Se rappeler d’où l’on vient

Se rappeler avoir été cette jeune fille qui laissait des traces de sang sur le chemin de la vie, qui ne voyait comme issue qu’une mort prématurée. Celle qui souffrait tant d’une souffrance indicible et incompréhensible, d’une souffrance sans objet, sans compensation. Avoir voulu si fort souffrir pour la vie, comme tout le monde. Parce que souffrir d’amour veut au moins dire qu’on a aimé. Souffrir du manque veut dire qu’il y a eu quelqu’un. Pleurer sur les bons moments perdus veut dire qu’ils ont existé. Etre comme ceux qui regrettent la douceur de leur vingt ans alors qu’on a vécu ses vingt ans en enfer. Comme ceux que la vie à déçu plus tard alors qu’elle nous a plaqué au sol à l’adolescence. Souffrir encore, mais tellement moins que de la schizophrénie. Souffrir parce qu’on vit et non parce qu’on meurt. Savoir qu’on a vaincu bien pire. Et espérer en même temps le vrai bonheur, parce qu’on a déjà payé bien plus que notre dette à la douleur. Se rendre compte qui si jadis on n’était plus rien, aujourd’hui on est vraiment quelque chose qu’avec l’amour des autres. Prendre le risque de la perte pour vivre vraiment. Et supporter toute la douleur de cette vie pour pouvoir en faire partie. Porter les stigmates de la psychose jusqu’aux derniers de ses jours, mais se rappeler que plaie d’amour n’est pas mortelle.

Avoir voulu souffrir pour la vie. L’avoir. Se taire. Supporter. Etre bien contente de pleurer pour les mêmes problèmes que tout le monde, pour de bien plus petits problèmes que ceux de la plupart des gens de ce monde.

Publicités

15 commentaires »

  1. Alain Said:

    Un peu d’espoir :

    L’optimisme sur l’issue de la schizophrénie est apporté par les données de la recherche. Une des découvertes les plus robustes dans la recherche sur la schizophrénie est qu’une proportion substantielle de ceux qui sont atteints guériront complètement et qu’un nombre encore plus grand retrouvera un bon mode de fonctionnement dans la société.Les recherches les plus récentes suggèrent que l’emploi aide à guérir de la schizophrénie et les progrès de la réhabilitation volontaire ont rendu cela plus faisable.

    Optimism about outcome from schizophrenia is supported by the research data. One of the most robust findings in schizophrenia research is that a substantial proportion of those with the illness will recover completely and many more will regain good social functioning. Much recent research suggests that working helps people recover from schizophrenia and advances in vocational rehabilitation have made this more feasible.

    Extrait d’un article en ligne :

    pb.rcpsych.org/content/34/1/3.full

    (mettre http:// devant)

  2. Alain Said:

    Des chiffres :

    L’analyse révèle un taux substantiel de guérison de la schizophrénie au cours du siècle – environ 20 % guérison complète et 40 ¨% guérison « sociale » (incluant ceux qui sont complètement guéris)

    Même source.

    The analysis revealed a substantial rate of recovery from schizophrenia throughout the century – around 20% complete recovery and 40% social recovery (which includes those who achieved complete recovery).

  3. murielle Said:

    Je te souhaite alors d’aimer, d’être aimée et de connaître les affres de l’amour, comme les autres…

  4. murielle Said:

    Reblogged this on la bayonnaise and commented:
    Parce que Lana écrit merveilleusement. Alors encore une fois, un reblog.

  5. émilie Said:

    il y a quelques jours, j’ai revu une vieille amie chère perdue de vue depuis dix ans. il faisait chaud, j’étais en manches courtes, mon bras lacéré apparent; je n’y pensais pas, c’est mon bras, je suis habituée a ce qu’il porte les marques de l’apothéose passée de la maladie.
    Mon amie m’a dit ces mots qu’elle pensait très justes, en baissant les yeux sur les cicatrices: » ce sont les marques de la vie! » d’un air a la fois grave et complice…Un instant je me suis débattue….NON!! non, c’est tout, tout sauf ça , justement; ce sont les stigmates de la Mort et ça n’a rien à voir avec la Vie! j’ai hésité, un peu bafouillé, rougie, j’aurais voulu lui dire que ça n’avait rien à voir, que c’était au delà,j’ai essayé, mais il y avait son air farouche et péremptoire à la fois, et puis, ses drames récents, visibles, sur son visage, des drames de vie, des drames d’amour, de deuils, de déchirement.. j’ai abandonné l’idée de lui donner ouvertement tort.. Moi aussi je les connais maintenant, les drames de la vie, les mêmes que les siens, à peu de choses près, les mêmes que les humains…et pourtant ils n’égaleront jamais celui du Néant, de la terreur sans fin.

  6. Marc Said:

    Je crois que parmi tous les noms des maladies il faudrait isoler le nom suivant :  » souffrance « . Ainsi à la question :  » de quoi souffrez-vous ?  » on devrait pouvoir répondre :  » je souffre de souffrance « .
    De souffrance aussi pure qu’un diamant qui a un maximum de carats.
    Que j’aimerais que tout le monde soit comme moi : souffrir pendant un maximum de trois ou quatre heures et puis ne pas avoir de troubles résiduels : être tranquille pendant des semaines voire pendant de nombreux mois.

  7. Sybilline Said:

    Un très beau texte Lana. Tu parles si bien d’amour dans les articles que tu as écrit toi-même. Et c’est universel, sensible…

    J’en profite pour te dire que j’ai enfin vu en DVD « L’âme en jeu » sur l’histoire entre Sabina Spielrein et Jung que tu avais conseillé dans un des articles publiés sur les films parlant de la psychose. C’est un très beau film, j’ai adoré la musique aussi qui nous transporte. C’est une belle histoire d’amour avec ce qui est avouable et ce qui l’est moins. Il semblerait que Jung ait vraiment aimé cette patiente, mais lorsqu’on lit ce qu’il en a dit, c’est un peu comme s’il niait verbalement (car trop dur à assumer) ce qu’il a vraiment ressenti. J’ai du coup très envie d’approfondir ce sujet.

    Merci à Alain pour sa touche d’espoir. Sur quoi sont fondés ces chiffres de guérison? Quel est le centre de sondage qui les a faits? Y a-t-il amélioration avec l’avancée de la science?

    Merci à Emilie aussi pour ton témoignage et la distinction que tu fais entre la maladie et les tracas que nous vivons tous et qui peuvent parfois eux aussi mener à la catastrophe. Mais je sens effectivement à travers les témoignages de ceux qui ont souffert de schizophrénie un combat avec la Mort (incarnée), le Néant, la Terreur. Une force psychique extrêmement forte et dévastatrice qui dure des jours, des mois, voire des années…

    Bonne journée à tous et avec un si beau texte, on commence bien la journée!

  8. Alain Said:

    Un très beau teste de Lana, en effet, qui sait si bien décrire les subtilités de l’âme en souffrance ou en bonheur.

    Les chiffres de guérison viennent de plusieurs études au long terme, dix à quinze ans qui ont été menées à travers le monde, en suivant des anciens patients. Elles montent toutes le fait qu’il y a un taux important de rétablissement, et, ce qui est à priori étonnant, plus élevé dans les pays les moins développéS; L’OMS en particulier a fait une telle étude.

    Cela va à l’encontre de ce qu’on lit souvent et qui dit que la maladie a une issue toujours défavorable, ce qui est une idée répandue mais fausse.

  9. Lana Said:

    Murielle, ce texte est sur le présent, donc oui je connais les affres de l’amour et m’en console comme je peux!
    Merci Emilie pour ton témoignage, c’est tout à fait ce que je vis aussi.

  10. Sybilline Said:

    Merci Alain pour tes précisions. Si en plus, c’est l’OMS qui a fait paraître l’étude, on ne peut que s’en conforter.

    Pourquoi, à ton avis, les chiffres de rétablissement sont plus élevés dans les pays les moins développés?

    Moi, j’avais une réponse mais qui ne s’appuie sur aucune étude: serait-ce parce que la solidarité est plus importante? Serait-ce aussi parce que l’approche plus animiste guérit mieux?

  11. Alain Said:

    Ton intuition est la bonne. L’explication avancée est que , dans les pays moins développés, il y a plus de cohésion sociale. Certains disent aussi que le statut de malade mental n’est pas compris de la même façon et qu’on admet l’existence d’états de conscience différents dans certaines philosophies. Les malades souffernt moins de la stigmatisation de « malade mental » qui est très prégnante en Occident. Il n’y a pas non plus ce sombre et erronné pronostic de maladie inguérissable.

  12. Lainabelle Said:

    J’ai rencontré une femme « entendeuse de voix » Eleanor Longden, qui a mis longtemps à pouvoir mettre du sens sur sa maladie et qui est aujourd’hui une brillante psychologue qui milite pour la « reconnaissance des voix ». Elle refuse la stigmatisation et demande à ce que nous portions un autre regard sur la différence. L’une de ses plus grandes souffrances a été le diagnostic de schizophrénie qui lui a collé une étiquette, interdisant du coup la reconnaissance de l’enfermement relationnel dans lequel elle vivait, des multiples sévices dont elle était victime et qui l’ont obligée à se réfugier dans des fragmentations psychiques pour pouvoir survivre. Souffrance à fleur de peau et farouche volonté de vivre cohabitent et me semblent répondre comme un écho à tes textes Lana. Si vie et mort t’assaillent dans un combat enragé, j’y entends pourtant aussi l’exacerbation à son paroxisme de sentiments humains bien inscrits dans la vie, avec toute la fragilité, le doute, la souffrance mais aussi l’espoir qui nous traversent.

  13. Lana Said:

    Tout à fair d’accord avec ta conclusion, c’est très bien dit.

  14. Alain Said:

    Je pense aussi que l’expérience de la schizophrénie est l’excerbation des sentiments que tout le monde ressent mais poussé à un degré ultime, souvent insoutenable.

    Je trouve aussi que le texte de Lainabelle est extrêmement bien écrit, les idées s’assemblent et sont soutenues par un choix de mots et une syntaxe riches. La conclusion est, c’est vrai, très expressive et juste.

  15. lainabelle Said:

    Merci


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :