Dangereux ou attachant

Dans les séries télé (à l’exception de Perception et Black Box), les psychotiques sont présentés comme des tueurs ou comme des êtres burlesques, surréalistes, forcément attachants.

Scoop: nous ne sommes ni l’un ni l’autre.

Je ne reviendrai pas sur la dangerosité, j’en ai assez parlé sur ce blog.

Dans la série HP, un interne dit que les patients sont libres d’aller et venir dans le service comme de petits écureuils.

Je n’ai pas plus envie de passer pour une folle dangereuse que pour un petit écureuil. Dans le premier cas, quelqu’un qu’on dit inhumain, dans le second un animal. Mignon, attachant, oui, mais un animal quand même.

Les psychotiques ne vivent pas en absurdie, ne sont pas des génies surréalistes, ne sont pas plus attachants que les autres.

En fait, puisqu’il faut le répéter, il y a autant de schizophrènes différents que dans n’importe quel groupe de personnes. Et ça vaut pour toutes les maladies mentales. Notre maladie ne fait pas de nous des dangers publics ou de mignons petits êtres attachants.

Je n’ai envie d’être ni votre pire cauchemar ni votre caution handicap. Je veux juste être moi.

Je n’ai pas envie de fasciner, ni dans un sens ni dans l’autre. La psychose, ça ne fascine que les gens qui ne la vivent pas. En vrai, ça fait juste peur et très mal. C’est long, répétitif, usant. Ca tue. Nous, bien plus que les autres. Ca ne nous rend pas attachant, ça fait fuir les gens, la plupart du temps.

De temps en temps, j’aimerais bien être représentée comme une humaine avec ses qualités et ses défauts. Je me dis que ça doit être chouette de se reconnaître dans une série télé, un livre ou un film sans soupirer devant la caricature qui est faite de soi.

 

 

4 commentaires »

  1. suzearaignee Said:

    Récemment, j’ai regardé la série Maniac (une seule saison, 12 épisodes). Le titre est nul, mais je dois dire que ça fait plaisir de voir des personnages principaux malades psy (un homme schizophrène, une femme borderline… et des psychiatres qui ont aussi quelques soucis psy) qui sont de vrais personnages, avec une personnalité, des qualités et des défauts, des difficultés qui ne sont pas dues qu’à leur maladie (liens familiaux par exemple), des centres d’intérêt… bref, qui sont des gens à part entière.

  2. Lana Said:

    J’ai entendu parler de cette série, mais j’avais peur de ne pas comprendre tout (ça a l’air de beaucoup mélanger l’imaginaire et le réel). Mais oui, ce qu’il manque dans les représentations, ce sont des gens qui ne sont pas que leur maladie.

  3. suzearaignee Said:

    Il y a effectivement de longs passages en réalité virtuelle (la nouvelle thérapie qui est testée visant à supprimer la souffrance psychique – rien de moins ! – étant basée en grande partie sur une réalité virtuelle construite par un ordinateur), mais on sait tout de suite qu’il ne s’agit pas de la réalité, étant donné que ça n’a rien à voir avec ce que vivent les personnages IRL (on est dans des sortes de rêves en fait).

    Personnellement je n’ai eu aucune difficulté à comprendre.

  4. Lana Said:

    J’essaiera de regarder, alors.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :