En vie

Ecrire, ça sert à ne pas s’écrouler complètement. Ecrire, ça sert à parler quand on ne peut plus rien dire. Ecrire, j’en ai besoin quand je vais mal.

Quand on lit mes textes les uns après les autres, on se dit que je vais mal tout le temps, que je passe mon temps à me plaindre ou à souffrir.  Alors qu’en réalité, eh bien non. Il y a de longues périodes pendant lesquelles je vais bien.  Ecrire pour dire ce qui va bien, ça ne me vient jamais à l’esprit. Mais à force, je ne donne à voir que le négatif et ça fausse l’image que je donne de cette maladie, enfin de la mienne.

Mais qu’écrire sur ce qui se passe bien?

Que parfois je cours dans une descente avec mon chien comme un gosse parce que je suis heureuse? Et que je ris aux éclats quand mon chien se retourne pour m’attaquer les pieds?

Que certains livres me ravissent et me happent dès les premières pages par leur beauté? Que d’autres me passionnent par ce qu’ils m’apprennent? Par ce qu’ils me donnent à voir du monde et de la nature humaine? Que je ne dors pas assez parce que je ne peux lâcher mes livres?

Que je suis heureuse d’être au moins l’amie de celui qui ressent trop fort qui est trop près pour pouvoir m’aimer, que j’aime lui parler, le voir, l’écouter, que c’est déjà ça, c’est déjà une chance et qu’il faut savoir l’apprécier?

Que j’aime mes amies, que je suis fière d’elles et que j’adore passer des heures au téléphone en fumant avec elles?

Qu’à l’étage de la librairie où je travaille, je me sens chez moi, dans cet espace plus calme que le rez-de-chaussée, avec sa moquette pourrie, oui je suis chez moi, et mon rayon c’est comme si c’était ma bibliothèque personnelle, et j’aime être celle qui connaît tout ça et renseigne les gens? Que je suis heureuse quand les gens ont aimé le livre que je leur ai conseillée? Que je me jette sur les caisses de nouveautés comme sur des cadeaux de Noël, avec la même curiosité qu’il y a dix ans? Que je rigole et débats et m’emporte avec mes collègues?

Que j’aime chanter comme une casserole toute seule chez moi et danser dans mon salon? Que l’I-Pod le matin me fait marcher comme au combat?

images

Il n’y a que des choses banales à écrire sur ce qui va bien. Mais il fallait peut-être le dire une fois. Dire que ma vie c’est aussi ça, pas seulement la maladie, pas tout le temps la maladie, mais aussi une vie banale avec tout ce qu’elle a de force de vie, d’envie, d’enthousiasme, de passion et d’amour.

Publicités

14 commentaires »

  1. Dafodil Said:

    En effet, c’est bien de lire ça!
    (et de s’y reconnaître, aussi… ah, les livres!)

  2. Behemothe Said:

    ah qu’elle bonne l’idée, géniale, même. Mais oui ça fait du bien à lire. Merci

  3. charlotte Said:

    Que c’est agréable de te lire heureuse ! Que ta joie demeure !

    A très bientôt.

  4. Iphigénie Said:

    C’est un bonheur de lire ça Lana… et de t’avoir au téléphone ! 😉

  5. Lana Said:

    Merci! Mais je ne me fais pas d’illusions, la vie c’est dur, la maladie revient à intervalles réguliers, mais il y a aussi des bons moments.

  6. waltercolor Said:

    Dieu, que c’est beau, des banalités comme ça. J’en pleurerais…

  7. Sybilline Said:

    Ton texte m’a beaucoup émue…Merci pour cette page. Je ne l’ai pas trouvé banal, non…Touchant, oui. Je ne sais pas si c’est le contraste avec le reste ou tout simplement ton style épuré et sincère.

  8. lex Said:

    comment allez-vous bien aujourd’hui ?
    j’ai développé une allergie au négatif. Je positive tout . Si vous allez mal, ne venez pas contaminer les hommes-rats en devenir qui positivent et cherchent à s’en sortir

  9. lex Said:

    tout va bien lorsque tout va mal
    ne chialez pas, je ne peux pas supporter de voir ça :), rigolez, souriez sans forcer, encore un petit effort. Je veux apercevoir sur vos faciès l’expression non-équivoque d’un bonheur libre et authentique validé par des autorités compétentes. J’exige que le bonheur, notre bonheur, le votre, fasse l’objet d’un traitement particulier

  10. Sybilline Said:

    Lex,

    La démarche de Lana me semble très positive, car elle tente d’expliquer ce qui se passe à l’intérieur d’elle-même. Je crois que cette communication est essentielle.
    Bon, peut-être as-tu dit cela sur le ton de l’humour…Je sens que tu en veux aux médecins et autorités compétentes!

  11. lex Said:

    bien sur que c’est positif. Je suis ici pour la même raison. Ce blog est une sorte d’oasis au milieu du ‘désert de la santé mentale’

  12. jeanmarc Said:

    OUI !! çà fait du bien de lire cela! les petites oies qui parsèment nos jours, nous permettent de traverser une vie quelques fois dure, quelques fois très dure…
    Merci Lana de ce moment de respiration.

  13. Grosjean Said:

    j’ai ressenti, en lisant ce texte touchant, beaucoup de choses en commun par rapport au plaisir de la lecture : les livres, nos compagnons fidèles quand tout part à l’envers, la nuit, nous lisons et notre esprit voyage, nous nous endormons enfin sur les mots que nos paupières fatiguées retiennent, la faim à la fin, quand nous laissons un livre avec regret, impatient d’en reprendre un autre, le papier des pages, son odeur, sa texture, sa forme, puis, les mots, les phrases, les dialogues,la vie qui s’en dégage.
    Un peu plus vivant à chaque livre…

  14. Sybilline Said:

    A Lex,

    J’aime toujours autant ton art de la métaphore. Belle image pour parler du blog de Lana.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :