Le syndrome neurotypique

Un texte qui inverse les points de vue: comment les neuroatypiques voient les neurotypiques. Je n’ai pas pu identifier l’auteur du texte, mais je l’invite à se manifester s’il passe par là et veut signer son texte (ou n’a pas envie de le voir ici).

Définition
Le syndrome neurotypique est un trouble neurobiologique caractérisé par un souci de préoccupations sociales, des délires de supériorité, et l’obsession de conformité.

Symptômes
Les individus neurotypiques pensent souvent que leur expérience du monde est soit la seule ou la seule bonne. Les NTs ont du mal à être seuls. Les NTs sont souvent intolérants à l’apparence des différences mineures chez les autres. Les NTs ont du mal à communiquer directement, et beaucoup ont une incidence plus élevée de mensonges par rapport aux personnes autistes.

Causes
Le NT est censé être d’origine génétique. Les autopsies ont montré que le cerveau du neurotypique est généralement plus petit que celui d’une personne autiste et a surdéveloppé les domaines liés au comportement social.

Tendance
Malheureusement, plus de 9 625 sur 10 000 personnes pourraient être neurotypique.

Traitements
Il n’existe pas de remède connu pour le Syndrome neurotypique.

Adaptation
Dans de rares cas les NTs peuvent apprendre à compenser leur handicap et d’interagir normalement avec des personnes autistes.

Critères diagnostiques du Syndrome Neurotypique

A. Altération qualitative de la communication comme le témoigne au moins un des éléments suivants:

Retard ou Absence du langage parlé. (surcompensation par d’autres modes de communications comme le geste, la mimique ou l’interprétation)
Chez les individus maitrisant suffisament le langage: Incapacité à ne pas interpréter les conversations avec autrui de manière illogique (en cherchant continuellement des doubles sens par exemple)
Usage stéréotypé et répétitif du langage. (ex. Comment ça va ? Ça va bien)

B. Altération qualitative de l’autonomie affective, comme en témoigne au moins deux des éléments suivants:
Obsession marquée de comportements non-verbaux, vagues, indéfinissables, propres à chaque personne tels que le contact oculaire, la mimique faciale, les postures corporelles et/ou les gestes.
Incapacité à établir des relations avec les pairs possédent un autre mode de fonctionnement sans faire abstraction d’une interprétation l’amenant directement à une carence affective excessive.
Recherche extrême ou anormale de confort dans les moments de détresse. (cherche le réconfort d’une manière stéréotypée, attire l’attention lorsque peu bléssé)
Le sujet n’arrive pas à s’estimer suffisamment de manière autonome, ce qui l’amène à partager constamment ses plaisirs, ses intérêts ou ses réussites avec d’autres personnes.
Recherche constamment l’attention car incapable de rester seul.
Présence de réprocité sociale ou émotionnelle : Le sujet n’existe pas sans le regard des autres.

C. Caratère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements sociaux, des intérêts et des activités socialement acceptables, comme en témoigne au moins deux des éléments suivants :
– Préoccupation circonscrites à quelques centres d’intérêts stéréotypé et restreints permettant de sauver l’image sociale, tant dans son intensité que dans son orientation.
– Adhésion apparemment inflexible à des habitudes ou à des rituels spécifiques d’une incohérence marquée mais fonctionnels pour la norme.
– Maniérismes moteurs stéréotypés et répétitifs dont l’absence de cohérence avec l’émotion vécue provoquent une distorsion.
– Préoccupation persistantes pour certaines parties du corps.

D. La perturbation entraine un modelage cliniquement significatif du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

E. Il n’existe pas de retard général du langage mais la récurrence du manque de précision et de clarté de la communication est significative sur le plan clinique.

F. Au cours de l’enfance, il y a eu diminution de l’autonomie de penser et de la curiosité pour son environnement. Il y a cependant eu un apprentissage accéléré du comportement adaptatif.

Publicités

5 commentaires »

  1. Bruno Jean PALARD Said:

    Bonjour Lana,

    Ce n’est pas moi qui ai écrit ce texte-là mais, comme vous je pense, je le trouve très juste et à ce titre mériterait d’être très largement diffusé.

    Seulement voilà : en bas de chaque page des forums du site « Atoute » administré de main de « Maître » par le Dr Dupagne – j’en ai fait la douloureuse expérience suite au contre-diagnostic que « Dr » Dupagne s’est permis de poser publiquement sur moi sur le forum « Schizophrénie » d’Atoute.org et qui fut son prétexte pour m’en virer – figure la mention suivante :

    « les données de ce forum ne peuvent être utilisées sans l’accord écrit de leurs auteurs. »

    Alors bon courage pour la suite…

    Bien amicalement,

    BJP

  2. Lana Said:

    Le texte semble aussi être copié collé sur atoute, avec un lien dans le bas, mais qui n’est plus fonctionnel. Dans ce cas, je n’utilise pas des données propre à atoute.

  3. Tristan Said:

    Salut,

    D’abord ça m’a fait rire. C’est bien trouvé, c’est fin, c’est mordant. Puis ça m’a fait peur.
    Je sais pas si c’est un concours de circonstances, mais sur les différents blogs que je lis et les recoins d’Internet où je maraude je vois de plus en plus ce phénomène qui m’effraie : les blogs des surdoués opposent les zèbres et les normaux, les blogs des homos opposent les LGBT et les straights… et ça m’a fait comme un écho sur cet article de ton blog.
    Alors oui, j’ai beaucoup aimé. Mais je voudrais juste commenter pour dire que même si la discrimination, le préjugé et la différence sont des réalités quotidiennes et dures, je pense que ceux qui se battent contre ces maux (fléaux pour ceux qui en sont victimes) doivent éviter de se radicaliser, de s’armer, d’agresser en opposant la minorité dont ils/elles prennent la défense aux autres. La clé c’est la bienveillance, j’en suis convaincu (mais c’est dur de garder ça à l’esprit face à un salaud fini).

    J’ai adoré l’article, et je suis toujours ton blog avec intérêt, tu as tout mon soutien* pour tes deux combats : le public contre les discriminations envers les gens atteints de maladies mentales, et le privé, quotidien, contre la schizophrénie, deux combats auxquels je suis très sensible.

    Bonne continuation,

    * par rapport à mes moyens modestes de lecteur internaute

    Tristan

  4. Lana Said:

    Je pense que ce sont d’abord les gens « normaux » (avec beaucoup de guillemets) qui opposent les gens les uns aux autres, ou n’acceptent les gens différents que s’ils se taisent sur leur différence et se fondent dans le moule. Dire que notre façon de fonctionner est aussi valable que la leur ne me paraît ni radical ni dangereux. Il n’est question ici que d’armes psychiques pour arriver à être heureux avec une différence.

  5. Tristan Said:

    Bonjour,

    Oui tu as tout à fait raison. C’est le ton caustique qui m’a fait tiqué mais mon commentaire n’était peut-être pas très pertinent vis-à-vis de ce texte particulier.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :