Posts Tagged ‘asile’

« La salle de bal », Anna Hope, Gallimard

Présentation de l’éditeur

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un « mélancolique irlandais ». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris. A la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John. Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.
41Px3lA5FnL._SX345_BO1,204,203,200_
Publicités

« La disparue », Catherine Neykov, Michalon

Présentation de l’éditeur

Par une association d’idées fortuite, Catherine Neykov brise un secret de famille et retrouve le souvenir de Juliette, sa tante et marraine, qu’elle visitait enfant à l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche. Née dans l’Indochine coloniale, cette jeune femme gracieuse mais réservée s’y fiança à un homme que ses parents l’empêchèrent d’épouser.

Une recherche à travers l’univers parfois kafkaïen des archives va révéler le parcours singulier de cette amie de jeunesse de Marguerite Duras, qui inspira vraisemblablement le personnage d’Hélène Lagonelle dans L’Amant. Conseillère d’orientation dans les années 1950, elle milite pour l’accès des filles aux études secondaires quand, victime de harcèlement moral, elle est internée à l’initiative de sa hiérarchie.

Juliette Ropion était-elle vraiment schizophrène ? L’examen du dossier médical, analysé avec l’aide d’un psychiatre historien, montre que non et constitue un témoignage accablant sur la pratique asilaire de l’époque.

Une enquête historique et littéraire sur les traces d’une héroïne oubliée, portée par une écriture exigeante, élégante et poétique.

 51mU-DP6z3L._SX321_BO1,204,203,200_

Biographie de l’auteur

Catherine Neykov travaille autour de la question du handicap et des troubles psychiques au sein de plusieurs associations. Elle est l’auteure de plusieurs romans.

« Une maison de fous », Jacques Arago, Berg International

Présentation de l’éditeur

Jacques Arago (1790-1854), frère de François, le célèbre savant, était à la fois écrivain et explorateur. Il était de nature instable et de caractère emporté, mais les raisons précises de son internement nous sont inconnues. C’est cette expérience qu’il raconte dans une partie du livre « Paris ou le livre des cent et un » (tome iv), texte que nous reprenons ici. Disciple de Philippe Pinel, le docteur Blanche n’approuvait guère les traitements inhumains réservés jusqu’alors à ceux que l’on nommait les « fous ». Considérant les malades avec bienveillance et compassion il partageait ses repas avec ses pensionnaires, les écoutait, les traitait avec respect. Son établissement devint célèbre.
41uDCGEox5L._SX382_BO1,204,203,200_

« 10 jours dans un asile », Nellie Bly, éditions du Sous-sol

Présentation de l’éditeur

Engagée au New World du célèbre Joseph Pulitzer, Nellie Bly se voit confier une mission pour le moins singulière : se faire passer pour folle et intégrer un asile psychiatrique pour femme, le Blackwells Island Hospital à Roosevelt Island, New York. Intrépide, courageuse et soucieuse de dénoncer les conditions de vie des laissés-pour-compte, Nellie Bly accepte le défi et se fait alors passer pour une malade ; elle crée par la même occasion le reportage infiltr&, dont le modèle sera plus tard repris par Hunter S. Thompson, Gunter Wallraff ou Florence Aubenas. Après une nuit d’entraînement, l’illusion est parfaite : tous les médecins la déclarent folle et se prononcent pour son internement. Elle reste dix jours dans l’hôpital. Le reportage fait la Une de toute la presse et met en lumière les conditions de vie épouvantables des patientes et les méthodes utilisées par le personnel (nourriture avariée, eau souillée, bâtiments infestés). Suite à la publication du livre 10 jours dans un asile, les fonds alloués aux hôpitaux psychiatriques furent augmentés de 850 000 dollars.

 51aXL2mKndL._SX331_BO1,204,203,200_

Biographie de l’auteur

Elizabeth Jane Cochrane, dite Nellie Bly est née le 5 mai 1864 à Cochran’s Mills dans le Comté d’Armstrong (Pennsylvanie) et morte le 27 janvier 1922 à New York. Figure légendaire de la presse américaine, première femme à avoir réalisé un tour du monde sans être accompagnée par un homme pour les besoins d’un reportage. L’intrépide Nellie Bly, pionnière du reportage clandestin, fait de l’infiltration sa marque de fabrique, que ce soit dans un asile ou dans une fabrique de conserves.

L’expérience de l’hôpital

« Mais l’expérience de l’hôpital a fait pour toujours de moi un être plus timoré que je ne l’étais jusque-là. Trop effrayé pour pouvoir éprouver à nouveau une véritable confiance. »

« L’empreinte de toute chose », Elizabeth Gilbert, Le Livre de Poche

 

 

« Folie d’une femme séduite », Susan Fromberg Schaeffer, Belfond

Présentation de l’éditeur

La redécouverte d’un livre-culte qui a marqué des générations de lectrices. Un roman psychologique d’une émotion poignante, une inoubliable peinture de l’obsession amoureuse doublée d’un portrait de femme du siècle dernier aussi troublant que Tess d’Uberville ou Les Hauts de Hurlevent. Ayant quitté sa ferme natale, Agnès Dempster découvre du haut de ses seize ans la vie citadine. Quand Frank Holt, tailleur de pierres de son état, fait irruption dans sa vie, elle s’en éprend sur-le-champ. Abandonnant travail, amis et même l’enfant qu’elle porte, elle se donne corps et âme à cet homme fruste qu’elle pare de toutes les couleurs du héros romantique et de l’artiste d’exception, jusqu’à perdre sa propre identité. Quand Frank, effrayé par cet amour suffocant, s’échappe dans les bras d’une autre, Agnès perd pied. Contrainte à un geste fatal, elle devra répondre de ses actes face à l’opinion publique et aux médecins de l’asile.

 Folie d'une femme séduite

Biographie de l’auteur

Née en 1941 à New York, Susan Fromberg Schaeffer est considéré comme un auteur de premier plan de la fiction américaine
contemporaine. Son oeuvre a obtenu de nombreux prix. Folie d’une femme séduite a été élevé au rang de classique de la littérature amoureuse par des générations de lectrices.

« Marie Blanche », Jim Fergus, Le Cherche-Midi

Marie Blanche

1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille
d’artistocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a eu un destin
hors du commun, qui l’a menée à travers le siècle de sa Bourgogne aux
Etats-Unis. Jim retrace son parcours et met en parallèle le journal intime de sa
mère, Marie Blanche, internée dans un asile de Lausanne.

« Un martyre dans une maison de fous », Karl-des-Monts, Mille et une nuits

Présentation de l’éditeur

On doit à Ernest de Garay, égaré littéraire au mitan du XIXe siècle, une œuvre curieuse et forte, Un martyre dans une maison de fous. Persécuté par le régime de Napoléon III, il raconte son internement pour motif politique et dépeint le spectacle effrayant du petit peuple des aliénés. Tel un marquis de Sade qui aurait été papiste, il résiste à l’enfermement et aux mauvais traitements grâce à l’écriture. Il publie à Bruxelles en 1863, sous le pseudonyme de Karl-des-Monts, son réquisitoire exalté contre les asiles et la liberté bafouée.

 Un martyre dans une maison de fous

Biographie de l’auteur

Karl-des-Monts est le pseudonyme d’Ernest de Garay. Dans Un martyre dans une maison de fous, il se présente comme avocat à la Cour
impériale de Paris et défenseur de la cause ultramontaine. Fin connaisseur de la culture traditionnelle du Pays basque et des Pyrénées, ce noble catholique est notamment l’auteur de l’ouvrage Les Légendes des Pyrénées, successivement publié sous son pseudonyme et son nom véritable. On peut trouver une rapide présentation d’Ernest de Garay dans le livre d’André Blavier Les Fous littéraires (éd. des Cendres, 2001, pp. 1050-1057).

« L’affaire Rouy : Une femme contre l’asile au XIXe siècle « , Yannick Ripa, Tallandier

Présentation de l’éditeur

Ce matin du 8 septembre 1854, trois hommes frappent à la porte d’Hersilie Rouy. Sans ménagement, ils la conduisent à la maison de santé de Charenton, à la demande de son demi-frère ; puis prétendument indigente, elle est placée à La Salpêtrière, sous le nom de Chevalier ! Erreur
administrative ou malveillance… Voilà cette femme, professeur de piano et concertiste de 40 ans, qui n’a rien d’une  » folle « , perdue dans le labyrinthe asilaire, au milieu des hystériques et autres  » agitées « . Or, Hersilie est une indocile : dès qu’elle proteste, c’est la camisole, et son quotidien se résume aux brimades des infirmières et aux traitements musclés des médecins qui, tout au long de son internement, diagnostiquent une folie lucide. Alors qu’elle n’a de cesse d’alerter les autorités de sa situation, elle n’est libérée qu’en 1868. Elle réclame aussitôt sa réhabilitation et une réforme des asiles, mobilisant la presse qui s’empare de  » l’Affaire Rouy  » ; elle transforme ce fait divers en une affaire nationale, politisée par les républicains de gauche, en lutte contre ces nouvelles Bastilles. Yannick Ripa suit pas à pas cette femme hors du commun et la fait revivre sous nos yeux ; parus après la mort d’Hersilie, les Mémoires d’une aliénée, dans lesquels la réalité dépasse souvent la fiction, sont un plaidoyer à charge contre l’asile et sa fonction politico-sociale au XIXe siècle.

 L'affaire Rouy : Une femme contre l'asile au XIXe siècle

Biographie de l’auteur

Historienne, Yannick Ripa enseigne l’histoire des femmes et du genre à l’université Paris-VIII. Elle est l’auteure de La Ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle (1985), Les Femmes actrices de l’Histoire. France, 1789-1945 (1999).

« Romantisme n°141, Asiles et fous », Armand Colin

Romantisme 141 (3/2008)

L’histoire de la folie sous 3 angles : les pratiques quotidiennes et la façon dont les
aliénistes composèrent au jour le jour avec différents acteurs ; le mouvement
anti-aliéniste ; les rapports entre art, folie et écriture.

« Previous entries