« Junk », Melvin Burgess, folio

Entre un père violent et une mère alcoolique, la vie de Nico est intolérable. Une seule issue : fuir. Fuir avec Gemma, son amie, qui le suit comme par défi. Mais que faire, à quatorze ans, sans ressources, dans les rues d’une grande ville ? Les deux adolescents rejoignent un squat et, très vite, sont pris dans l’engrenage de la drogue… Le jour où ils acceptent de l’héroïne, ils deviennent, sans en être encore conscients, des junkies. Dans ce roman encensé par la critique internationale, Melvin Burgess dépeint avec un réalisme saisissant, sans complaisance ni moralisme, les facettes d’un drame contemporain. Une lecture bouleversante et essentielle, car « il est préférable que les jeunes n’entendent pas parler de la drogue pour la première fois le jour où quelqu’un essaiera de leur en vendre. ».

téléchargement (6)

2 commentaires »

  1. Suze Araignée Said:

    Personnellement, je ne trouve pas ce livre « réaliste ». C’est un énième livre qui dépeint les UD comme des gens qui s’enfoncent forcément, forcément malgré elleux. Et contrairement à ce que croit l’auteur (et bien d’autres gens), ce genre d’écrits n’a pas une fonction de repoussoir qui empêcherait les jeunes de prendre des drogues. Ils ont la fonction de repoussoir chez les gens qui n’en prendront jamais, avec pour risque d’augmenter la stigmatisation des UD (« regardez ces déchets – sens du mot « junky » – qui sont si différent-e-s de nous »), mais chez les personnes qui sont secrètement tentées, souvent inconsciemment, par la prise de drogues, ils font office de publicité (mensongère en plus) et de mode d’emploi.

    Ado j’ai lu tous ces livres parlant de drogues, et bien de mes ami-e-s UD ont fait de même. Le but n’était pas de nous auto-persuader de ne pas prendre de drogues, mais bien d’en apprendre le plus possible sur ce monde qui nous attirait irrésistiblement. C’est dans ces livres que j’ai appris à me shooter (comment on prépare un shoot, comment on sait qu’on est dans la veine…).

    Le problème, c’est qu’en présentant ainsi les drogues comme « l’enfer dans lequel vous allez vous enfoncer », « la déchéance assurée », on attire vers les drogues les gens les plus fragiles, les plus sujets à l’autodestruction. Pour ma part, c’est une sorte de suicide lent que j’ai d’abord cherché dans l’héroïne. Avec le temps, je me suis rendu compte que ce que j’y trouvais, c’était assez d’apaisement de mes angoisses pour ne plus avoir envie de me suicider. C’est pour ça que je parle de publicité mensongère. Il serait grand temps qu’on ait une véritable politique d’éducation sur les drogues, avec une information réaliste sur les risques mais aussi les bienfaits, sur la possibilité de consommer avec modération, sur la réduction des risques, au lieu d’attirer ainsi (involontairement, mais le mal est fait quand même) les plus fragiles en croyant les protéger, et plus grave encore à mes yeux, en renforçant stigmates et préjugés déjà bien tenaces.

    Non, nous ne sommes pas des déchets, non, nous ne sommes pas des cadavres debout, non, nous ne sommes pas violent-e-s, voleurs/euses, menteurs/euses, indignes de confiance, oui, nous sommes capables (pour certain-e-s d’entre nous, ce qui fait pas des autres des sous-êtres) de travailler, d’étudier, d’élever correctement des enfants, de prendre soin de nos animaux, non, vous ne saurez pas forcément qu’on injecte de l’héroïne ou de la coke si vous nous croisez dans la rue, ça ne se lit pas sur notre visage.

    Voir à ce sujet le livre du médecin et psychanalyste Jean-Pierre Jacques, Pour en finir avec les toxicomanies.

  2. Lana Said:

    Merci pour votre avis éclairé.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :