Archive for Réponses brèves aux critères de recherche

Est-ce qu’un schizophrène… complétez par ce que vous voulez

Puisqu’on en est à parler d’amalgames. Une petite mise au point s’impose, au vu des critères de recherches qui mènent tous les jours à ce blog. Je ne peux pas répondre à tous, d’autant qu’ils sont infinis, donc cette réponse servira à tous.

Est-ce qu’un schizophrène pleure beaucoup? Est facile à vivre? Parle-t-il beaucoup? Comprend? (comprend quoi, mystère, rien peut-être). C’est un échantillon des questions que se posent les gens sur les schizophrènes.

Alors, une fois pour toutes, et définitivement, un schizophrène est d’abord une personne. Nous avons des symptômes en commun, pas une personnalité.

J’ai beaucoup pleuré quand j’étais malade, je pleure rarement maintenant. Je suis facile à vivre pour certains, insupportable pour d’autres. Je parle beaucoup quand je suis à l’aise et me tais quand je ne connais pas les gens. Je comprends des choses, mais rien à la physique mécanique.

Une personne schizophrène n’en est pas un autre. Certains sont en couple, d’autres non, certains sont de bons parents, d’autres incapables d’élever un enfant, certains travaillent et d’autres non. Ca, ce sont les domaines sur lesquels la maladie peut jouer, dans lesquels elle peut nous mettre des bâtons dans les roues, mais elle ne met pas les mêmes bâtons dans les mêmes roues à tous. Pour le reste, si on pleure beaucoup, si on aime les chats ou les chiens ou si on déteste les animaux, si on préfère le vélo ou la marche à pied, si on est facile à vivre, si on aime les maths ou la littérature ou même les deux, eh bien, il n’y a pas de réponse, parce que JE SUIS UNE PERSONNE PAS UNE MALADIE (pour reprendre le titre d’un livre).

Publicités

Un schizophrène stabilisé peut-il s’occuper d’un enfant?

Non seulement il peut s’occuper d’un enfant, mais il peut aussi en avoir. Pour certains, il est difficile de s’occuper d’un enfant en plus de devoir gérer la maladie, mais il existe des schizophrènes qui sont parents et y arrivent très bien.

Comment occuper un psychotique?

Comme pour tout tout le monde: avec des activités qui l’intéressent.

Si la personne ne travaille pas, elle peut faire du bénévolat ou participer à des associations. Certaines sont centrés sur la santé mentale, mais une personne souffrant de psychose peut très bien s’inscrire dans d’autres associations. Il existe aussi des clubs thérapeutiques.

Un schizophrène peut-il vivre seul?

La réponse est oui. Beaucoup de schizophrènes vivent seuls.

Un psychotique peut-il se rendre compte de sa maladie?

La réponse est oui.

La classification classique désignait les psychoses comme des maladies dont la personne n’a pas conscience, mais les choses sont plus compliquées que ça.

Certains symptômes, comme le délire, ne sont pas reconnus comme tel, même s’il peut arriver que la personne se rende compte que son ressenti n’est pas réaliste. La personne peut également être dans le déni de sa maladie. Mais ça ne veut pas dire qu’elle ne reconnaît aucun de ses symptômes comme pathologiques, ni qu’elle sera dans le déni éternellement. Avec le temps, la personne malade apprend à reconnaître ses symptômes et il arrive qu’elle puisse les gérer et demander de l’aide elle-même dès qu’ils réapparaissent.

Pourquoi une personne schizophrène dort-elle beaucoup?

D’une part, la maladie en elle-même peut être fatigante et le sommeil peut également être un refuge pour échapper à la souffrance.

D’autre part, les traitements, et notamment les neuroleptiques, fatiguent beaucoup.

Un schizophrène peut-il se marier?

S’il est sous tutelle ou sous curatelle, voici la réponse du site legavox:

À priori la réponse devrait être oui.

Cependant, le législateur a souhaité préserver la personne sous curatelle des effets d’un mariage auquel elle n’aurait pas librement consenti ou encore d’un mariage dont elle n’aurait pas mesuré les conséquences (violences conjugales, spoliation etc…).

Dès lors, le mariage d’une personne en curatelle n’est permis qu’avec l’autorisation du curateur ou, à défaut, celle du juge (C. civ. art. 460 alinéa 1er). Le mariage d’une personne en tutelle n’est permis qu’avec l’autorisation du juge des tutelles et après audition des futurs conjoints et recueil, le cas échéant, de l’avis des parents et de l’entourage. Le consentement à mariage ainsi délivré doit être conforme à l’intérêt de la personne protégée (C. civ. art. 460 alinéa 2).

S’il n’est ni sous tutelle ni sous curatelle, un schizophrène a les mêmes droits que les autres citoyens et peut donc se marier.