Sur la bienveillance condescendante en psychiatrie

Ce n’est pas de la bienveillance, c’est un air doucereux.

Ce n’est pas de la compréhension, c’est de l’hypocrisie.

Ce n’est pas de l’empathie, c’est de la théorie. C’est une théorie qui piétine mais donne bonne conscience. C’est une théorie inventée par quelqu’un qui avait certes beaucoup d’imagination mais peu de sensibilité.

Ce n’est pas de l’écoute, c’est du mépris, c’est un air supérieur, c’est une certitude de tout savoir et d’avoir raison.  C’est une mise à distance radicale, tu es fou, moi je sais.

Ce n’est pas de l’aide, c’est une mise aux normes.

Ce n’est pas pour ton bien, c’est pour le bien de l’institution et de la société.

Ce n’est pas un sourire, c’est un rouleau compresseur qui ne dit pas son nom.

Ce n’est pas de la thérapie, c’est un jeu de massacre.

Ce n’est pas une main tendue, c’est un rapport de force plus violent que celui qui n’avance pas masqué.

C’est une lutte que tu ne pourras gagner que par la fuite. Fuir ou y laisser sa peau. Fuir ou y laisser son âme.  Fuir cette bienveillance condescendante pour être soi et vivre comme on l’a décidé.

Publicités

15 commentaires »

  1. loplop Said:

    encore une fois tu vois juste, c’est un plaisir de te savoir au monde… biz olivier(alias loplop)…

  2. Lana Said:

    Merci!

  3. Marie-Anne Said:

    C’est encore et toujours la psychiatrie d’aujourd’hui, qui n’a pas l’intention d’en changer, car ça la conforte, et lui donne un tel pouvoir sur les humains.

  4. Alain Said:

    Une théorie dénuée de fondement scientifique et oeuvre d’un seul auteur suivi aveuglément par des adeptes, dont certains ont pourtant suivi des études scientifiques, aveuglement réciproque au détriment des malades ? Quand aurons-nous affaire à des personnes humbles, empathiques, curieuses, libérées de préjugés, soucieuses d’apprendre ?

    « Et si les neurosciences cognitives et la psychanalyse, au lieu de s’ignorer superbement, parvenaient à dialoguer pacifiquement ? La partie, pour être honnête, est loin d’être gagnée, car « en France, la culture acquise et sa transmission font que presque aucun psychanalyste ne mène de recherches en neurosciences et qu’aucun neuroscientifique, au cours de son cursus, ne croise de près ou de loin la psychanalyse », fait observer Nicolas Georgieff, l’un des rares « psy » tricolores à s’intéresser de très près aux neurosciences. Résultat, pour forcer le trait : d’un côté, des neuroscientifiques chevronnés hostiles à la psychanalyse et volontiers taxés de réductionnistes ; de l’autre, des psychanalystes freudiens, jungiens ou lacaniens radicalement hermétiques au monde des sciences.  »

    cnrs.fr/journal/2720.htm

    (mettre http://www2. devant).

  5. loplop (olivier) Said:

    …je batis mon empire…

  6. Sybilline Said:

    J’ai été lire votre blog,schizo guéri, je le trouve très intéressant et bravo pour votre parcours qui semble avoir généré une belle guérison. C’est dommage, par contre, qu’on ne puisse pas laisser de messages avec un pseudo, car il me semble que nous ne souhaitons pas forcément révéler notre identité au grand jour. C’est pourquoi je vous donne mon avis ici.

    J’ai bien aimé la différence que vous faites dans un article entre la schizophrénie et la grippe et aussi votre approche psychanalytique du problème, même si cette approche est parfois contestée. Je pense à certains articles publiés sur le blog de Lana qui en montre aussi les limites.

    Je suis cependant un peu restée sur ma faim -mais je pense que vous développerez cela dans votre livre qui promet d’être intéressant- sur ce que vous avancez de Lacan: rôle du père et de la mère dans le développement de la psychose. La façon dont vous le présentez donne envie d’en savoir plus et on sent une justesse dans vos propos.

    Je pense que les gens qui guérissent de la schizophrénie sont parvenus à une telle connaissance et maîtrise d’eux-mêmes qu’ils devraient probablement faire avancer la recherche dans le domaine de la psychologie et du cerveau. Ce qui paraît normal au commun des mortels est remis en cause par cette maladie et tout doit être retravaillé et revu.

    Peut-être aurait-il été pertinent de faire le lien entre la schizophrénie et le cancer, puisqu’on nomme cette maladie: « le cancer de la psychiatrie ». Vous avez préféré parler de la grippe pour montrer la différence entre le physique et le psychologique, beaucoup plus complexe.

    Par ailleurs, je pense qu’on guérit aussi de cette maladie par une bonne hygiène de vie, un amour et un respect de soi. Ce qui est loin d’être évident quand on souffre énormément et que la facilité de prendre des produits (comme les drogues: shit et alcool) peuvent soulager à court terme, mais détruire à long terme.

    Votre livre promet d’être intéressant et devrait paraître en 2014 d’après ce que j’ai compris. Bon courage pour la dernière ligne droite!

  7. Sybilline Said:

    Bonjour,

    Cela ne me gêne absolument pas que vous mettiez mon commentaire sur votre blog. Je ne savais pas que vous vous étiez faits agresser. J’en suis désolée! C’est lamentable…C’est encore pire quand les gens le font de façon anonyme en se cachant derrière leur écran. Quelle lâcheté!

    Pour ma part, je préfère garder ces échanges « secrets », car j’exerce un métier public et qu’il m’arrive de dévoiler des choses intimes avec mon pseudo. Or, je ne souhaite pas que n’importe qui puisse faire le lien entre mon identité et ce que je raconte sur le blog de Lana par exemple.

    Je vois d’ailleurs que beaucoup ici ont un pseudo ou juste leur prénom. Par contre, il arrive que certains dévoilent leur vrai nom. C’est bien de laisser le choix.

    J’ai trouvé vos articles intéressants en tout cas. Je pense que c’est très important de favoriser le dialogue pour permettre de mieux comprendre la maladie et de créer des liens entre ceux qui souffrent et l’extérieur. C’est sur ces bases saines de communication juste que les choses peuvent avancer positivement à mon sens. La psychiatrie a encore du chemin à faire. Et c’est aussi grâce à des gens comme vous qui se battent que les choses évolueront dans le bon sens.

  8. Sybilline Said:

    C’est gentil d’avoir ouvert la porte à des commentaires anonymes qui peuvent aussi permettre une expression plus sincère, sans la barrière du rôle à tenir en société et du masque que nous devons quand même garder sur l’intime -qu’on confie à certaines personnes et pas à d’autres-.

    Avec internet, en cherchant un nom, on peut découvrir des choses très intimes si la personne ne se cache pas et cela peut la poursuivre longtemps (je connais quelqu’un dans ce cas!)…Les moteurs de recherche sont extrêmement efficaces.

    N’hésitez pas à nous faire savoir l’évolution de votre projet et je ne manquerai pas de laisser un commentaire si je suis inspirée.

    Bonne soirée

  9. Sybilline Said:

    A Lana,

    Je viens de relire ton texte sur la bienveillance condescendante et je suis à nouveau stupéfaite par la sincérité de tes propos, par la justesse des mots que tu emploies et qui libère.

    Je crois que savoir trouver les mots justes est une voie vers la guérison et une des façons de faire sauter la chappe de plomb qui repose sur ceux qui souffrent. Et ce n’est pas si simple. Il faut un coeur en harmonie avec ses émotions et la connaissance de la langue française: tu disposes de ces deux atouts! Donc, bravo.

    Il faut lutter contre le maladire! La maladie?

  10. Lana Said:

    Oui, c’est sûr que c’est une chance de savoir s’exprimer, d’avoir du vocabulaire, c’est ce qui rend libre et permet d’échapper à la violence.

  11. Sybilline Said:

    Je suis entièrement d’accord avec toi et tu possèdes ces qualités. Mais au-delà du vocabulaire (j’en connais un autre qui en possède beaucoup!), tes messages sont sincères. Tu parviens à dire sans te masquer, sans te cacher derrière les mots. Tu es TOI. C’est ce mélange de capacités littéraires et de justesse dans tes propos qui touche autant et permet une communication saine.

    J’ai beaucoup appris grâce à ton blog et ai toujours fait confiance en ce que tu disais. C’est important cette culture-là!

    Comme je l’expliquais, ma tante est en hôpital psychiatrique actuellement et sa famille est démunie. Les bases que j’ai eues en lisant ton blog régulièrement m’ont permis d’éviter certains écueils. Mais son mari est complètement submergé par cette épreuve, car il n’a aucune arme, seuls les préjugés qui circulent et nous savons tous qu’ils sont mauvais. Sa fille a commencé à interpréter certains troubles en stigmatisant sa mère et en disant qu’elle est « zinzin », alors que lorsqu’on lui parle en lui faisant confiance, elle est très cohérente.

    Je crois que ce que j’ai retenu de toutes ces lectures, c’est que quelqu’un qui souffre de problèmes psychiatriques qu’il soit lucide ou non, a besoin qu’on le considère avec dignité. Il ne faut jamais lâcher cet objectif et c’est parfois très dur quand la personne est envahie par des pensées négatives ou se montre violente sans qu’on en connaisse la cause, car elle n’a pas les mots et ne sait pas communiquer autrement qu’on agressant.

    Très bonne soirée à toi, Lana.

  12. Lana Said:

    Ca me fait plaisir que mon blog t’ait fait comprendre tout ça, c’est exactement pour ça que je l’ai créé.

  13. Sybilline Said:

    Je pense que je ne suis pas la seule à apprendre grâce à ce que tu apportes ici (vu le nombre de visites). C’est une vraie source d’enseignement et malgré la douleur dont on parle parfois, c’est un plaisir pour moi de te retrouver, de voir que les choses avancent positivement avec du courage et de la détermination, avec une foi invincible aussi en la dignité humaine.

    Ton combat me rappelle beaucoup celui de Nelson Mandela. J’ai adoré son livre « Un long chemin vers la liberté ». J’y trouve un courage, une foi incroyable, source d’admiration pour moi qui me serait déjà découragée depuis longtemps (27 ans de prison, deux divorces, des pressions presque mortelles…). Il a porté l’apartheid sur son dos, l’a refusé, toujours combattu et a su négocier par la force du verbe: avec justesse et détermination. Et il a gagné! Cela ressemble à ta façon de procéder aussi face aux injustices qui règnent dans le monde de la psychiatrie et à l’indignité avec laquelle on traite les malades que certains considèrent comme inférieurs.

    Combat similaire avec l’idée qu’on ne doit jamais abandonner la lutte pour le respect de soi, pour les valeurs auxquelles on croit. C’est le permier des principes pour tenir debout, se sentir bien et EXISTER.

    Merci pour tout ce que tu fais, car enfin on trouve une bouée -dans la mer déchaînée de la psychiatrie-, des repères, un refuge.

  14. Lana Said:

    Mon Dieu, je suis loin de Mandela, je ne prends aucun des risques qu’il a pris ;-)!

  15. Sybilline Said:

    Peut-être que la prison dans laquelle Mandela a vécu (Robben Island) ressemble à la prison de la maladie ou même de l’hôpital psychiatrique en général. Et ça continue! J’ai quelques nouvelles de ma tante et malheureusement, les hôpitaux psychiatriques sont d’une tristesse déconcertante et sont faits parfois pour aller plus mal. Je crois que j’y passerai un jour sans être forcément malade, j’en sortirai déprimée. Alors qu’est-ce que ce doit être pour ceux qui souffrent réellement?
    Concernant Mandela, il faisait parti d’un réseau (l’ANC) et les risques il ne les a pas pris tout seul. Je crois aussi que c’était un bon stratège, car il a su toujours se faire soutenir par la communauté internationale: la croix rouge lorsqu’il était en prison, l’Europe et les Etats-Unis lorsqu’il était président.

    Comme quoi un bon entourage est essentiel! L’appui de gens puissants aussi lorsqu’on mène un combat.

    Et le tien, Lana, est difficile car il y a des siècles de préjugés derrière et peu d’efforts pour en sortir.

    Bonne journée.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :