Posts Tagged ‘automutilation’

La fonction de l’automutilation

Les entames corporelles interviennent dans une situation de souffrance et d’impuissance, d’impossibilité de mettre la tension hors de soi. Face à la paralysie de toute possibilité d’action, elles rétablissent une ligne d’orientation et ramènent l’individu au sentiment de sa présence. Elles permettent le franchissement in extremis d’une passe dangereuse. Les scarifications sont une manière de négocier un entre-deux intolérable et d’ouvrir à nouveau le temps. La douleur, l’incision, le sang endiguent le trop plein d’une souffrance débordante et écrasante, et rappellent au sujet qu’il est vivant à travers la brutale sensation d’existence qui naît de l’acte. L’impossibilité de sortir de la situation par le langage force le passage par le corps pour décharger la tension. La trace corporelle porte la souffrance à la surface de soi, là où elle devient visible et contrôlable. On l’extirpe d’une intériorité qui paraît comme un gouffre. Ultime tentative de trouver une prise pour contrer le sentiment d’effondrement. La douleur physique est une butée symbolique opposée à une souffrance indicible et écrasante.
(…)
Le sujet en souffrance cherche à s’assurer de soi. Par le sacrifice d’une parcelle de soi, à travers la plaie, la douleur et le sang, il s’efforce de sauver l’essentiel. Il tente de porter un coup d’arrêt à la souffrance. A travers les blessures qu’il s’inflige, l’individu cherche à se redéfinir. Le sacrifice d’une part de soi ignore ce qu’il poursuit, il s’impose à l’individu à son corps défendant, mais il restaure un sentiment d’identitié meurtri. Il se traduit par une douleur ressentie, une trace sur la peau qui prend sur elle une souffrance plus vaste et permet de la circonscrire et de la dépasser. L’initiative de l’incision est une réponse inconsciente mais puissante  au sentiment de chaos qui menace de tout emporter. Sous la forme de la blessure, l’individu avance le prix du soulagement. Telle est la part du feu: pour avoir moins mal, il faut parfois se faire mal.

David Le Breton, article « Scarification », dans « Le Dictionnaire du corps », dirigé par Michela Marzano, PUF

Next entries »