Monsieur Rufo, votre mépris, on n’en veut pas!

Voici une question posée lors de l’émission « Allo Rufo » du lundi 3 décembre 2012 sur France 5 :

Monique :

« Ma fille de 28 ans va mal. Elle est addict aux médicaments et nous avons dû l’hospitaliser. Depuis, elle nous dit avoir été abusée sexuellement dans sa petite enfance. Est-il possible que ce soit une réalité ? »

Dr Rufo :

« L’immense majorité des enfants « abusés » vont bien ! … à distance après le sévice… ils ont bien sûr des craintes un peu précises, mais elles vont bien dans leur vie amoureuse, sexuelle, personnelle, professionnelle… donc, en quelques sortes, un abus ne peut pas entrainer un tel dégât sauf si la vulnérabilité et la fragilité du sujet vient faire que l’abus renforce cette pathologie d’organisation. Là, dans ce que vous décrivez, c’est complètement fantasmatique, ça fait partie peut-être de son organisation un peu plus de reconstruction délirante du monde où un ennemi, un agresseur existe, fondu comme ça dans son histoire.

La première chose à faire, c’est de vérifier auprès de la personne citée les choses, de dire :

« voilà, notre fille dit ça, qu’en pense-tu ?», en plus, c’est respecter votre fille que de tenir compte de sa parole, puisqu’elle cite quelqu’un, il faut vérifier les choses. »

Monique :

« Moi je souhaiterais justement en parler à la personne en question, ensuite, est-ce qu’il faut que ça se fasse en sa présence à elle ? »

Dr Rufo :

« Non, je crois que ça doit se faire vous. D’abord, est-ce qu’il faut le rendre juridique ou non ? La mode, la loi même c’est de dire signalement, c’est de dire signalement mais en même temps, il y a quelque chose qui… alors moi je suis très favorable au signalement des enfants mais en même temps, je m’étonne de quelque chose, lorsque par exemple, il y a enquête ou examen, expertise et que finalement on aboutit à un non lieu, souvent, certains parents disent « nous on croit ce qu’a dit l’enfant » alors que visiblement c’est une organisation fantasmatique de crainte et tant mieux ! Parce que tant mieux, parce que personne ne souhaite l’abus. Non, là, en l’occurrence, compte tenu des troubles, de l’HDT, ce n’est pas un irrespect de la part de votre fille, ce n’est pas parce qu’elle est en psychiatrie que sa parole ne doit pas être entendue, attention à ce que je vous dis. Mais en même temps, le malade mental, le délirant reconstruit un monde parce qu’il ne peut plus percevoir le monde et ce monde est peuplé d’ennemis, d’événements dramatiques, d’histoires comme ça. Il vaudrait mieux que vous vous rapprochiez aussi du service où elle a été hospitalisée pour un suivi en hôpital de jour, un suivi régulier pour que quelque chose soit entreprit avec elle pour la reprise d’activités, pas seule, pas confinée, pas hospitalisée chez vous mais en relation étroite avec le service de psychiatrie adulte pour qu’il l’accompagne ou un foyer occupationnel, ou un placement ou une formation et un suivi. Ne l’abandonnons pas à sa pathologie et merci de votre appel. »

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/president-de-la-r%C3%A9publique-stop-%C3%A0-la-d%C3%A9sinformation-sur-les-violences-sexuelles-faites-aux-enfants

Cher monsieur Rufo,

je ne vais pas vous parler de votre scandaleuse vision de l’abus sexuel, qui ne serait un problème que chez un enfant ayant une pathologie, d’autres l’ont fait, mais de votre vision des psychotiques qui me semble bien limitée pour un éminent pédopsychiatre tel que vous.

Selon vous, savoir qu’une personne que vous n’avez jamais vue  souffre d’addictions et est en HDT suffit à établir une diagnostic aussi lourd que celui de psychose. Permettez-moi de vous trouver bien léger quant à l’éthique de votre métier. Je trouve également très étonnant que vous ne sachiez pas qu’on signe des HDT à tour de bras sans même parler aux patients, et qu’une HDT n’a jamais suffit à établir un diagnostic de psychose. Même le DSM n’y avait pas pensé, mais vous l’avez fait!

Ce diagnostic maintenant solidement établi, vous en concluez donc logiquement que cette jeune fille ne peut pas dire la vérité lorsqu’elle dit avoir été abusée. Forcément, tout cela est fantasmatique et délirant (merci au bon docteur Freud). Oui, car comme chacun sait, les psychotiques délirent, fantasment et ne vivent rien de réel. La psychose préserve de tout évènement traumatique réel, comme elle préserve visiblement de la moindre considération du corps psychiatrique. Le psychotique ne raconte rien de vrai, n’a rien vécu de difficile, et surtout pas un abus sexuel qui aurait pu déclencher ses troubles. Attention, dites-vous, le respect est dû à la parole de cette jeune fille, mais en gardant bien en tête qu’elle est délirante. Ce n’est pas de sa faute si elle ment, ne la condamnons pas, mais ne soyons quand même pas bête au point de penser seulement à la croire! Ca me rappelle une histoire qu’a vécu une de mes amies récemment: elle téléphone à une amie psychotique en HDT, et l’infirmier ne veut pas la lui passer, ne comprenant pas pourquoi, n’étant pas de la famille, elle veut lui parler. C’est vrai, les psychotiques n’ont pas d’amis, le contraire serait impensable. Qui pourrait se soucier sincèrement de ces pauvres malades ne sachant que délirer à part leur brave et courageuse famille?

Votre vison des psychotiques est pour le moins méprisante. Vous n’imaginez pas une seconde qu’ils peuvent aussi ne pas délirer, avoir une vie faites d’évènements réels dont ils puissent parler objectivement,  vivre des traumatismes autres que fantasmatiques. Ne parlons même pas de ce qu’il pourrait y avoir de bien dans leur vie, je suppose que cela ne vous a jamais effleuré.

Vous n’êtes évidemment pas le seul coupable de cette vision réductrice de vos patients, elle est malheureusement partagée par beaucoup de vos confrères.

Mais vous savez quoi, Monsieur Rufo, et c’est une psychotique debout qui vous le dit, vos diagnostics de comptoir, on n’en veut pas. Votre mépris, il est pire que celui que la société à envers nous et il nous fait gerber. Votre condescendance, gardez-la car on n’en a pas besoin. Des psychotiques debout, il y en a plein, et cela malgré les idées que vous partagez avec certains de vos confrères qui font tout pour nous briser avec un sourire bienveillant et la conscience tranquille. Car dans ce monde, il y a aussi des gens bien, des amis, et des personnes qui nous respectent, même si on les trouve rarement en psychiatrie. Arrêtez de parler des psychotiques si c’est pour le faire avec un tel mépris, et arrêtez de psychiatriser à tout va des personnes que vous n’avez jamais vues, c’est ce que vous pourriez faire de mieux.

21 commentaires »

  1. jac Said:

    wow , costaud le rufo !
    bravo Lana j’ai rien à ajouter ! Si peut être conseiller la lecture de panser l’impensable de Fernande Amblard (ed jouvence) . qui m’a moi permis de comprendre et de panser les abus sexuels de l’enfance . La bise douce !

  2. Merci, merci, merci pour cet article très pertinent! Les propos de Rufo sont tout bonnement effarants…

  3. Lana Said:

    Je trouve que l’ordre des médecins devrait le rappeler à l’ordre pour faire des diagnostics de cette façon.

  4. jac Said:

    l’ordre de médecins ! j’hallucine ! y z’ont en rien à faire , il ne met en péril l’institution médicale ! c’était une blague Lana ?

  5. Lana Said:

    « Le médecin doit ainsi prendre toutes les précautions nécessaires et s’être suffisamment informé sur l’état du malade, compte tenu des possibilités scientifiques actuelles, avant d’établir son diagnostic qui ne doit pas être posé avec légèreté.  »
    http://www.lexinter.net/JF/responsabilite_penale_des_medecins.htm
    Il n’y a pas que le fait de mettre en péril l’institution médicale qui concerne l’ordre des médecins.

  6. Alain Said:

    Tu as raison, Lana, un médecin est soumis à cette loi, mais en l’occurence, il n’était pas en situation de médecin mais de participant à une émission de radio et il pouvait « délirer » à loisir sans crainte. C’est d’autant plus vrai que même les médecins qui traitent des patients sont loin de pouvoir émettre un diagnostic clair. « La médecine n’est pas une science », avait dit une psy récemment à qui on avait reproché de ne pas avoir suivi un patient qui avait ensuite commis un crime. Ils s’appuient sur des certitudes, parfois idéologiques, d’un coté et se retranchent derrière l’incertitude d’un autre.

  7. Lana Said:

    Il participe à cette émission en tant que médecin, donne des conseils justement en sa qualité de pédopsy.

  8. Lana Said:

    En Belgique, un homme politique a fait un procès à un psy qui l’a traité d’enfant roi dans les médias pour diagnostic abusif. Donc là, la situation est bien pire puisque les gens s’adressent directement à Rufo en tant que médecin. Je ne dis évidemment pas qu’il faut faire un procès mais juste rappeler l’éthique médicale à Rufo.

  9. Avec votre accord j’ai inséré vos info sur mon micro dossier :
    http://fr.calameo.com/books/001343388016f8fb4a866

    Cordial

    ft

  10. Lana Said:

    Pas de problème!

  11. Anonyme Said:

    Psychotique debout, mais avec de grosses séquelles j’en ai bien peur! Votre commentaire est une vraie honte Je vous ai lu, j’ai regardé l’émission dont il s’agit, et j’ai l’impression que vous sélectionné la moitié des propos pour en changer le sens. J’espère que les personnes qui vous liront auront la présence d’esprit de vérifier eux-même les propos que vous commentez! A part être « ancienne » psychotique quelle notion de psychiatrie vous avez au juste? Aucune, votre article en est la preuve!
    Lys. Educ spé

  12. Lana Said:

    Le lien vers le texte que j’ai copié est dessous. En quoi mon commentaire est une vraie honte? En quoi montrerait-il que je n’ai aucune notion de psychiatrie? Soyez plus précise parce que vos critiques ne sont pas très constructives.

  13. Marc Said:

    educ spé ? et alors ?

  14. Lana Said:

    Et alors, apparemment, ça veut dire penser qu’avoir des séquelles d’une psychose c’est être débile.

  15. Alain Said:

    Ne t’en fais pas Lana, je n’ai vraiment pas le sentiment que tu aies des séquelles qui te rendent débile. Les propos (séquelle) parlent d’eux mêmes et ceux qui les emploient montrent leur sottise, pour rester poli. Et que sait cette personne de la psychiatrie, combien de schizophrènes a-t-elle traité et guéri ? Une psy avait dit récemment, publiquement, que la médecine n’est pas une science mais un art, il y a alors de mauvais artistes. Un autre psy a déclaré que la littérature était très équivoque sur la pertinence de certains traitements pharmacologiques, les chercheurs tatonnent et ne trouvent aucune explication ni aucun traitement contre la maladie, mais apparemment certains croient détenir la clé de tout et « connaitre » la psychiatrie. Seuls ceux qui sont passés par l’enfer de la maladie et qui s’en sont sortis, assez pour pouvoir témoigner, savent ce qu’est réellement la maladie et ce qu’elle implique comme souffrance. Et connaitre la psychiatrie commence par cela.

  16. Elise Said:

    Hé bien, Lys, quelle agressivité!! J’aurais même tendance à m’interroger: défense?
    Ce sont les propos du Pr Rufo qui sont honteux. D’ailleurs, énormément professionnels du soin, de la psychiatrie, de la psychologie, de la politique, du monde journalistique, associations de victimes, ou simples citoyens ont dénoncé ces propos. Un exemple, le Dr. Lopez, très réputé pour sa grande connaissance des agressions sexuelles.

    Je trouve, pour ma part, l’article de Lana bien foutu et d’une extrême pertinence…

    Et, en tant que psychologue, je n’aurais certainement pas l’audace, l’outrecuidance de prétendre que je connais mieux la psychiatrie que ceux qui souffrent de troubles psychiatriques!

  17. Alain Said:

    ça fait du bien de te lire, Elise.

  18. jac Said:

    oui cela fait du bien , je laissais la soirée passer pour avoir du recul pour répondre à tant d’agressivité ,, Elise tranquillement avec assertivité l’a fait , j’ai reécouté les propos de mr Rufo et entendu l’avis de collègues psycho et bigre nous sommes d’accord ; ses propos sont décalés par rapport à la réalité d’enfant abusé. C’était courageux de retracer ceci ici , et cela à le mérite de lancer un débat . Ne retourne pas contre toi Lana , les propos de madame l’éduc spécialisée , je me demande en quoi du reste elle est spécialisée ! . bonne soirée à tous
    jacqueline

  19. Lana Said:

    Je ne vais pas m’en faire pour des insultes de la part de quelqu’un qui ne me connaît pas. Je trouve ça dommage comme réaction, parce que pour avoir un dialogue constructif quand on n’est pas d’accord, il faut des arguments et non des insultes. Parce que là, Lys n’a en rien expliqué en quoi elle n’était pas d’accord. Dire que c’est honteux est un peu court, je préfèrerais savoir en quoi c’est honteux pour qu’on puisse en discuter.

  20. Sybilline Said:

    Ce que je remarque, c’est que Lys ne répond pas. Est-elle réellement éducatrice spécialisée? J’en doute…C’est probablement une personne qui veut se faire passer pour une spécialiste et se donner une contenance, sans répondre à ce qu’on lui demande.
    On peut se faire passer pour qui on veut derrière un pseudo. Et fuir lorsqu’on est à courts d’arguments…

  21. thomas Said:

    Il n’y a de Rufo et autres que parce qu’il y a des parents dépassés, en souffrance, en recherche d’un père, d’un guide, de solutions. Le besoin crée le personnage.
    Or justement, ce genre de personnage est en partie responsable du fait que les parents sont dépassés, en souffrance etc
    Cela peut être expliqué en quelques mots : infantilisation ou deresponsabiilisation, pression, multiplication des exigences et des règles, culpabilisation, harcèlement, défense du système établi, erreurs et subjectivité (quand les psy seront capables de guérir les gens, on reconsidérera leur utilité)


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :