L’angoisse au quotidien

Parfois, on me demande pourquoi je me dis encore schizophrène en dehors des épisodes psychotiques.

Déjà, parce que sans mon traitement, les épisodes psychotiques reviennent. Ensuite, parce que j’ai vraiment l’impression de vivre avec une maladie chronique au quotidien. Pas une maladie invalidante, mais une maladie fatigante. Mon quotidien, c’est l’angoisse. J’ai beau augmenter mon traitement, je suis angoissée. Pas anxieuse à propos de tel ou tel éventuel problème, c’est une angoisse sans objet. Un fonds d’angoisse permanent. Je ne m’y habitue pas, c’est toujours aussi pénible. Les années passent, l’angoisse reste. Ce ne sont pas les crises d’angoisses violentes que j’ai connues quand j’étais en crise psychotique, c’est une angoisse doucement dévorante. Une angoisse gluante, qui colle à mes pas. Une angoisse qui n’est pas insupportable mais dont la durée épuise. Je me réveille angoissée, je m’endors angoissée. Je fume, je fume et je suis toujours angoissée. Je travaille, je ris, je souris, mais je suis angoissée.

C’est le résidu de la schizophrénie, ce que mon traitement n’arrive pas à anéantir. C’est mon quotidien, c’est ma condamnation.

Et c’est dur.

Publicités

5 commentaires »

  1. Lemarchandel Said:

    Bonjour Laurence c’est aussi mon lot quotidien, pourtant je fais de la méditation, je fais du sport, j’utilise des huiles essentielles mais c’est toujours là latent. Je ne serais jamais heureux avec la schizophrénie, il y a déjà les autres qui s’y emploient parce j’ai un délire de persécution et puis pour couronner le tout il y a la solitude et l’âge qui avance 43 ans. Alors …

  2. Lana Said:

    Courage à toi.

  3. hlhl Said:

    Ah cette angoisse permanente ! Dire que je me demandais si une augmentation du traitement pourrait l’endiguer … apparemment, ce n’est pas gagné …
    Ça me semble étrange que ton angoisse n’ait pas de fond, pas de thème, j’ai toujours un thème qui m’obsède dans cette angoisse quotidienne, le thème crée une idée fixe, une idée fixe en chasse une autre, et c’est à peu près toujours les mêmes qui reviennent.
    Je ne visualise pas ce qu’est une angoisse diffuse, sans idée angoissante derrière, ce doit être aussi pénible qu’une angoisse à thème je suppose …

  4. Lana Said:

    Je trouve ça moins pénible qu’une angoisse à thème, on peut plus facilement faite autre chose en même temps.

  5. hlhl Said:

    Effectivement, j’ai du mal à me sortir l’idée de ma tête, même en faisant autre chose de prenant. Mais que faire si le thème s’appuie sur quelque chose de pragmatique ? C’est indémontable, et c’est là que ça devient harcelant ! Et à part augmenter le traitement, je ne vois pas quoi faire.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :