En fait, je suis nuancée

Une petite précision parce qu’on me reproche parfois mon côté cash: en vrai, je suis quelqu’un de nuancé. Je pense que ceux qui suivent régulièrement le blog le savent (j’espère).

Mes billets donnent parfois l’impression du contraire. Quand j’écris, c’est souvent en réaction à un événement. Quelque chose me met par exemple en colère, et j’écris sur le coup de la colère, comme le billet sur la violence indicible. Ca ne veut pas dire que je diabolise les soignants, comme on me l’a reproché sur twitter. Je sais qu’il y a des soignants qui se remettent en question, de bons soignants, d’ailleurs c’est le cas des miens. Je sais que la psychiatrie peut faire des bonnes choses, et c’est pour ça que les mauvaises me révoltent d’autant plus. Et oui, c’est vrai, je parle plus de ce qui va mal que de ce qui va bien.

On m’a dit que les soins sont violents en médecine physique, que les examens, les perfusions font mal, qu’on n’en fait pas toute une histoire comme en psychiatrie. Mais je ne parlais pas des soins. Je ne parlais pas des neuroleptiques ou même des hospitalisations contraintes, je parlais de déshumanisation. Je parlais d’infantilisation, de privation de droits élémentaires, de patients attachés ou isolés pendant des jours ou des semaines, de négation du ressenti, de la personne, de surmédicalisation. Je parlais de ce qui ne soigne pas, de ce qui traumatise, de qui est lié à l’abus de pouvoir sur des personnes en situation de fragilité. Je parlais de choses inutiles et même néfastes, de ce qui éloigne des soins et empêche donc de s’attaquer à la violence de la maladie.

Oui, comme on me l’a dit, la première violence est celle de la maladie. Oui, les traitements peuvent être difficiles à supporter. Mais en quoi dire cela empêche-t-il de s’attaquer à la déshumanisation que l’on doit subir en psychiatrie, ou à l’hôpital en général? Celle-ci n’est pas obligatoire (certains hôpitaux fonctionnent d’ailleurs sans contention  ni chambres d’isolement), elle est contre-productive, et ne fait ni des patients ni des soignants heureux.

En quoi s’employer à aller mieux empêcherait de parler des traumatismes que la psychiatrie peut nous faire subir? Comment aller mieux avec un traumatisme non traité? L’entendre, ce serait permettre à la psychiatrie de s’améliorer et aux patients d’aller mieux, donc de moins souffrir de cette violence première de la maladie. Je sais que certains sont prêts à l’entendre, mais ils sont peu nombreux, et donc oui, dans mon précédent billet, je les ai oublié. Parce que je n’ai pas toujours l’énergie, face à cette violence de l’institution psychiatrique, trop destructrice, trop violente, trop systématique, de faire du « not all ».

Bref, maintenant vous le saurez, et ce sera dit une bonne fois pour toutes: les soignants ne sont pas tous à mettre dans le même sac, je le sais, c’est pour ça que j’écris encore, c’est pour ça que j’espère encore et que je continuerai à dire ma colère en manquant de nuance.

Publicités

7 commentaires »

  1. moamah souad Said:

    Bonjour Lana,

    Comment vous dire ,vos articles sont si fins ,si intelligents que je les lis et relis .

    ma fille refuse toute médication etest dans le déni total de sa maladie je me pose la question peut elle s’en sortir sans médicaments? Son histoire est longue ,on pourrait en faire un film .

    J.aimerais tellement vous parler .comment faire?

  2. Lana Said:

    Vous pouvez m’écrire à cette adresse: schizo.sosblog@yahoo.fr

  3. Alain Said:

    Moamah,

    Chaque personne a sa propre histoire, il est difficile de généraliser.

    On peut comprendre le refus d’admettre la maladie à cause de la stigmatisation qui est très violente. Il faudrait peut être régler cela avant tout.

    Il y a ensuite les carences du système de soins, la « maltraitance ». L’idéal serait de trouver des thérapeutes à l’écoute mais ce n’est pas facile.

  4. Lana Said:

    Je ne vois pas quoi dire d’autre que ce que j’ai déjà dit dans l’article.

  5. Alain Said:

    Tout le monde peut péter un plomb. Tout le monde ne vit pas des dizaines d’années avec une maladie cruelle, une souffrance de toutes les secondes.

    Dire que tout le monde est un peu schizophrène revient à nier cette souffrance.

  6. Lana Said:

    Bon résumé.

  7. Anonyme Said:

    Bonjour Œdipe ,

    Je vous remercie énormément d’avoir pris le temps de me répondre et de façon si détaillée .

    Comme vous l’avez si bien dit ,chaque schizophrenie est differente et caque schizophrene est different mais ce qui est sûre c’est que cette terrible maladie engendre la même souffrance insoutenable .

    Ma fille souffre énormément et je n’en peux plus de voir son désarroi et sa déconnection de la réalité .
    J’attends un miracle peut être fera -t-elle partie des gagnants au « loto ».

    En tous cas merci et bon courage à Lana et à vous tous .


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :