Ma phobie

Je n’ai quasiment jamais parlé de ma phobie. Simplement parce que mettre des mots dessus était trop difficile. J’ai peur des papillons (je les appellerai X dans l’article pour m’éviter quelques angoisses). Pendant longtemps, je ne pouvais même pas prononcer ce mot, et encore moins raconter l’épisode qui a donné lieu à cette phobie.

J’avais environ huit ans, et je suis tombée sur une BD d’horreur où un X devenait géant et tuait un homme. Je l’ai refermée, mais mon frère, pour s’amuser à me faire peur, me la remise sous le nez peu après. C’était le début de longues années de terreur. Non seulement je ne pouvais supporter la présence d’un X sans craindre de devenir folle, mais je me réveillais aussi toutes les nuits, terrifiée à l’idée qu’un X géant soit dans ma chambre. J’avais aussi peur qu’il sorte des toilettes. Je n’exagère pas quand je parle de terreur, c’était vraiment un sentiment intense d’horreur profonde.

Vers 18 ans, j’ai commencé à pouvoir prononcer le mot X. J’étais contente, c’était un progrès, alors je disais à tout le monde que j’avais la phobie des X, pour apprivoiser un peu la peur. Je ne savais pas que les phobies et la peur font rire les gens. Certains s’amusaient à me raconter des histoires horribles avec des X, et moi je hurlais pour ne pas entendre. Un garçon  m’a poursuivie avec un X mort, pour essayer de me le mettre dans le tee-shirt. J’ai couru comme je n’ai jamais couru, ma vie en dépendait, j’aurais pu le frapper à mort s’il avait fallu, pour me défendre. Je savais que si le X me touchait, je deviendrais folle. Heureusement, je n’ai pas été rattrapée.

Un psychologue m’a proposé une TCC mais je n’arrivais pas à l’envisager, ma peur était trop forte.  J’ai guéri de ma phobie par la manière forte. Je travaillais depuis quelques années quand on a reçu les affiches trimestrielles du magasin, à placarder partout dans la librairie, des affiches avec d’immenses X jaunes, comme celui de la BD. J’ai hurlé sur le stagiaire qui s’avançait vers moi avec une affiche, j’ai fait n’importe quoi avec les commandes que j’étais en train d’envoyer. J’ai vite ôté l’ancienne affiche qui était sur la porte de la cuisine, pour que le stagiaire ne la remplace pas pour une nouvelle. Je ne voulais pas toucher cette affiche plusieurs fois par jour. Pendant des jours, j’ai travaillé la tête baissée, angoissée, de mauvaise humeur, au bord des larmes. Je me suis sentie rechuter pour la première fois depuis longtemps. J’étais très mal, je vérifiais derrière moi que le X géant n’y était pas, comme en Espagne, quand j’étais très malade. Même chez ma psychiatre, et elle m’a dit gentiment et doucement »il n’y a rien derrière vous », ça m’a touchée. Elle a proposé de me mettre en arrêt maladie, mais je ne voulais pas prendre trois mois d’arrêt, le temps que les affiches soient remplacée par d’autres. Et puis je me suis habituée. A force d’avoir l’horreur devant moi, c’est devenu moins horrible. Il ne m’arrivait rien. J’ai surmonté ma peur.

Aujourd’hui, j’ai toujours peur des X quand j’en vois un, j’ai toujours du mal à écrire ce mot, voilà pourquoi je me le suis évité ici. Je pense toujours au X géant chaque jour, mais sans terreur. Je vis depuis trente ans avec cette peur qui s’amenuise chaque jour, la preuve c’est que j’ai réussi à écrire ce texte. Je voudrais juste que les gens comprennent que ce n’est pas drôle, qu’il ne faut pas en rajouter devant quelqu’un qui a peur, que son équilibre psychique peut être en jeu.

 

Publicités

6 commentaires »

  1. Hélène Said:

    Mon compagnon a une phobie violente envers les serpents. Faire comprendre à l’entourage que non, on ne vanne pas sur les phobies, à été compliqué pour certains. En balade, je passe devant dans les hautes herbes , au cas où.

    Bravo d’avoir tenu le coup et d’avoir pu amenuiser la peur.

  2. Lana Said:

    Une amie un jour a eu un beau geste, on était dans un bus, il y avait un papillon, que je n’avais pas vu, elle ne me l’a dit qu’une fois sorties du bus. Ca fait du bien quand des gens ne rient pas de ça et même vous protègent, comme ce que tu fais pour ton compagnon.

  3. CEDRIC BERNARD Said:

    J’ai une idée pour toi, peut être serait-ce utile pour toi d’aborder la phobie des X d’un point de vue scientifique. En lisant sur leur durée de vie et comportement. Aussi il y a ceci : L’ « effet X » est une expression qui résume une métaphore concernant le phénomène fondamental de sensibilité aux conditions initiales de la théorie du chaos. La formulation exacte qui en est à l’origine, fut exprimée par Edward Lorenz lors d’une conférence scientifique en 1972, par la question suivante :

    « Le battement d’ailes d’un X au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? »

    ceci est assez connu, peut être l’as tu entendu et inconsciemment cela représente une menace qui contribue a ta phobie.

    A propos de la science : j’avais eu une phobie pendant 10 ans, et le fait de la rationaliser d’un point de vue scientifique m’as beaucoup aidé. J’avais peur du sang des autres. Du sida etc. J’ai eu la chance de parler avec qq avec un double doctorat en biologie, et avec des faits, elle m’a rassurer sur les modes de transmission. Peut être que si tu parle avec un spécialiste de X, en préparant des questions à l’avance, en lui indiquant que yu a cette phobie, cela peut t’aider, en tout cas pour la phobie. En ce qui concerne l’angoisse, le sujet et tellement large, je dirais que ds un premier temps il faut s’entourer de gens de confiance.

    Tu peux me répondre si tu veux … j’espère avoir pu t’aider un peu.

    Amicalement,
    CEDRIC

  4. Lana Said:

    Je ne crois pas que j’ai très envie de lire sur les X, j’aurais peur que ça réactive ma phobie. Ca va mieux maintenant, et je préfère y penser le moins possible. Mais dans ton cas, ta méthode semble bonne et c’est bon à savoir.

  5. Kaya Said:

    Je regarde et lis ces mots je partage juste ces quelques lignes afin d’éclore mes pensées dans mon esprit épié la ou le monde est né de barrières ou les esprits m inonde et laisse un goût amer selon l endroit où je suis il M écoute me parle ou M agresse comme des personnes qui ont une réelle existence combien de larme et toute ces années gâcher combien de présence on inondé mon âme perdu dans les abysses j’ai été obligé de crée mes repaire de me former dans un monde à la foi réel et uniforme esprit sein ou démoniaque peu importe l importance combien de tunnel mon engouffré dans un univers inconnu ou mon être entier ce pose tant de questions ou je n aurait Jamais de réponse ou juste ce mot schizophrénie alors parfois je M enferme dans ma Bulle fuit ce monde où tout est tellement pathétique ou l on ne respecte plus sa propre mère toi unique je suis ton enfant et nous le sommes tous des enfants de la terre ce monde ne peu s unifié car la tolérance la déserté et la vie de terrataire innonde chaque individu l unité et dans les âme à chacun sa propre vérité folie ou envie désespoir ou haine son les émotions de la vie combien de tunnels ce sont ouvert et on englouti ces parti de moi même toute ces voix et ces gens qui cherche à me parler hors il ni y a que des voix mon esprit divague ou suis je mort vivant entre deux monde et essayent de lutté pour avoir un semblant d avenir j’ai la force la volonté un besoin d unité et arrivé de franchir les barrières de l obscur trahi de nombreuse fois par tous ces être qui court et qui n on que de la bestialité je dirais juste ouvre ton coeur laisse toi bercé par un paysage ou la nature rayonne et laisse les porte de ton âme s ouvrir mais toute ces voix qui me dise que ce monde n est pas près alors je retourne au vent contre le grès des marré combien de larme versé sans jamais avoir été effleuré ou regardé combien de combat mené contre ce monde et cette inhumanité alors oui je M efforce d être au maximum réaliste à toute ces voix ou tout ces être qui me parle ou qui crie je leur dit je suis juste un homme avec ces joie et ces larme avec l espoir d une existence et me bat chaque jour pour ne pas sombrer trop loin dans cette folie la douleur je l efface chaque jour et chaque jour et un combat nouveau j ai voulu me crevé les yeux pour ne plus être épié mais toi toi qui me guette ma force ma volonté ce trouve dans l amour et la tolérance alors petit ou grand diable jamais tu ne convaincrera mon âme soitte ce monde s engloutis mais moi je l aime cette terre ces animaux ou ces enfants je leur souri combien de voyage à ces hommes qui sont immorale mon âme leur a montré la noirceur de ce monde a ceux qui ont le pouvoir le pouvoir de détruire et non construire un monde d harmonie alors schizophrénie j accepte mais toi toi extraterrestres ou dieu l amour est la plus belle des vertu et non le désir juste le désir de tendresse d enflammé l intolérance et d inondé de parole face à l existence car perdu je combat chaque jour même si parfois je choisis le silence à vos mot et ma plus grande douleur et de savoir le vrai du faux alors damnés dans les tréfonds mon coeur mon âme essayer de s élevé même si sa parrais pathétique je M avoue vaincu même si je combat pour un semblant d existence et je M evapore en silence

  6. Lana Said:

    Merci pour ce beau texte, plein de douleur mais aussi d’espoir.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :