Parce que ce n’est jamais que notre vie

Souvent on est plus indulgents avec les autres qu’avec nous-mêmes. On admire, on envie, on trouve du sens à leurs actes, on idéalise, on voudrait être à leur place. Chez nous on ne pardonne rien, on se dévalorise, on soupire, on se décourage, on ne trouve pas de sens à notre vie. Et pourtant parfois ces autres nous admirent, nous envient, trouvent du sens à nos actes, nous idéalisent, voudraient être à notre place. Notre vie leur paraît plus intéressante quand nous trouvons la leur plus intéressante.

Mais nous n’envions que des images. Et ceux qui nous envient ne voient que ce qu’on veut bien leur montrer.

Parce que derrière les choses enviables, il y a la solitude dans laquelle on les a créées,  la souffrance du soir et le découragement du matin, il y a la succession d’échecs et de doutes, les mois d’attente, il y a ce qu’on porte en nous, les amours déçues, les larmes d’amour perdu, le coeur brisé et rebrisé, la fatigue de vivre, l’odeur du tabac froid et la poussière qui revient sans cesse, les mots qui blessent et rabaissent quand on attend, depuis toujours, depuis cet enfant qu’on était, un mot d’admiration qu’on n’aura jamais, on le sait, mais quand même, il y a les gens qu’on a perdus, et ceux qui sont là mais loin, trop loin pour notre coeur qui leur crie des mots qu’on ne dira pas, parce que ça ne se fait pas, parce qu’on aime trop, qu’on demande trop, et que ça laisse du vide presqu’aussi douloureux qu’une absence, mais tant pis on souffre en silence pour ne pas perdre ces gens qu’on aime, qu’on admire, qu’on idéalise, et qui sont notre vie.

Parce qu’on espère toujours plus, et qu’on a souvent moins, parce qu’il faut vivre avec ses douleurs et sa solitude, parce que la vie est bassement domestique quand on la voudrait romantique, parce que le romantisme ce n’est beau que dans les livres, et que dans la vie ça fait juste mal à crever, parce que les larmes ça donne une sale gueule, et la douleur trop forte, au quotidien, ça fait fuir les gens, parce que les joies ne durent jamais longtemps et le succès ça n’enivre qu’un temps, parce que notre vie n’est jamais que notre vie, on sait qu’elle n’est pas plus enviable qu’une autre. On sait que derrière les sourires il y a parfois les larmes, derrière la politesse l’indifférence, derrière les mots d’autres mots qu’on ne dit pas, derrière les corps apprêtés et enjolivés la pourriture de la mort. On sait que la vie c’est tout ça, et on oublie que la vie des autres n’est jamais que leur vie, à eux aussi.

 

Publicités

20 commentaires »

  1. Sybilline Said:

    Encore un très beau texte personnel Lana, plein de philosophie et tellement juste aussi…Quelle sensibilité! ça donne du baume au coeur.

  2. Alain Said:

    Lana, tu dis : « Mais nous n’envions que des images. Et ceux qui nous envient ne voient que ce qu’on veut bien leur montrer. »

    J’envie ta finesse, la justesse de tes analyses, je ne pense pas que ce ne soit qu’une image.

    Ce que j’envie parfois chez les autres, c’est leur insouciance, leur capacité à jouir de la vie sans se poser de question. Pour nous, chaque chose est un combat, le moindre plaisir est arraché à la maladie qui ronge.

    En réalité, ce que j’exprime est ce que je ressentais auparavant, maintenant j’ai plus de sérénité.

  3. émilie Said:

    c’est magnifique.

  4. Lana Said:

    Alain, je crois que cette insouciance est elle-même une image. Ca n’existe pas les gens qui jouissent de la vie sans se poser de questions.

  5. Alain Said:

    Oui, mais j’ai été longtemps incapable d’apprécier, ne serait-ce qu’une ballade le soir entre amis le long de la plage, par exemple. L’obsession de la maladie l’empêchait. Les autres appréciaient ces moments de quiétude. Ils ne sont peut être pas insouciants en permanence, mais ils peuvent s’offrir des moments de tranquilité.

  6. Lana Said:

    Oui, bien sûr, ce n’est pas la même chose que la maladie, je suis d’accord.

  7. Sybilline Said:

    Je comprends très bien ton point de vue Alain et c’est important de rappeler que la maladie ravage tout, même les infimes bonheurs, qu’elle brise la joie.

    Je suis cependant d’accord avec Lana pour dire que les malheurs sont grands et que les adultes ne jouissent plus malheureusement de l’insouciance des enfants. Plus on grandit, plus on est conscient, plus on souffre. Finalement, le mythe d’Adam et Eve représente bien cette perte de l’insouciance (du paradis perdu) chez tout homme. A partir du moment où on a goûté du fruit de l’arbre de la connaissance, qu’on est conscient du monde tel qu’il est et non tel qu’on désirerait qu’il soit, on souffre de mille maux…Il faut réussir et c’est valable pour tout le monde à chercher ces petits bonheurs qui nous surprennent parfois.

  8. Sybilline Said:

    Le bonheur est fatigant et comme dirait Eric-Emmanuel Schmitt « être optimiste est un combat », jamais gagné, toujours difficile pour tout le monde, bien que certains aient grandi dans des milieux plus propices à cela ou aient plus de facilités. Mais c’est un combat quand même…et je fais confiance à Schmitt, un des plus grand écrivain français actuel (à mes yeux).

  9. Iphigénie Said:

    Lana, je ne sais pas si tu as regardé « Envoyé spécial » hier soir. il y a eu un sujet qui m’a énormément interpellée sur les « lanceurs d’alerte ». Quatre exemples étaient donnés, je n’ai pas retenu les noms, mais il y avait une jeune femme qui a écrit deux livres pour dénoncer le harcèlement professionnel et le racisme dans la police, la femme qui a dénoncé le scandale du Médiator, un homme qui se bat contre les abus au prix de l’eau, et une femme qui a dénoncé les dangers du gaz qui sert à stériliser les biberons de maternité. Tous les quatre ont eu énormément de problèmes – mises à pied ou a placard professionnellement, intimidations, menaces de mort, ruine… Mais ils ont poursuivi leur combat « pour pouvoir se regarder dans la glace le matin. » Quel courage !
    Eh bien, en voyant ça, j’ai pensé à toi et à moi. Je me suis dit « Lana fait ça dans la psychiatrie, et moi je fais ça dans l’Eglise ».
    Je suis harcelée, presque haïe sur la plupart des forums cathos. Je sais que si mes supérieurs hiérarchiques tombent sur mon site et lisent mon livre, je risque d’avoir des problèmes (défaut – supposé – de laïcité, maladie incompatible avec l’exercice de mes fonctions…)
    J’ai pensé à tout ça avant de créer le site. Mais je l’ai créé quand même, et à chaque fois qu’une discussion vraiment sexiste est lancée sur un forum catho, je m’en mêle. Et qu’importe si je reçois des insultes en retour.

    Toi aussi tu es une sorte de « lanceuse d’alerte » !

  10. Alain Said:

    Iphigénie, tu dis : « Eh bien, en voyant ça, j’ai pensé à toi et à moi. Je me suis dit “Lana fait ça dans la psychiatrie, et moi je fais ça dans l’Eglise”.

    Cela m’intéresse beaucoup, il me semble que je partage tes idées. J’aimerais connaitre ton site web, si tu ne trouves pas ça trop indiscret. Pourrais-tu l’indiquer à Lana ?

  11. Lana Said:

    Sybilline, je ne crois pas non plus à l’insouciane de l’enfance. Je ne sais pas si c’est moi qui n’ai pas eu une enfance comme les autres et si les gens idéalisent la leur, mais je n’ai as trouvé l’enfance insouciante. Je n’aimais pas ça du tout, car en plus de ne pas être insouciant, tu ne peux rien gérer toi-même, tu es obligé de faire ce qu’on a décidé pour toi et tu ne sais jamais vraiment ce qui se cache derrière les problèmes, ce que je trouve angoissant.

    Iphigénie, je n’ai pas vu ce reportage mais je connais le cas de deux personnes citées. Je ne crois pas faire autant qu’eux, ni être critiquée autant que toi qui va à la confrontation sur les forums, mais ça me fait quand même plaisir que tu aies pensé à moi.

  12. Iphigénie Said:

    Alain, Lana connaît bien mon site, elle a eu la gentillesse de le mettre en lien ci-contre à droite sous « Trouver la foi ».

  13. Sybilline Said:

    Lana,
    Tu n’as pas tort sur les généralités portées sur l’insouciance de l’enfance. Oui, tous les enfants ne sont pas insouciants et certains subissent. Tu as eu raison d’apporter cette nuance. Je me souviens d’épisodes de mon enfance vraiment difficiles… Pourtant, je trouve que chez certains enfants épanouis, on retrouve cette joie primitive, cette façon d’être heureux si facilement. On peut les envier!

  14. Sybilline Said:

    Iphigénie,

    Je suis allée voir ton blog. Je l’ai trouvé très beau et poétique. J’aime bien le rapport personnel que tu entretiens avec la religion. C’est cette foi qui rend la vie plus sublime qui manque à notre vie laïque qui a perdu son sens spirituel.
    E-E Schmitt que je citais tout à l’heure est lui aussi très croyant. Sa conversation s’est faite subitement.

    Bonne journée à tous.

  15. Iphigénie Said:

    Voilà que je confonds ma droite et ma gauche. En pleine campagne électorale, c’est un comble !
    Je voulais dire à Alain : ci-contre à gauche, bien sûr !

  16. Iphigénie Said:

    Merci Sybilline, moi aussi j’aime bien cet auteur.
    Si tu lis mon livre, tu me diras ce que tu en penses, amie des belles lettres ! 🙂

  17. Alain Said:

    J’ai lu ton livre, Iphigénie, je le trouve émouvant et je partage beaucoup de tes idées.

  18. Iphigénie Said:

    Merci Alain, ça me fait très plaisir !

  19. Sybilline Said:

    Iphigénie,

    J’essaierai de lire ton livre. Je n’ai lu que quelques articles. En tout cas, tu écris bien et c’est émouvant. J’aime bien cette manière personnelle d’aborder la religion, ça change et ça donne du sens au quotidien.

  20. Iphigénie Said:

    Merci Sybilline !
    Moi j’aime bien aussi ce que tu écris ici, ta grande ouverture d’esprit.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :