Norvège: Anders Breivik déclaré responsable de ses actes

OSLO (AP) — Anders Breivik, auteur avoué de l’attentat et du massacre qui ont fait 77 morts l’été dernier en Norvège, est pénalement responsable de ses actes, selon une contre-expertise psychiatrique rendue publique mardi qui contredit un premier examen. Le procès du jeune homme doit commencer lundi prochain et durer dix semaines.

La précédente expertise avait conclu qu’Anders Behring Breivik, âgé de 33 ans, était psychotique pendant et après les attaques du 22 juillet 2011 et qu’il était paranoïaque et schizophrène. Le parquet avait alors déclaré qu’il demanderait son internement psychiatrique plutôt que la prison en cas de condamnation, à moins de recevoir d’autres informations concernant sa santé mentale. Le tribunal tiendra compte des deux rapports pendant le procès. Le jeune homme est accusé de terrorisme et meurtres.

Les psychiatres Terje Törrissen et Agnar Aspaas avaient été chargés de réaliser une nouvelle évaluation. « Notre conclusion est qu’il n’est pas psychotique au moment des actes de terrorisme et qu’il n’est pas psychotique maintenant non plus », a déclaré Terje Törrissen à l’Associated Press. Le rapport étant confidentiel, les experts ont refusé de dire pourquoi leur diagnostic diffère du précédent et ont souligné qu’ils exposeraient leur raisonnement au procès.

Breivik revendique l’attentat à la bombe contre le siège du gouvernement à Oslo, qui a fait huit morts, et le massacre par balles de 69 personnes sur l’île d’Utoya, où se tenait un camp d’été des jeunesses travaillistes. Il nie toutefois être un criminel car il se considère en guerre contre l’immigration musulmane et le multiculturalisme en Europe.

Breivik se dit sain d’esprit et a adressé une lettre aux médias norvégien pour dénoncer la première expertise psychiatrique, fondée selon lui sur des mensonges. Il s’est déclaré « satisfait » des conclusions du nouveau rapport, d’après son avocat, Me Geir Lippestad. Le conseil a ajouté que son client assumerait la responsabilité de ses actes. « Non seulement il les défendra mais il déplorera aussi de ne pas être allé plus loin », a-t-il dit.

Breivik avait affirmé aux enquêteurs faire partie d’un groupe d’extrême droite voulant mener une révolution « patriotique » pour renverser les gouvernements européens et expulser les musulmans, mais la police n’a trouvé aucune trace de cette organisation des « Chevaliers du Temple » et le considère comme le seul organisateur et auteur des assassinats. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120410.FAP2507/norvege-anders-breivik-declare-responsable-de-ses-actes.html

Publicités

77 commentaires »

  1. Iphigénie Said:

    Eh bien moi je me réjouis de cette nouvelle orientation du procès, parce que c’est un peu facile de commettre les pires atrocités et de se laisser ensuite considérer comme irresponsable… d’autant plus que ça jette une fois de plus l’anathème sur les psychotiques.
    A ce rythme-là, tous les grands criminels de l’histoire, tous les dictateurs sanguinaires sont des psychotiques… Je ne suis pas d’accord. On peut avoir un réel attrait – parfaitement assumé – pour le mal, l’extermination d’autrui, et aller jusqu’au bout de cette volonté.

  2. Lana Said:

    Ce n’est pas lui qui se laisse considérer comme irresponsable, au contraire depuis le début il veut être jugé et pense que ce serait pire que la mort d’aller en HP. Je crois que c’est surtout aux psys de faire bien leur boulot, et de ne pas confondre folie et volonté de faire le mal, comme tu dis on peut être sanguinaire sans être psychotique, je crois qu’il y a même bien plus de gens sanguinaires qui ne sont pas psychotiques que le contraire. Mais il ne faut pas non plus que le fait d’être enfermé en HP passe pour un défaut de jugement, parce que un, c’est loin d’être le paradis, deux la prison n’est pas un endroit pour des gens malades, si tant est qu’elle soit un endroit pour quelqu’un d’ailleurs dans son état actuel.

  3. Alain Said:

    C’est une question très difficile. Il faudrait déjà savoir pourquoi les psychiatres qui l’avaient examiné pendant sept heures la première fois ont conclu au diagnostic de schizophrénie paranoïde. J’ai du mal à croire qu’ils soient à ce point incompétents. Je pense que cette affaire relève plus de la politique que de la psychiatrie.

    Quant au fond, J’ai toujours considéré que rendre responsable un schizophrène qui agit sous le coup d’un délire est la plus atroce des injustices, quel que soit le crime commis. On sait que sous l’emprise du délire, on ne se contrôle pas et juger quelqu’un qui agit hors de son contrôle est une abomination selon moi. Mais cela fait plaisir à certains groupes de pression et je pense, je vais être un peu sévère, que les psychiatres n’ont pas fait grand chose pour s’opposer à cette dérive. Je dirais même que cela en arrange certains qui se débarassent ainsi des sujets encombrants.

    Les grands criminels de l’histoire ne sont pas pour moi des schizophrènes. Un schizophrène qui agit sous le coup du délire n’est pas capable d’une planification de masse des crimes, il agit de façon impulsive, cela n’a rien à voir avec les crimes d’extermination qui ont eu lieu pendant et après la seconde guerre mondiale. On pourra toujours dire que Hitler et Staline étaient des fous, on aura pas expliqué comment des gens capables de gouverner des empires n’éatient pas capables de se maitriser. Confondre cela avec la schizophrénie est de la pure incompétence.

  4. Lana Said:

    En même temps, j’ai vu un psy qui affirmait que Romain Dupuy n’était pas schizohrène, alors que franchement le contraire est flagrant. Donc sur la fiabilité des expertises, j’ai quelques doutes. Breivik n’a pas l’air schizophrène, plutôt quelqu’un d’autoradicalisé et très organisé. S’il avait été musulman, on aurait tout de suite dit qu’il était terroriste sans parler de schizophrénie. Mais un bon Européen qui fait ça, forcément il est fou! Enfin, ce ne sont que des considérations que je fais en voyant les choses de l’extérieur, donc sans aucune certitude.

  5. Alain Said:

    Je ne suis pas spécialiste, mais j’ai lu que des personnes paranoïaques étaient capables de fonctionner normalement et de dissimuler leur obsession. Est-ce qu’un tel cas relève d’un traitement psychiatrique, même s’il n’existe aucun remède connu à ce jour ou faut-il enfermer ces personnes en prison ? J’avoue que c’est un cas de conscience que je n’arrive pas à résoudre.

  6. Alain Said:

    Enfermer en prison dans le seul cas où ils ont commis un crime, bien évidemment…

  7. Lana Said:

    Oui, je me doute que c’est quand ce sont des criminels, lol! La paranoïa est un délire, donc à priori je dirais que la personne n’est pas responsable. Les paranoïaques se font rarement soigner de leur plein gré, mais peut-être qu’il y a des traitements efficaces, je ne connais pas très bien la question.

  8. Alain Said:

    J’ai trouvé un article sur l’application des TCC au traitement des idées délirantes (delusions). Il en ressort que le thérapeute doit prendre le patient au sérieux et que la prévalence de cette condition dans la population est assez élevée. Pour avoir une idée de cet article, on peut utiliser Google translate, le résultat est acceptable.

    apt.rcpsych.org/content/12/6/404.full

    (mettre http:// devant)

  9. Sybilline Said:

    Bonjour à tous,

    Les échanges sont toujours aussi intéressants. Peut-on penser que tout criminel souffre d’un trouble?
    Tous les troubles sont-ils explicables, soignables?

    Je pense que c’est bien que Breivik ait donné son point de vue et assumé ses actes. Pour moi, c’est un fanatique, quelqu’un qui s’est englué dans la haine d’une communauté parce qu’il a dû souffrir de certains débordements.

    Cela dit, je crois que les gens dangereux doivent absolument être mis à l’écart pour protéger les autres. Dans le soin de ce type de cas se pose un problème: celui du financement. S’il y a à choisir, il est vrai que je serai davantage pour aider ceux qui n’ont commis aucun crime que les autres.

    Je connais un surveillant de prison qui me dit que 80 pour cent des détenus sont suivis psychiatriquement et prennent des cachets. C’est énorme! Mais peut-on faire autrement? Ces gens demandent des moyens humains très importants et ce n’est pas évident dans une structure non sécurisée de réussir à les gérer. Les psychiatres eux-mêmes sont débordés par ce type de problème. On le voit bien dans l’analyse de cas et les erreurs commises.

  10. Alain Said:

    Bonjour Sybilline, bonjour à tous,

    Il y a (beaucoup) de criminels qui ne sont pas malades : les mafieux, les membres de gang, les cartels de la drogue, etc.

    Les troubles ne sont certainement pas tous expliqués à l’heure actuelle, peut être que la recherche permettra d’y voir plus clair dans le futur.

    Je suis d’accord que les gens réellement dangereux doivent être mis à l’écart. Cependant, je suis absolument opposé au fait de mettre des malades en prison. Auparavant, c’était l’hopital qui assumait ce rôle avec des services fermés spécialisés. Depuis, l’hopital a subi la politique de réduction de lits, d’effectif et de durée d’hospitalisation. Il ne joue plus le rôle de lieu de séjour de dernier recours pour les malades. Beaucoup de malades se retrouvent à la rue, c’est l’évolution à l’américaine. Dans ces conditions, à cause de l’alcool , des drogues, de la fréquentation de criminels, de l’absence de soins, des malades qui auraient pu s’en sortir deviennent dangereux.

    En plus d’être inhumain, cette politique produit de la dangerosité.

  11. Sybilline Said:

    Bonjour Alain,

    Je n’étais pas au courant de cette politique en particulier. Si l’hôpital avait réellement la capacité de soigner ces gens, sans que d’autres soient mis en danger, je pense que c’est une bonne chose en effet. Le problème et on le voit dans cet article,comme dans d’autres, c’est que les réponses restent floues.

    Certains psychiatres disent que la personne n’est pas malade et dans les faits, en prison, elle est considérée comme l’étant. Ici, Breivik explique qu’il l’a fait sciemment et les spécialistes semblent dire qu’il souffre d’un trouble. La question de la responsabilité criminelle est vraiment épineuse…Je me demandais cependant si quelqu’un qui est poussé dans l’action par des hallucinations, n’était pas capable (grâce à la morale et l’interdiction du crime) de renoncer à « écouter » des voix criminelles en lui. C’est une simple question. Mais sous l’effet des symptômes, n’y a-t-il aucun contrôle possible?

  12. Alain Said:

    Bonjour Sybilline,

    Tout dépend de l’état de confusion mentale du patient. S’il entend des voix et s’il sait qu’elles sont le fruit d’une hallucination et s’il parvient à diriger ses pensées, il peut leur désobéir et ne pas commettre de crime.

    Par contre s’il est dans un état de confusion mentale, s’il est persuadé que les voix ont une origine externe réelle, par exemple, et c’est souvent le cas, celle d’une divinité, il peut être dans l’impossibilité de résister par peur d’un chatiment atroce en cas de désobéissance.

    Lors de ma première hospitalisation, j’étais dans un tel état de trouble que je n’arrivais plus à penser. C’est difficile à expliquer. En fait, les pensées s’imposaient à moi, je n’avais plus aucune prise sur elles, je n’arrivais plus à les diriger ni à penser à ce que j’avais envie. Heureusement que j’étais à l’hopital et qu’aucune voix ne m’imposait de commettre un crime, j’aurais été dans l’incapacité d’y résister.

    C’est pour cela qu’il est inhumain de laisser à la rue ou en prison des personnes qui délirent et de les acuser ensuite d’avoir commis un crime. Celui qui sait ce qu’est un délire ne peut pas admettre un tel traitement.

  13. Lana Said:

    Pour les 80% de détenus qui prennent des cachets, ça ne veut pas dire qu’ils avaient une maladie mentale avant. Elle peut être créée par les conditions de détentions. On donne aussi facilement des médicaments pour avoir la paix.

  14. Anonyme Said:

    Est-ce que vous avez vu les images de Breivik à son procès ? Son salut fasciste, son absence d’émotion à la lecture des noms des victimes ? Qu’est-ce que vous en pensez ?
    Moi ça me laisse perplexe, je me dis que s’il avait agi sous le coup d’une hallucination, depuis le temps il aurait pu avoir un regard un peu critique sur ce qu’il a fait… Enfin je ne sais pas, mais à moi il me paraît surtout un terroriste d’extrême-droite fier de ce qu’il a fait, comme le sont souvent les terrorristes…

  15. Anonyme Said:

    C’est Iphigénie.

  16. Alain Said:

    Bonsoir Iphigénie,

    D’après ce que je sais, Breivik a agi de façon très organisée, il planifié son attentat depuis des années et il a théorisé sa pensée dans un livre publié sur Internet. C’est très différent d’un meutre commis par un schizophrène qui agit sous le coup d’un délire et qui ne planifie pas son action mais est sous l’influence de ses hallucinations.

  17. Lana Said:

    Je ne crois pas non plus qu’il soit psychotique, ou alors la moitié de l’Allemagne l’était en 1940!

  18. Alain Said:

    Il pourrait être paranoïaque sans être schizophrène, mais je ne suis pas médecin… et on ne connait pas les circonstances de son examen. Ce qui est troublant, c’est que deux équipes l’ont examiné longtemps et ne sont pas tombées d’acord.

  19. Anonyme Said:

    Paranoïaque, oui, il peut l’être, mais je me pose alors la question : est-ce que la parano rend irresponsable de ses crimes ? Parce que les paranoïaques sont par exemple excessivement jaloux, ils peuvent en venir à tuer leurs compagnes sans aucune raison valable sinon leur délire de jalousie (de toute façon il n’y a jamais aucune raison valable, on est bien d’accord…), mais à ce moment-là est-ce qu’ils sont pénalement irresponsables ?

  20. Anonyme Said:

    C’est encore Iphigénie et je ne sais pas pourquoi mon pseudo ne passe plus…

  21. Iphigénie Said:

    Test

  22. Alain Said:

    ça m’est arrivé aussi, mon pseudo ne passait pas, il faut vérifier qu’il apparait dans la case avant de poster 😉

    Tu poses une question difficile sur la responsabilité d’un paranoïaque. S’il est capable de distinguer le bien du mal, s’il est conscient que ses obsessions sont l’effet d’un délire (pas le même qu’un délire de crise aigüe comme pour les psychoses) et s’il est capable de maitriser ses réactions, alors je dirais qu’il peut être considéré comme responsable. Mais ça fait beaucoup de « si ». J’aimerais bien que quelqu’un comme Igor nous donne son point de vue.

  23. Lana Said:

    En même temps, quasiment tous les fanatiques peuvent être qualifiés de paranoïaques. C’est toujours la même question, est-ce que le fanatisme est de la folie?

  24. Alain Said:

    C’est pour ça que le terme de folie dvrait être banni. Il s’agit de déterminer si la personne a conscience du mal qu’elle cause et si elle peut s’en empêcher.

    La société doit s’en protéger mais, à mon avis, en prenant en compte ces conditions et ne pas punir une personne pour une faute dont elle n’est pas responsable.

  25. Igor Thiriez Said:

    Son absence totale de remords et de culpabilité pourraient aussi faire songer à une dimension psychopathique… Les psychopathes, autrement appelés sociopathes ou personnalité antisociale sont fréquents parmi les tueurs en série notamment.
    Bref, ce terroriste me fait effectivement davantage penser à un sociopathe paranoïaque qu’à un schizophrène… On est dans des théorisations délirantes trop complexes et organisées pour de la schizophrénie, et donc pas vraiment « curables » à l’heure actuelle…
    Après pour ce qui est de la responsabilité pénale, hélas ou heureusement, cette question dépasse de loin le domaine de la psychiatrie dans ce cas. C’est avant tout de la politique…

  26. Alain Said:

    Merci Igor pour cette réponse. Il me semble cependant que la psychiatrie a un rapport avec la justice dans la mesure où il y a des experts psychiatres et aussi, de façon plus grave parce qu’il y a une tendance à éloigner des hopitaux les personnes déclarées dangereuses et à les laisser aller en prison. Il me semble qu’il y a là une dérive et je la trouve néfaste.

  27. Lana Said:

    Quand une personne élabore des théories fanatiques qui ont l’air délirantes, on se pose en général la question de sa santé mentale. Mais je m’interroge quand même sur la faculté humaine, qui à l’air des plus courantes, à adhérer à ce genre de théories. Hitler seul n’aurait rien pu faire, mais des tas de gens a priori sain d’esprit ont adhéré à ses idées et les ont mises en oeuvre. Pareil pour le terrorisme en Algérie, soi-disant au nom de Dieu, mais ces gens qui imposaient des régles à la population et ne les respectaient pas eux-mêmes (par exemple la virginité pour les jeunes femmes mais eux-mêmes violaient des vierges sans arrêt). Donc ou ce genre de théorie n’est pas de la folie mais de la bêtise humaine radicale, ou ces gens ne pensent qu’au pouvoir et se servent de théories ridicules auxquelles ils ne croient pas eux-mêmes.
    C’est d’ailleurs la question de la différence entre le délire et des croyances farfelues. Quand je vois les livres d’ésotérisme qu’on vend, franchement c’est hallucinant ce qui est écrit là-dedans, on en enferme beaucoup pour moins que ça. Mais parce que c’est partagé par plusieurs personnes, ce sont des croyances farfelues, alors que le délire est une croyance individuelle, mais il n’y a pas de différence de contenu. Et puis je me dis que les gens qui écrivent ces livres (90% seraient qualifiés de délirants s’ils étaient seuls devant un psy) ont bien dû être seul à y croire avant d’avoir des lecteurs. Donc à partir de quand le délire n’en est-il plus? Pour que vous mesuriez bien ce dont je parle, je vous donne des exemples de sujet de livres d’ésotérisme qui sont des best-sellers: j’ai été enlevé par les extraterrestres, nous descendons de reptiles extraterrestres, il faut demander ce qu’on souhaite à l’univers et faire des réclamations si ça ne marche pas, j’ai fait un voyage temporel chez les Esseniens et en revient avec leur sagesse, les pannes de mes appareils ménagers correspondent à mes émotions, etc.

  28. Alain Said:

    En tout cas, toi, Lana, tu ne délires pas, ton argument est convaincant.

    La différence entre délire véritable et idées farfelues, à mon avis est le fait que dans le délire, on est submergé par des idées envahissantes et qu’on en est victime et qu’on en souffre. Les auteurs d’idées farfelues sont plus pour moi des manipulateurs qui cherchent à embrigader les autres, ce qu’un malade ne cherche jamais à faire.

    Le cas des psychpathes dont parle Igor est un cas limite, je n’ai pas d’avis bien tranché sur leur responsabilité ou non. Le fait que ce ne soit pas « curable » est un malheur pour tous.

  29. Lana Said:

    Oui, je suis d’accord avec toi, d’ailleurs j’en étais déjà venue à cette conclusion, j’avais oublié!! En tout cas, cela montre à quel point les frontières sont floues et comme il est difficile de dire de quel côté se trouve une personne.

  30. Sybilline Said:

    Bonjour à tous,

    A nouveau, je trouve la réflexion vraiment passionnante. Vous m’avez mis certaines idées au clair…Intéressante la distinction faite par Igor entre psychopathe et schizophrène. Je ne la connaissais pas. Pour moi, le mot « psychopathe » n’avait pas de résonance médicale.

    Merci Alain et Lana pour vos exemples très pédagogiques.

    Voici un peu d’où je tire mes sources. Le surveillant de prison avec qui je discute s’occupe en dilettante puisque les équipes tournent d’un criminel en série qui a commis des actes de barbaries, de nombreux articles existent sur lui. Il s’agit de Philippe Siauve. Il m’en parlait, car évidemment il a pris la peine maximale (pour plus de détails sur ces crimes horribles, voir les articles sur le net). Il me racontait qu’il était soigné pour schizophrénie. Parfois, il regarde la télé et entend des voix. Un jour, il a appelé un surveillant en hurlant en disant qu’il entendant le diable.Or, lorsqu’on lit les articles sur son crime et les rapports psychiatriques de l’époque, il a été jugé « normal », sans aucun trouble. Au procès, il semblerait qu’il n’ait émis aucun remords…C’est là que le bâts blesse. Il est en prison depuis 23 ans si mes souvenirs sont bons, il est « soigné » et prend des cachets, alors que tous les articles de journaux disent qu’il n’avait aucun trouble. Commettre de tels crimes avec une telle violence ne me semble pas relever de la « normalité ». Mais l’étiquette utilisée par ma connaissance sur le terme de schizophrénie est-elle juste? Je me demandais et Igor pourra peut-être nous répondre si on soigne les psychopathes avec des neuroleptiques également…

    Mais tu as raison Lana sur le fait qu’on donne des cachets pour avoir la paix. Cela dit, les surveillants ne sont pas formés non plus pour gérer ces soucis. Ils n’ont que 15 jours de formation sur le sujet…

    Dans le cas de P.Siauve il y a vraiment un problème de diagnostic, même si je n’ai pas parlé à son médecin, le surveillant de prison que je connais me dit qu’il souffre réellement d’hallucinations. Parfois, il a vraiment besoin de parler et à d’autres moments, il a le regard vide et se renferme, il entend des voix négatives. La question est:a-t-il été responsable de ses actes? Mais s’il ne l’a pas été, que dire aux familles des victimes et peut-on le mettre aillleurs qu’en prison car il est vraiment dangereux (ou l’était).

  31. Alain Said:

    Bonjour Sybilline,

    Tu écris : « La question est:a-t-il été responsable de ses actes? Mais s’il ne l’a pas été, que dire aux familles des victimes et peut-on le mettre aillleurs qu’en prison car il est vraiment dangereux (ou l’était). »

    Je dirais que c’est aux experts de se prononcer et qu’ils devraient être compétents.

    Où le mettre ? Pour moi, à l’hopital dans un centre fermé. La prison c’est fait pour les criminels pas pour les malades. L’hopital c’est fait pour les malades. C’est ma façon simple de raisonner.

    Le problème c’est que la politique de fermeture des lits en psychiatrie et de suppression des longs séjour conduit à mettre ces personnes en prison.

  32. Lana Said:

    La psychopathie est un trait de caractère et non une maladie, donc ça ne se soigne pas.

  33. Alain Said:

    Oui, peut être, mais la personne dont parle Sybilline est schizophrène, il a des hallucinations.

    « Parfois, il regarde la télé et entend des voix. Un jour, il a appelé un surveillant en hurlant en disant qu’il entendant le diable. »

    Pour la psychopathie, peut être qu’un jour on arrivera à déterminer que ce trait de caractère est lié à une déficience du cerveau.

    Je ne suis sûr de rien, cependant.

  34. Lana Said:

    Je répondais à la question: la psychopathie se soigne-t-elle avec des neuroletiques?

  35. Alain Said:

    D’accord, je comprends maintenant 😉

  36. Alain Said:

    J’ai trouvé ce texte sur Internet.

    Higgins (1995) argues that the term psychopath has acquired a pejorative
    connotation within the mental health and social services. The implications are that the patient is
    untreatable, has no proper place in a hospital and is disliked by clinical staff. Indeed, the term is often
    employed in order to reject patients for treatment and for this purpose may be deliberately applied to
    patients with other psychiatric disorders such as schizophrenia or hypomania (Coid, 1988).

    Traduction :

    Higgins avance que le terme de psychopathe a acquis une connotation péjorative dans le système de santé mentale et dans les services sociaux (aux USA et au RU). Les implications sont que le patient n’est pas soignable, n’a pas sa place à l’hopital et est détesté par le personnel médical. En fait, le terme est souvent employé pour dénier un traitement à des patients et à ces fins peut être délibérément appliqué à des patients atteints de maladies psychiatriques comme la schizophrénie et (l’hypomania ?).

    ramas.co.uk/report3.pdf

    (mettre http//.www. devant)

    On se sert donc parfois de ce terme pour rejeter des patients présentant de vrais troubles psychiatriques.

    Ils disent aussi qu’il y a un hiatus entre la définition médicale et la définition judiciaire, ce qui pourrait expliquer la quasi absence de recherches pour traiter ces cas.

  37. Igor Thiriez Said:

    Oui c’est vrai, la psychopathie est souvent un prétexte pour se débarrasser de patients gênants ou pour justifier l’absence de résultats.
    La psychopathie est un trouble de la personnalité qu’il est théoriquement possible de soigner, mais c’est très difficile, notamment car l’adhésion aux soins est souvent absente ou très instable, et car les médicaments ne jouent qu’un rôle de calmant ou de contention chimique.
    Il est tout à fait possible d’être psychopathe et schizophrène, et donc d’entendre des voix. C’est même assez fréquent et assez difficile à distinguer des simulateurs qui sont également très nombreux en prison. Simuler un trouble mental est un moyen de se faire prescrire des médicaments et parfois d’échapper à des petites peines de prison.
    Dans le cas des crimes comme celui du norvégien, trancher sur la responsabilité pénale est vraiment délicat, notamment car malgré l’indépendance des expert, les pressions sont là, notamment celles des politiques et des familles des victimes.
    Enfin pour répondre à Lana, le délire est partout, c’est un constituant essentiel de l’humanité. Mais le délire n’est pas forcément tout le temps pathologique ou soigné. Certaines personnes délirent tout le temps mais parviennent à vivre presque normalement. Écoutez un peu Paco Rabanne parler de ses convictions mystiques, vous verrez qu’on en interne certains pour moins que ça… Par ailleurs, à partir de quand une croyance, religieuse ou autre, devient délirante? Question délicate…

  38. Alain Said:

    Je dirais que le délire devient pathologique lorsque la personne en est sous l’emprise et qu’elle ne peut pas fonctionner normalement du point de vue émotionnel et social.

    Un délire qui fait croire à des aliens n’est pathologique que si la personne en souffre. On ne peut pas confondre, la souffrance due à un délire pathologique, souvent atroce, et l’obsession amusante à propos d’une idée fumeuse.

    Ce n’est que mon avis bien entendu.

  39. Alain Said:

    Pour compléter, à propos de la religion, il me semble que des travaux de recherche ont montré que le cerveau humain a des prédispositions à la croyance en un phénomène divin et je dirais même que l’athéisme est le fait de contrecarrer cette tendance naturelle par un effort de rationalisation.

  40. Sybilline Said:

    Bonjour à tous,

    Que d’échanges depuis mon message d’hier! Je ne savais pas que la psychopathie ne se soignait pas véritablement…Breivik semble bien en être atteint. J’aime mieux d’ailleurs pour lui le terme de sociopathe, utilisé par Igor. Il y a effectivement un trouble lié au rapport à la société, à la culture des autres et à la tolérance face à cette culture.

    Dans le cas de Philippe Siauve, il n’y a évidemment pas à mon avis de simulation d’hallucinations. En effet, il a pris la peine à perpétuité (pour crimes avec actes de barbarie) et il n’ a rien à y gagner. Je vois en tout cas un point commun entre lui et Breivik, c’est que l’un et l’autre n’ont émis aucun remords lors du procès. Cela est évidemment pire, puisque les familles sont encore plus blessées…Siauve est évidemment malade, le surveillant de prison me l’a confirmé et s’en rend compte. Il se peut que les médicaments admnistrés à forte dose n’aident pas non plus…De plus, il me racontait que la différence avec d’autres détenus, c’est qu’il n’a presqu’aucun lien avec l’extérieur. Il n’a eu que 5 parloirs en 23 ans, ce qui est très peu!

    Je suis assez d’accord avec Alain concernant le délire, du moins celui qu’on tente de soigner. A partir du moment où il y a souffrance dans la confusion mentale, dans l’invention d’un monde qui n’existe pas (même si là encore en fonction des croyances on peut ne pas tomber d’accord), on peut parler de « délire pathologique ». Je crois que quand ce délire mène à la destruction de soi ou des autres, qu’il enfonce celui qui en souffre, il y a internement par exemple.

    Quand on lit les titres des livres que cite Lana, on se dit évidemment qu’ils sont délirants si les gens croient réellement que cela soit vrai, puisqu’on ne peut le constater avec nos yeux, même si on peut songer (imagination) que cela existe. Mais si ces gens sont heureux avec ces croyances et que cela ne trouble pas leur vie de tous les jours et celle des autres, pas de problème.

    Je crois que les soins psychiatriques sont donnés à ceux qui souffrent de cette situation au point de se faire mal à eux-mêmes ou aux autres.

    Ce n’est évidemment qu’un point de vue.

  41. Alain Said:

    Je suis d’accord avec toi, le critère est la souffrance.

    Tu dis souvent que tu apprends beaucoup de choses grâce aux échanges sur ce forum. Selon toi, est-ce qu’il serait opportun d’informer plus largement la population sur la réalité des maladies psychiatriques et sur le sort des patients ?

    Comment le faire pratiquement ?

    Je pense notamment à la lutte contre la stigmatisation et à l’accueil, au soin et à l’hébergement des patients. A l’inclusion dans la société, pour tout dire. J’ai souvent l’impression que cet aspect est une zone d’ombre pour le reste de la société et qu’elle est sujette à tout un tas de fantasmes et d’idées fausses.

  42. Lana Said:

    Plus que la souffrance, je dirais que le critère est la rupture avec la réalité quotidienne, puisqu’il y a des schizophrènes qui ont des délires agréables.

  43. Alain Said:

    C’est possible, je n’en avais jamais entendu parler auparavant. Est-ce que ces délires restent en permanence agréables ou bien peuvent-ils se transformer en délires douloureux ?

  44. Lana Said:

    Je suppose qu’ils peuvent se transformer.

  45. Sybilline Said:

    Bonjour à tous les deux,

    Je ne savais pas non plus que certains schizophrènes avaient des délires agréables. Mais alors, comment différencier « délire agréable » et délire comme ceux que tu citais dans ces fameux livres? Pour moi, là, il n’y a plus de frontière ou je ne vois pas laquelle.

    Pour répondre à ta question Alain, oui, je pense qu’il serait essentiel de mieux informer les gens sur les maladies psychiatriques qui sont encore victimes de nombreux tabous. Mais les seules personnes qui peuvent vraiment le faire dans notre monde, ce sont les politiques et les journalistes. Malheureusement, ça ne semble pas être une priorité pour eux. A plus petite échelle, le blog de Lana le permet aussi et c’est déjà une belle pierre dans l’édifice et la possibilité pour chacun de venir s’informer en toute liberté.

  46. ali Said:

    test

  47. Lana Said:

    La différence entre délire agréable (de type mégalomaniaque par exemple, du style je suis le fils de Dieu, Louis XIV, etc) et croyance est à mon avis dans la rupture avec la réalité et l’envahissement de la pensée. Par exemple, si quelqu’un qui se prend pour Louis XIV décide de vendre son appart pour aller s’installer à Versailles, c’est délirant.

  48. Igor Thiriez Said:

    Je dirais que ce qui est délirant, c’est la conviction d’être Louis XIV. Après, certains la vivront bien si ce délire n’envahit pas tous les domaines de leur vie (travail, famille etc.) et si cette fameuse idée délirante n’entraine pas de comportement dangereux ou inadapté (ex. réquisitionner le château de Versailles ou ordonner l’emprisonnement de sa belle mère…). On peut parfois délirer dans son coin toute sa vie sans emmerder personne, et sans s’attirer d’ennui…

  49. Alain Said:

    Sybilline, je pense aussi que le blog de Lana est une excellente chose pour s’informer et prendre conscience de la réalité de la maladie et de la souffrance qu’elle cause. Il serait bien que ceux que tu cites, les journalistes et les politiques viennent le consulter pour s’informer vraiment et pour prendre les bonnes décisions et cesser d’entretenir des mythes. Il ne serait pas mal également que certains thérapeutes viennent ici pour avoir un autre point de vue sur la maladie et pour se rendre compte, à la lecture des écrits de Lana que certains malades sont capables d’une analyse extrêmement pertinente et qu’ils ne sont pas condamnés à délirer ou être en état d’incapacité mentale.

    Lana, quand je délirais, à l’époque de ma première hospitalisation, j’avais également des délires mystiques du type être le fils de dieu ou être un être surnaturel avec des pouvoirs divins. Cependant cela ne m’était pas agréable car en même temps je pensais être possédé et j’éprouvais une souffrance terrible. Pour moi, cela était un mélange d’extase et d’horreur, c’est pourquoi je n’ai jamais pensé que les schizophrènes puissent être heureux dans leur délire. Mais je me souviens maintenant avoir lu des articles où il était questions des différences culturelles par rapport à la maladie et que dans certaines civilisations, les personnes sujettes au délire pouvaient être vénérées. Je suppose que la souffrance tient en partie au fait d’être terrifié à l’idée d’être découvert et puni par les autres ou par un être surnaturel. Si on vit dans une culture où ce sentiment n’existe pas, peut être que l’expérience est moins traumatisante. Mais cela repose pour ma part sur des suppositions, je ne connais pas bien la situation.

  50. Lana Said:

    J’ai un ami qui a eu des délires qu’ils appréciait, ceux que je citais justement. Il parlait de ses périodes de délire avec nostalgie.

  51. Sybilline Said:

    Malheureusement, les politiciens comme les journalistes travaillent essentiellement pour le plus grand nombre, cette majorité sans cesse écrasante. Or, les schizophrénes ne représentent que 1% de la population…Cela dit, au cours de l’histoire, certaines minorités ont réussi à se faire entendre…

    Tu as raison, Alain, de tenir compte de la culture dans les analyses et surtout du regard que l’on peut porter sur des troubles que nul ne sait expliquer. Dans notre société très rationnelle et matérialiste, on a peur de ce qui semble irrationnel, de ce que tu appelles ces phénomènes de « possession ». J’ai un très bon livre sur les symboles, rites et croyances, écrit par un docteur ès lettres, qui est productrice à France culture: Catherine Pont Humbert. Dans l’article « possession »(âme qui s’installe dans le corps d’une personne), elle tente d’expliquer ce phénomène à travers les différentes cultures. Dans le monde judéo-chrétien, ce phénomène est assimilé au mal, aux pratiques sataniques. C’est bien de notre culture qu’il s’agit…Il est vu très négativement.

    En revanche, dans les sociétés chamaniques de Sibérie, d’Amérique latine, d’Afrique, dans les îles des Caraïbes, en Inde, le fait d’accueillir un autre dans son corps est considéré comme naturel et pas forcément négatif, tout dépend de la force qui s’exprime. D’après eux, celui qui s’empare du corps de l’être humain vient exprimer quelque chose: souhait, prophétie ou insatisfaction. Idem chez les vodous haïtien.

    Tout ce que j’explique sont évidemment des croyances, mais des croyances ancrées dans plusieurs cultures et face au mystère, l’homme a besoin de se créer des structures que son esprit façonne. On voit que tout ceci prend des formes absolument variés en fonction des pays.

    En dehors de toute croyance, je crois que le regard porté sur celui qui souffre est essentiel à la guérison. Je pense que Lana réussit quelque chose d’essentiel, avec une très bonne intuition, c’est de traiter toute personne avec dignité, de l’écouter avec bienveillance. L’idée, c’est de combattre le mal par la discussion, la recherche (des articles très variés) et l’expression de soi. Je pense que pour lutter contre l’incompréhensible, une force négative écrasante, c’est une bonne méthode.

  52. Alain Said:

    C’est très bien exprimé, de mon point de vue, Sybilline et je pense aussi que Lana a des qualités d’écoute et d’empathie exemplaires.

  53. Lana Said:

    Merci beaucoup à tous les deux ;-)!
    Pour revenir au sujet de l’article, je suis en train de lire un très bon livre qui explique que Breivik a peut-être agi seul mais faisait partie de tout un réseau d’extrême-droite qui prône la violence sur le net, dans des revues et des recontres. Certains théoriciens de ce mouvement appellent d’ailleurs les gens à être des cellules terroristes à eux seuls et à commettre ce genre de crimes spectaculaires. On n’est donc pas du tout dans un délire individuel. Voici le lien vers le livre: http://www.amazon.fr/La-toile-brune-Oyvind-Strommen/dp/2330006349/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1335027758&sr=1-1

  54. Alain Said:

    ça fait peur…

    Ce n’est pas, à mon avis, en détournant l’attention sur les malades mentaux qu’on arrivera à endiguer cette menace.

  55. Lana Said:

    Non, mais on se rassure en se disant qu’il a agi seul, voire qu’il est fou.

  56. Alain Said:

    Le malade mental est le bouc émissaire parfait. On peut lui attribuer tous les maux, l’isoler, l’oublier, tout le monde le hait, il est fondamentalement mauvais, personne ne le défendra.

    Il serait temps que des voix se fassent entendre pour dissiper les mythes et défendre la dignité des patients.

  57. lex Said:

    Mais oui tout est de la faute du malheureux Breivik. Tous les autres ne sont que saints et saintes à ‘têtes chercheuses’ traquant le délire partout où il se terre. D’autres préférent flinguer le perdreau ou le sanglier. De cette manière ils atteignent une certaine forme d’orgasme / zizi pan pan

  58. Alain Said:

    « Mais oui tout est de la faute du malheureux Breivik »

    Qu’est-ce que ça signifie exactement ?

    « Tous les autres ne sont que saints et saintes à ‘têtes chercheuses’ traquant le délire partout où il se terre. »

    Qui sont ces « tous les autres » ?

  59. lex Said:

    l’aspirateur est livré sans mode d’emploi et pourtant il ne perd pas son aspiration. Ai-je répondu à ta question ?

    Vous en faites un pataquès de Breivik alors que ce type est totalement insignifiant et que les medias font leurs choux gras sur son dos depuis des mois. Vous voulez votre part du gâteau c’est ça ? Les autres ce sont tous ceux qui se nourrissent de cette ‘pourriture’ pendant que le sol se dérobe sous leur pieds. Ai-je mieux répondu

  60. Alain Said:

    « l’aspirateur est livré sans mode d’emploi et pourtant il ne perd pas son aspiration. Ai-je répondu à ta question ? »

    Non.

    « Les autres ce sont tous ceux qui se nourrissent de cette ‘pourriture’ pendant que le sol se dérobe sous leur pieds. Ai-je mieux répondu »

    Non.

    Je n’ai toujours pas compris pourquoi tu réponds toujours sur un ton désagéable. Tu as des comptes à régler ?

    Ce forum est un lieu d’échanges qui, jusqu’à présent, était très intéressant et où les gens s’expriment avec respect et cherchent à comprendre avant de juger. Peut être que ce mode de fonctionnement ne te convient pas. Est-ce d’origine psychique ?

  61. lex Said:

    Ne prend pas tes grands airs de ‘laquais obséquieux’ avec moi, ça ne marchera pas. agréable / désagréable ce n’est rien d’autre que ton ‘ressenti’ subjectif donc pas de quoi s’en inquiéter. Personne n’est coupable du fait que tu sois incapable de comprendre ne serait-ce que le pourquoi du comment de ce qui t’arrive

  62. Lana Said:

    Tu es désagréable, c’est le ressenti de tout le monde et pas seulement d’Alain. Donc je te répète que si tu ne peux pas parler autrement aux gens, ne participe plus aux commentaires.

  63. lex Said:

    et toi tu es ridicule, tout le monde le dit même ma concierge; aussi ne participe plus aux commentaires ou commentes toi toi même hors de la vue du public

  64. Lana Said:

    Ok. Désormais j’effacerai tes messages.

  65. Sybilline Said:

    Bonjour Lex,

    Je trouve dommage que tu adoptes ce comportement parfois, car comme tout un chacun tu as des remarques positives à mettre en avant. Je te dis qu’avant notre différends, j’avais plaisir à échanger avec toi et que ces discussions m’ont apportée des informations. C’est dommage que tu te coupes l’herbe sous le pied. Cela m’attriste, mais c’est ainsi.

    Je me souviens qu’un jour tu avais dit que le blog de Lana était comme un oasis dans le désert. Cette très belle métaphore m’avait plu et montrait que tu appréciais celle qui s’occupe de tout ceci. D’ailleurs si tu ne l’aimais pas, tu ne reviendrais pas.

    C’est dommage que Lana soit obligée d’en arriver là, mais je la comprends lorsque tu t’exprimes ainsi. Lana est quelqu’un de très positif, de pertinent, qui s’efforce de lutter contre la maladie, qui permet à tous ceux qui sont confrontés à ce « mal » d’y faire face. Elle a une réelle énergie positive, constructive et pour moi, c’est le meilleur moyen de s’en sortir.

    C’est donc triste que tu t’autoexclus et je ne suis pas sûre que ce soit le meilleur moyen d’être mieux pour toi.

    Tu pourras m’enfoncer après cela, mais tant pis, j’ai dit ce que j’avais à dire et ce qui me tenait à coeur. C’est un message d’espoir que je t’envoie, même si tu sembles préférer les bulldozers destructeurs ou les chars d’assaut (parfois). Dommage que tu ne nous fasses pas partager ton humour ou ton art de la métaphore que j’aimais bien.

  66. Igor Thiriez Said:

    Lex, franchement, pour aller jusqu’à dire que « ce type est totalement insignifiant », j’imagine que tu as d’autres préoccupations beaucoup plus accaparantes, qui t’empechent visiblement d’avoir un abord respectueux. C’est dommage car ton humour m’est sympathique.

  67. Sybilline Said:

    Bonjour Lex,

    Pour ma part, je trouve que tu devrais t’excuser auprès d’Alain et de Lana, même si je sais et comprends que tu n’as aucune leçon à recevoir de moi. Et si je te le dis, ce n’est franchement pas pour te faire la morale, mais parce que je trouve dommage que tu t’isoles dans cette agressivité malsaine.
    Après, chacun est libre de contrôler ou non ses pulsions négatives. Tu m’as toujours semblé être un homme intelligent, courageux dans ton combat. Mais là, je trouve que tu as déraillé et cela m’attriste, car c’est avant tout toi à qui tu fais mal. Cela te donnera sûrement encore l’argument de dire que rien ne peut changer, que le monde est triste et de t’enfermer dans ce schéma, alors que tous ici, nous avons la volonté de combattre cette maladie.
    Sache que j’ai été très touchée par tes réponses à un moment où je n’allais pas bien et tes conseils me permettaient d’avancer. Je n’ai pas oublié, même si je sais que tu peux être très blessant. Et ça l’est d’autant plus quand l’autre ne nous est pas indifférent.

  68. Sybilline Said:

    Je trouve que Lana a été d’une grande patience avec toi et je comprends que la coupe soit pleine pour elle. On ne peut pas tout accepter…A toi de voir ce qui te semble être le meilleur. Mais rien n’est jamais figé dans la vie et si on est en partie déterminé par notre caractère, certaines actions libres et constructives sont toujours possibles.
    Même Igor avec qui tu n’as pas été tendre t’a envoyé un message vraiment sympathique. Tu vois, quand tu critiques les psychiatres, tu as un contre-exemple ici. S’il n’était pas passionné par son métier, il ne ferait que le strict minimum et ne chercherait pas à comprendre en lisant, pendant son temps libre, ce blog et en nous apportant des informations complémentaires, celles d’un spécialiste, de quelqu’un qui essaie de guérir des gens.
    Je ne sais pas si tu lis les messages, mais j’avais envie de t’envoyer tout cela, en espérant que tu le prendras pas mal. C’est juste l’expression d’un point de vue et aucune façon, une volonté de ma part de t’imposer mon point de vue.

  69. Sybilline Said:

    Lex,

    Je suis contente que tu te sois excusé, car ensuite, les rapports sont plus naturels. Sache que je ne force pas ma nature (je ne veux pas parler pour les autres, mais je pense que c’est pareil pour eux). Je peux être agressive parfois aussi, mais ici, je n’en ressens absolument pas le besoin. C’est un univers réconfortant dans lequel on a envie d’être avec des gens bienveillants pour trouver des solutions à nos tourments. C’est dommage que tu penses qu’on fasse exprès de lisser notre comportement, pas du tout. Tu vois bien d’ailleurs que lorsqu’on se sent agressé, on répond et pas toujours tendrement, du moins sur le coup. C’est une réaction naturelle.

    Demande-toi un peu si les gens ici te parlaient comme tu nous parles parfois comment tu réagirais. Serais-tu un doux agneau masochiste? Cela m’étonnerait… Parfois, tu brises tout espoir et te plonge dans une forme de négativisme agressif, il est normal qu’on y réponde. De plus, tu t’attaques à la personne comme si l’autre n’existait plus. Tu ne te demandes pas un seul instant si on peut être blessé par tes propos et dans ces cas-là, c’est un comportement finalement assez égoïste. Cela dit, tu n’as pas tort lorsque tu avances qu’il faut assumer ses différences, c’est aussi ton courage personnel.

    Lana n’a pas fait ce blog pour être agressée. Tiens compte aussi de ses forces et ses fragilités, c’est une preuve de respect et de considération pour l’autre. Tu feras ta propre analyse de toute façon, mais je te donne la mienne.

    J’espère que nous pourrons profiter de tes bons côtés encore. Il est vrai que tu es quelqu’un d’entier et cela a ses avantages aussi. Mais attention aux débordements! Je ne sais d’ailleurs pas si Lana en supportera encore.

    Je suis arrivée il y a peu de temps sur le blog et je ne sais pas trop ce qui s’est passé avant…mais comprends qu’on a tous nos limites.

    Bonne journée à toi.

  70. Sybilline Said:

    Bonjour Lex,

    Je n’ai pas saisi le sens du sigle: MLP, pourrais-tu le préciser s’il te plait?

    Après relecture, je pense que tu évoques Marine Le Pen. Bien sûr qu’un certain nombre de gens sont agressifs, est-ce une raison pour faire de l’agressivité une norme et une émotion à cultiver? Pour ma part, quand je suis agressive alors que l’autre ne m’a rien fait de grave, je me dis que j’agis mal et j’essaie de me remettre en question. En effet, l’agressivité crée des guerres, blessent l’autre physiquement ou psychologiquement et empêche des discussions constructives, même si elle est inhérente à l’être humain. Entre reconnaître que l’agressivité se trouve en l’homme et en faire une normalité dans les rapports humains, il y a une réelle DIFFERENCE.

    Ce qui me semble important dans le procès Breivik, ce n’est pas spécialement cet homme, mais la façon dont on a traité l’affaire. Encore une fois et on l’a vu pour Meira, on a soupçonné qu’il souffre d’un problème psychologique grave. Une façon à nouveau de stigmatiser les schizophrènes. Par ailleurs, je trouve qu’il est intéressant d’opérer des distinctions entre psychopathes, schizophrène, délires qui envoient en HP et délires qui donnent naissance à des ouvrages certes délirants mais vendus. C’est cette réflexion derrière le fait divers qui nous a intéressés.

    Passe une bonne journée.

  71. Lana Said:

    J’ai effacé les messages de Lex, comme j’avais dit que je le ferais. J’avais d’ailleurs bloqué son adresse IP mais il en a utilisé une autre. Je n’ai aucune envie que ce blog ressemble à un forum psy où tout le monde s’agresse. On peut discuter sans être d’accord mais je n’ai pas envie de lire des messages condescendants et méprisants. Si Lex trouve que les choses ne peuvent pas avancer avec nous et que nous lui sommes si inférieurs, je ne vois pas bien ce qu’il fait ici. Pour moi, ça a assez duré, depuis le début cette agressivité m’agace, comme elle agace beaucoup d’autres lecteurs qui me l’ont dit, donc cette fois c’est fini.

  72. Alain Said:

    Je t’approuve Lana, même si cette attitude peut paraitre dûre au vu des derniers posts où il s’excusait. Ce forum, pardon, ce blog, est un endroit intéressant où les gens discutent avec sympathie et honnêteté de sujets difficiles et graves, l’agressivité n’ya pas sa place. Tu as du mérite et du courage d’avoir créé ce lieu d’échange et d’avoir exposé ta vie, tu as le droit de décider ce qui est permis ou non.

  73. Sybilline Said:

    Bonsoir à tous,

    J’avais posté un message tout à l’heure, mais j’ai dû faire une fausse manipulation car il n’apparaît pas…

    Lana, je comprends en te lisant que la coupe était pleine et c’est vrai qu’il est difficile de revenir en arrière quand on a dit une chose. J’ignore bien sûr les accumulations de choses qui se sont passées avant mon arrivée.

    Je ne souhaitais pas que le débat avec Lex se termine négativement et je trouve que ses excuses, arrivées trop tard pour toi, étaient les bienvenues. Je pense qu’il était sincère dans son dernier post et pas condescendant.
    J’espère qu’à l’avenir il parviendra à contenir son agressivité afin d’établir des rapports cordiaux avec les autres ailleurs, puisqu’ici il ne pourra plus s’exprimer.

    Je sais aussi que chaque agression est comme une blessure, que les blessures doivent se cicatriser avec le temps et qu’il est difficile de craindre des blessures de ce type, en étant sans cesse sur le qui-vive.

    Sur ton blog, beaucoup de gens livrent des choses profondes sur eux-mêmes et ils doivent être mis en confiance.

    Bonne soirée à tous.

  74. Lana Said:

    Pour moi, c’était de pseudos excuses derrière de nouvelles critiques et comme à chaque fois qu’il redevient plus ou moins sympa, ça dure une journée avant qu’il recommence à insulter tout le monde. De plus, Lex ne s’est adressé ni à toi ni à moi alors que c’est nous qu’il vient d’insulter. Désolée, mais si je me faisais bannir d’un forum ou d’un blog et que je regrettais mes paroles, je m’adresserais à l’administrateur au lieu de contourner le blocage pour revenir prendre les gens de haut et leur dire qu’ils n’avancent pas, pour qui ils se prennent, etc.

  75. Lana Said:

    Sybilline, tes messages étaient passés dans les indésirables, je ne sais pas pourquoi, c’est arrivé à Alain aussi, je crois qu’il y a ce problème sur plusieurs blogs sur wordpress en ce moment.
    Les insultes de Lex ne me blessent pas, mais ne m’intéressent pas non plus, voilà pourquoi je n’ai plus envie de voir les fils de discussions pourris par lui.

  76. Lana Said:

    S’excuser et puis dire ça après « arrêtez un peu de vous poser en parangons d’une hypothétique vertu et les choses pourront avancer », je ne vois pas bien où est la sincérité! Personne ne l’a obligé à venir discuter ici que je sache. Me traiter de rat lobotomisé, Alain de « laquais obséquieux » et revenir dire « mea culpa » et puis faire comme si de rien n’était, c’est un peu court. J’ai beaucoup fréquenté les forums psys, que j’ai justement quitté à cause de ce genre de personnes, qui alternent sans cesse pseudos excuses et insultes et finissent par pourrir toute l’ambiance du forum. Ici je ne veux pas de ça, il y a Atoute ou Doctissimo pour ça.

  77. Sybilline Said:

    Bonsoir Lana,

    Merci d’avoir fait le nécessaire concernant mes messages qui ne passaient plus. Je ne pensais pas que ce serait si rapide.

    Je crois que Lex, quand il ne va pas bien, prend cette démarche agressive et a du mal à faire profil bas. On ne change pas le caractère des gens, c’est vrai…

    Je comprends cependant ta démarche, car ce type de caractère est difficile à gérer, mais il y avait réellement contradiction dans sa façon de faire: plusieurs fois, il a montré un réel intérêt pour ton blog, mais ensuite, il reprend certaines mauvaises habitudes. J’ai l’impression que c’est un des symptômes de la maladie…c’est pourquoi je ne voulais pas être trop dure. Je crois qu’au fond il t’apprécie, mais n’arrive pas à respecter les gens dans la durée…

    Bonne soirée et bonne nuit à tous.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :