Votre monde réel

Moi, j’ai vécu dans l’autre monde. Celui qui n’est pas réel. Celui que vous ignorez, que vous fuyez.

Celui que vous voulez détruire à tout prix, à tout casser, à grand coups de neuroleptiques. Le délire, ça s’éradique, ça ne s’écoute pas, ça ne se respecte pas.

Pour « rétablir la communication », vous êtes prêts à briser quelqu’un, à l’attacher s’il le faut. Pour le faire sortir de son monde, pour qu’il revienne dans le monde réel. Dans votre monde.

Je ne dis pas que l’autre monde était agréable, non. Mais je n’étais pas bonne à attacher pour autant, pas bonne à shooter.

Je lis que quand une femme tue son enfant handicapé, c’est parce qu’il n’aurait pas pu vivre dans le monde réel. Si on ne vit pas dans votre monde, dans le seul et unique monde valable à vos yeux, on est bons à tuer?

Il n’y aurait que votre vie qui en vaille la peine? Que votre vision des choses?

Longtemps, j’ai souffert d’être enfermée dans l’autre monde. Mais je n’étais pas prête à en sortir à tout prix. Rétablir la communication par la contention, comme le prône certains soignants, ça ne m’intéresse pas. Je préfère qu’on me laisse dans mon monde. Je n’ai pas envie de parler avec quelqu’un qui ne peut pas communiquer autrement qu’en attachant. Ni avec quelqu’un qui ne peut aimer qu’en tuant.

Maintenant, je suis soulagée d’avoir vécu dans l’autre monde. Parce que je sais qu’il n’y a pas qu’une réalité.

Sur  un mur de ma chambre, j’ai toujours cette phrase d’un auteur dont j’ai oublié le nom: « Vous sur une rive, moi sur l’autre, nous resterons des étrangers ».

Elle est plus vraie que jamais, quand je lis tous ces commentaires sur cet enfant qui serait un légume (alors qu’il riait), qui ne ferait pas partie du monde réel et donc ne serait pas digne de vivre.

Je lui apporterais juste une correction: « Vous sur une rive, nous sur l’autre, nous resterons des étrangers ». Car je sais que je ne suis plus seule sur cette rive. Et si cette phrase est plus vraie que jamais, tant mieux, finalement, parce que votre monde réel, il fait beaucoup de dégâts, je trouve.

11 commentaires »

  1. Je suis bouleversée par ce qui est arrivé à ce petit enfant, mais aussi par ce que cela dit sur notre société, et sur notre futur… Je ne vais pas m’étendre, j’en ai pas la force, mais ton texte m’a beaucoup touchée, quand on lit ton blog, on voit que tu es une personne qui aime lire, tu manie bien les mots. Merci de parler de ce sujet, j’en ai pas (encore) la force. On a besoin de ce type de textes.

  2. Lana Said:

    Merci. Moi aussi ça m’a bouleversée, surtout le fait que la mère a fait ça en pleine possession de ses moyens (d’habitude, on retrouve l’excuse de « j’en pouvais plus, j’étais à bout », etc), persuadée qu’elle a fait un cadeau à son fils, c’est glaçant.

  3. L'oiseau Marie Madeleine Said:

    Merci pour cet article… très touchant et très personnel…merci pour ton partage

  4. Jérôme Said:

    Bonjour,

    Je pense qu’appréhender la réalité qu’au travers du prisme du « monde réel » est d’une infinie tristesse. Pour ceux qui regarde plus loin que leur nombril il existe différent niveau de réalité et combien de mondes étrangers susceptibles de nous enrichir sont encore à découvrir ? Merci pour l’authenticité de vos propos et au plaisir de vous lire.

  5. suzearaignee Said:

    J’ai définitivement perdu espoir le jour où, pour écrire un article sur mon blog, j’ai voulu retrouver les commentaires du type qui poste sous des vidéos traitant de psychiatrie et qui appelle au meurtre des malades psy, pour le bien de la société comme pour leur propre bien, et où je me suis rendu compte qu’il n’y a pas un type qui poste ce genre de commentaires, mais plusieurs…

  6. Tout en finesse et délicatesse tu dénonces des abus. Ça rendrait même un débat objectif sans haussement de ton ou insulte et autre tension. J’aimerai distribuer ton texte à la manifestation de la psychiatrie le 21 mars 2019 à paris car j’y serai pour faire la promotion de mon livre La psychothèque et représenter les patients.

    J’espère ne pas faire une crise d’angoisse la veille, je veux vraiment m’y rendre.

  7. pierre Said:

    « Si on ne vit pas dans votre monde, dans le seul et unique monde valable à vos yeux, on est bons à tuer ? » Tout est dit…remarquable, comme d’habitude…la « réalité »…mais qu’en savent-ils au juste de la « réalité » ?!

  8. Lana Said:

    Merci à tous pour vos commentaires.
    Suzearaignée, c’est horrible ce genre de commentaires.
    Lionel, oui, tu peux distribuer mon texte.

  9. dddddd Said:

    Pas mal comme vision, ça dégage un sentiment de bienveillance envers les malades. Bonne continuation.

  10. Ange La Said:

    merci pour ce texte fabuleux. En tant que mère, il me fait énormément réfléchir

  11. […] Frédéric vivait, riait, n’a jamais demandé à mourir (voir l’article de BlogSchizo). Il est mort après une longue agonie. Aucun diagnostic et aucun symptôme ne justifie la mise à […]


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :