Joyeux anniversaire

Cette année, j’ai vingt ans. Vingt ans de maladie.

Cette année, la schizophrénie à vingt ans.

Vingt ans de combat, de lutte, d’espoir, de larmes, de sang. Presqu’autant de psychiatrie et de médicaments.

Pour ses dix ans, je l’ai crue morte. J’ai dessiné sa tombe. Mais elle est toujours là, bien vivante. Sous mon pied, écrasée pour le,moment, mais elle remue encore.

happy-birthday-powerpoint

En décembre, ça fera vingt ans qu’on vit ensemble, et j’aurais préféré ne pas fêter cet anniversaire-là. On ne sortira pas le champagne, comme je l’avais fait pour sa mort présumée.

A dix-sept ans, je pensais que je ne passerais pas mes vingt ans. Mais à trente-sept ans, je suis toujours là. Avec elle, c’est vrai, mais toujours en vie. C’est peut-être ça qu’il ne faut pas oublier, c’est peut-être là-dessus qu’il faut sourire au lieu de pleurer sur ses vingt ans. Je ne sais pas ce qu’aurait été ma vie sans elle, je ne connais pas celle que j’aurais été, mais j’ai une vie, malgré tout.

Publicités

28 commentaires »

  1. Télépathe schizo Said:

    Joyeux anniversaire. J’ai 16 ans. Une pensée pour fêter cette occasion : les schizophrènes sont encore là pour faire obstacle à la folie.

  2. frebianchi Said:

    Bon anniversaire et pensées chaleureuses.
    Je suis tes envois régulièrement, merci
    Frédérique

  3. Lana Said:

    Merci!

  4. murielle Said:

    20 ans de courage, je te souhaite des moments de répit plus grands que les moments de doute et de rage. Toute mon amitié!

  5. Hlhl Said:

    Le cynisme peut aider à supporter à certaines périodes …
    Heureusement, dans ce genre de longues histoires, il peut y avoir de longs breaks. Je t’en souhaite un maximum !

  6. Lana Said:

    Oui, heureusement qu’il y a des breaks, sinon je ne sais pas si je serais toujours en vie!

  7. Hlhl Said:

    Hum, oui. Mais je ne sais pas si c’est le fait de vieillir (ou de murir peut-être), mais j’ai l’impression qu’avec l’âge les breaks sont de plus en plus longs (bon, ok, on sait pas trop pourquoi ça re-dégénère). Et là, même si je ne suis pas dans une phase top, ce constat me laisse un certain optimisme.
    C’est pas mal de « fêter » des dates clef comme ça, même si c’est un peu cynique, ça aide à voir le chemin parcouru et les écueils à tenter de contourner à l’avenir.

  8. Lana Said:

    Je n’ai pas une volonté de fêter ces dates, ça me tombe plutôt dessus comme un boulet, je me dis « merde, ça fait 20 ans » et c’est pas toujours facile à digérer.

  9. Hlhl Said:

    Fêter n’était pas le bon mot, c’est tout ce qui m’est venu sur le moment. J’étais restée dans un certain cynisme (peut ne l’étais-tu pas dans ta publication), car effectivement, merde, même si il y a des moments de progrès, la structure d’esprit reste la même, on peut difficilement changer notre mode de fonctionnement.

  10. senta go Said:

    Bonjour Lana,
    Je suis vos écrits depuis quelques mois. Etant concernée de très près par cette maladie, je trouve dans votre blog de précieuses informations et surtout du réconfort et de l’espoir .
    Je voudrais donc vous dire un grand merci, vous souhaiter le meilleur et vous envoyer mes plus amicales pensées.
    SG

  11. Lana Said:

    Merci à vous de me lire!

  12. Hlhl Said:

    Oui, cela ne fait que quelques semaines que je te lis. Tes mots me semblent justes. Ça aide énormément à mettre des mots là où on pouvait difficilement le faire (ou alors de manière confuse).
    Ce que tu as écrit sur l’angoisse psychotique est précieux, pas forcément retranscriptible intégralement bien sûr, mais aide à discerner ce qui tient de l’angoisse des moments normaux et moments … autres ; la frontière est ténue.
    J’ai mis du temps à laisser un commentaire, mais merci de prendre le temps de tenir ce site.

  13. Lana Said:

    Merci pour tes mots,,ça me fait plaisir.

  14. Hlhl Said:

    Je pensais pouvoir fêter mes 3 ans de break, que je pensais définitif, je me disais que c’était derrière moi … C’est assez ironique que je lise cet article à cette période finalement, le hasard fait bien les choses.
    Ça remet les idées en place … Au moins, mieux on se connait, plus long seront les prochains break, faut bien positiver.

  15. Lana Said:

    Courage. C’est super dur quand la maladie te retombe dessus alors qu’on se croyait tranquille. J’ai arrêté de croire les breaks définitifs, ça fait déjà moins mal.

  16. Hlhl Said:

    C’était mon premier vrai break, je n’ai pas vu revenir la crise … Et surtout je ne pensais pas que ça pourrait revenir.
    Merci pour ton conseil, ça permettra d’anticiper la prochaine rechute … Au moins je me souviens des étapes qui ont mené au break, je peux tenter de les reproduire.
    Je me dis presque qu’il faudrait deux bloc-notes :
    – le 1e pour noter les étapes qui ont fait tout doucement glisser vers la rechute (bon, ça, tu le fais déjà) ;
    – le 2e pour noter celles qui mènent à un mieux(moins instinctif comme idée déjà).

    C’est fou, le temps d’un break, on se dit qu’on n’est pas malade, tellement il peut être ancré dans l’inconscient que la « folie » est permanente. Encore un truc qui est méconnu dans la maladie mental : on n’est pas « fou » 100 % de notre temps.

  17. Lana Said:

    Oui, moi je me disais même que je n’avais peut-être jamais rien eu, que j’avais inventé tout ça tellement ça me paraissait loin, et puis paf, ça revient. C’est pour ça que j’utilise l’image de la schizophrénie écrasée sou le pied, mais toujours vivante, parce qu’elle peut toujours reprendre du poil de la bête. Et non, on n’est pas fou tout le temps, et c’est pas parce qu’on va bien qu’on a pas été vraiment malade, comme certains le disent.

  18. Alain Said:

    C’est important ce que vous dites vous deux. Il faudrait témoigner largement sur le fait qu’être malade ne signifie pas qu’on perd toute sa tête. On entend trop souvent dire que les malades ne se rendent pas compte de leur maladie et quand on lit les témoignages ici, on se rend bien compte du contraire. Ce sont des présupposés répandus dans les médias en particulier et tout le monde les répète sans se renseigner même les soignants.

  19. Lana Said:

    Je crois qu’on confond ne pas se rendre compte de la fausseté d’un délire, par exemple, et ne pas se rendre compte de ses troubles sur le long terme.

  20. Hlhl Said:

    C’est tout à fait ça. Quand tout allait de nouveau bien, j’en venais à me demander si je ne m’étais pas trop écoutée auparavant, voir, comme le disaient mes proches, si je ne me « complaisais » pas toutes mes angoisses.
    Je me disais, quand ça recommençait à aller moins bien il y a quelques mois, qu’il ne fallait pas trop s’écouter, que ça n’apporterait rien de bon.
    Il aura suffi d’une grosse période de stress pour revenir à des états que je pensais avoir été des accidents.

  21. Lana Said:

    C’est plus rassurant de se dire que c’était des accidents que d’admettre qu’on est malade.

  22. Hlhl Said:

    Oui. Maintenant, il va quand même falloir trouver des solutions pour gérer la crise, et revenir à un état plus serein. Ai-je tort de penser que travailler sur la perception qu’on peut avoir des choses qui nous entourent peut suffire ? Quand ça va, ce n’est pas une question qu’on se pose. Et quand ça allait mal il y a quelques années, je ne m’étais pas posé la question. Mais être pas très bien et réussir en même temps à se questionner sur la perception du monde est quelque chose de nouveau pour moi. La remise en question seule de toutes les perceptions qui semblent nocives peut-il endiguer la crise ? Est-ce vraiment naïf de le penser ?

  23. Lana Said:

    Je ne crois pas que ça soit naïf de le penser, mais je ne sais pas non plus si ça peut suffire. Vraiment, je n’ai pas de réponse. Courage à toi en tout cas.

  24. Hlhl Said:

    Merci. J’aviserai si cela ne suffit pas, je ne veux pas retomber trop bas.
    Je retrouve sur ton site, de manière organisée et mieux verbalisé (pas facile d’écrire un ressenti en trouvant les mots), ce que je pouvais ou peux encore écrire sur des feuilles volantes, qui traînent partout et finissent par être jetées(looongtemps après !). Déjà s’accrocher à l’écrit peut aider à structurer, je ne sais pas ce que tu en penses.

  25. Lana Said:

    Oui, écrire m’a beaucoup aidée quand j’allais mal, c’était vital.

  26. Tristan Said:

    Un peu en retard mais un petit coucou pour toi depuis l’autre bout d’Internet.

  27. Laëtitia Said:

    Bon courage!
    Une petit vidéo, un petit témoignage que je trouve encourageant :
    https://embed-ssl.ted.com/talks/eleanor_longden_the_voices_in_my_head.html

  28. Lana Said:

    C’est une chouette vidéo, d’ailleurs elle est sur le blog.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :