. Je t’envoie mes pensées les plus positives et amicales.

  5. Lana Said:

    Merci beaucoup.

  6. Igor Thiriez Said:

    Vous dites ne pas être toujours celle qu’il faudrait mais vous l’êtes sûrement bien plus que vous le croyez. En exprimant si bien ce que vous vivez vous pourriez devenir un véritable porte parole pour beaucoup. Bon sinon j’espère que cette phase difficile va passer vite.

  7. Lana Said:

    C’est ce que je viens de me dire: au moins ma vie aura servi à faire comprendre la schizophrénie à quelques personnes. C’est déjà ça. Peut-être que je suis celle qu’il faut ici, mais sûrement pas au travail, sûrement pas dans le monde « normal ». Mais c’est ma vie, il faut bien faire avec.

  8. Dafodil Said:

    Comme tous les commentateurs précédents, j’admire ta justesse et ton honnêteté dans l’écriture, en plus de ton courage. Ton blog est salutaire, j’espère qu’il t’aide toi aussi.

  9. charlotte Said:

    C’est comme toujours très beau,

    Bon courage

  10. […] La suite ici: marcher brisée […]

  11. Fred Said:

    Bon courage Lana. Tiens bon!

  12. Lana Said:

    Merci à tous. Oui, le blog m’aide aussi, heureusement!

  13. Lana Said:

    Merci Murielle pour ton article.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :