Un traumatisme qui n’existe pas

Nulle part on ne parle du traumatisme que peut engendrer la maladie mentale et la psychiatrie. Mais a bien y réfléchir, c’est normal. Pourquoi la psychiatrie s’intéresserait-elle aux douleurs qu’elle provoque? Pourquoi s’intéresser à un traumatisme post maladie mentale? La psychiatrie ne fait pas de mal et les maladies mentales sont incurables. Donc pas de stress post traumatique en vue, seulement des malades qui imputent leur souffrance à un objet extérieur, seulement une maladie qui n’est pas guérie.  Des pensées, des souffrances qui ne sont que des symptômes, comme toujours. Vous reprendrez bien un peu d’antidépresseurs, ça va vous aider. Non merci,  je ne m’en suis sortie que parce que j’ai évité les hospitalisations à répétition et les traitements lourds.

Mes souvenirs de psychiatrie et de schizophrénie sont toujours aussi douloureux. Oui, j’en pleure encore. Et quand je n’y pense pas, quand ma vie va bien, je fais des cauchemars terribles et bien trop réels qui m’abattent pour la journée entière. Le soir, j’ai peur d’aller dormir. Et quand je fais des exercices trouvés sur internet pour me libérer de mes cauchemars, et que j’y arrive, une plaque d’eczéma envahit la moitié de ma jambe. Elle guérit quand mes cauchemars reviennent. Je me sens impuissante, démunie face à ce passé trop présent qui attaque mon corps quand j’en libère mon esprit. Oui, j’enrage de cette emprise qu’ont pris la psychiatrie et le schizophrénie sur ma vie, de ce combat qui n’est jamais qu’à moitié gagné. J’aimerais en parler à quelqu’un, c’est vrai, mais à qui?

A un psychiatre? Certainement pas. De tous ceux que j’ai connu, même les meilleurs ne remettaient pas leurs méthodes en question, même eux ne comprenaient pas pourquoi nous nous sentions attaqués dans notre dignité par la psychiatrie lourde et les abus de médicaments. Lequel pourrait admettre que mon traumatisme actuel est dû à ce que j’ai vécu et non à un dérèglement de mon esprit délirant? Lequel, si fier de soigner, admettra que le système qu’il défend m’a fait du mal? Et a des milliers d’autres personnes?

J’ai toujours dit qu’il y avait des psychiatres qui avait fait médecine pour le prestige et psychiatrie pour ne pas se salir les mains.  Et il y a les autres, qui l’ont sans doute fait pour de bonnes raisons. Mais lequel n’a pas les mains bien plus sales, bien plus trempées de sang que n’importe quel autre médecin? Et lequel voit ce sang? Pas beaucoup, j’en ai peur. Et admettre le traumatisme, des années après, de leurs patients, ce serait ouvrir les yeux devant ce sang qu’ils ont jusqu’au cou. Alors, c’est plus facile de dire que nous sommes fous, encore malade, qu’on mord la main qui nous a nourris.

Non, je n’en parlerai pas à un psychiatre. A quoi bon sinon à en sortir encore plus écoeurée, encore plus énervée? Je vivrai avec mes cauchemars et mes plaques d’eczéma, pour la simple et bonne raison qu’un traumatisme post maladie mentale et psychiatrie, ça n’existe pas.

Publicités

6 commentaires »

  1. émilie Said:

    bonsoir Lana, je voulais te dire, je suis dans une situation un peu similaire, mais je voulais te dire aussi que j’en ai trouvé un, de psychiatre, qui reconnait tout cela, qui a d’ailleurs quitté l’hôpital pour exercer thérapie et hypnose en libéral. C’est possible, donc, et dire qu’il m’a énormément aidée, c’est peu de choses.

  2. Lana Said:

    Merci, c’est encourageant. Mais je n’ai pas l’énergie de refaire le tour de psys avant d’en trouver un bien.

  3. Lana Said:

    Cela dit, je pourrais demander à mon généraliste s’il ne connaît pas un psy comme le tien.

  4. Hello,
    la thérapie EMDR donne de bons résultats sur le SSPT, alors qu’elle est très simple à mettre en place… tu devrais essayer ! j’ai été traité pendant un an et je vais recommencer un soin cette année pour lutter contre l’angoisse.

  5. Lana Said:

    Je vais voir mon généraliste lundi pour lui demander son avis.

  6. Sybilline Said:

    Chère Lana,

    Ton texte est très juste et très beau comme toujours…Ce que tu exprimes paraît finalement évident. On en parle pour plein de maladie, mais pas pour celle-ci tant le retard en la matière est présent.

    Je crois que le phénomène qui consiste à essayer d’enfouir ce qui fait mal est bien présent chez tout le monde. Pour d’autres raisons, il m’est arrivé de m’interdire de penser à certaines choses et elles revenaient en cauchemar. Tout ceci s’est arrêté (cauchemars nocturnes et éveillés) lorsque j’ai accepté de vivre avec le problème jusqu’à ce qu’il se règle. Il faut le regarder en face et proposer des solutions au fur et à mesure, chercher des voies pour en sortir.

    Je pense que c’est très sain, dans un premier temps, d’écrire ce que tu vis avec cette justesse qui est la tienne. Le reste viendra ensuite. Et comme pour beaucoup d’épreuves dans la vie, il faut de la patience. Mais tu sortiras de ces difficultés, j’en suis certaine, car ta démarche est pure et sincère. Et ça paie toujours un jour ou l’autre. Agir jusqu’à ce que le traumatisme se dénoue.

    Ta démarche, dans un premier temps, me paraît bonne.

    Très bonne soirée.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :